Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GALLES PAYS DE

Royaume-Uni : carte administrative

Royaume-Uni : carte administrative

S'étendant sur un peu plus de 20 000 km2, peuplé en 2005 de 2 950 000 habitants, le pays de Galles constitue, à l'ouest de la Grande-Bretagne, un élément de sa « frange celtique ». Bien plus étroitement intégré, depuis le xive siècle, au système politique anglais que l'Écosse ou l'Irlande ne l'ont jamais été, le pays de Galles n'en a pas moins conservé les traces profondes d'un peuplement particulier, de mœurs et d'une culture spécifiques, d'une indépendance passée. Celles-ci justifient un nationalisme contemporain aux ambitions, succès et fondements souvent remis en question ; elles valent au territoire, dans la langue celtique , son appellation brittonique de « Cymru ». Et, lors des cérémonies, le drapeau nationaliste, un dragon rouge sur fond vert et blanc, proclame la volonté de certains de ne pas se ranger sous l'autre bannière, royale anglaise, qui, depuis 1953, a enrichi le dessin initial d'un écusson surmonté de la couronne impériale. Au recensement de 2001, 60 p. 100 de la population définissait d'ailleurs son identité comme uniquement galloise. L'évolution récente de la situation politique, avec la création d'un Parlement autonome, permet au particularisme gallois de s'affirmer, sachant que l'intensité du nationalisme local ne saurait se comparer aux nationalismes écossais et encore moins irlandais.

Le poids du milieu

La géographie et l'histoire ont contribué à façonner l'ensemble gallois. Tant il est vrai que ses limites administratives d'aujourd'hui doivent davantage à des conflits séculaires, à des conquêtes et à leurs suites qu'à un déterminisme de la nature.

Le relief est celui d'un massif primaire, principalement réduit à un plateau disséqué par de profondes vallées, bordé d'une côte plus plate, et dominé par des sommets qui culminent au nord-ouest au mont Snowdon à environ 1 200 m et s'abaissent au sud-est jusqu'à moins de 800 m. Les rivières, dont la Severn, ont pu servir de fils conducteurs aux envahisseurs, les défenses naturelles ont favorisé longtemps une situation de refuge celtique : au temps des Romains, qui n'ont achevé la conquête qu'en 78 de notre ère, comme à l'encontre des Anglo-Saxons. À nouveau, lorsque l'Angleterre succombe devant les entreprises normandes, plusieurs siècles sont nécessaires à ses rois conquérants pour parachever la soumission du pays de Galles ; mais, si le titre de prince de Galles est, pour la première fois, conféré au prince héritier de la Couronne anglaise en 1301, il faut attendre le xvie siècle et le règne autoritaire de Henri VIII pour que l'Union devienne un fait (1526). Des héros nationaux et des souvenirs exaltants font ainsi partie du patrimoine du nationalisme gallois : il peut s'agir parfois de l'évocation de la longue résistance des tribus à la Rome conquérante ; des princes du vie siècle, tel Maelgwyn de Gwynedd, qui participèrent aux combats contre les envahisseurs saxons et des « rois » qui se disputèrent ensuite les portions intactes de l'héritage celte ; de la brève période d'unification qui accompagna le règne énergique de Rhodri Mawr (843-877), bientôt suivi cependant par de nouveaux partages et, au temps d'Alfred le Grand en Angleterre, par une quasi-soumission ; pourtant, de 907 à 948, le règne de Hywel Dda (en anglais Howel the Good) de Dinewr est aussi celui d'un juste codificateur de lois. Au début du xie siècle, les élans des rois de Gwynedd ont réussi à unifier les Gallois, mais ceux-ci succombent devant les troupes de Harold en 1065, un an avant Hastings ; ensuite, il s'est surtout agi de contenir les ambitions des grands comtes normands des frontières, et seul le Gwynedd, dont les souverains ont le titre de « prince de Galles », garde encore une réelle[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Royaume-Uni : carte administrative

Royaume-Uni : carte administrative

Three Cliff Bay

Three Cliff Bay

Snowdonia

Snowdonia

Autres références

  • BLAIR TONY (1953- )

    • Écrit par Jacques LERUEZ
    • 2 372 mots
    • 1 média
    ..., finissant par obtenir un accord de paix (l'accord du vendredi saint), le 10 avril 1998, non sans l'appui du président américain Bill Clinton. D'autres réformes constitutionnelles promises ont été mises en œuvre ; le Parlement écossais et l'assemblée régionale galloise, élus pour la première fois...
  • CARDIFF

    • Écrit par Claude MOINDROT
    • 406 mots
    • 1 média

    Principale ville du pays de Galles (318 000 hab. en 2005). Malgré sa position excentrique à l'extrême sud de la principauté, sur l'embouchure de la Taff, dans l'estuaire de la Severn, et malgré sa totale anglicisation, Cardiff a été choisie comme chef-lieu de la région de planification de « Galles...

  • EDWIN saint (585-632) roi de Northumbrie (616-632)

    • Écrit par Paul QUENTEL
    • 213 mots

    Fils de Aelle (Ella) de Deira, roi du Northumberland, saint Edwin (Eadwine, vieil anglais Aeduini) succéda au premier roi, Aethelfrith. Ce dernier était tombé en 616 dans une bataille contre Raedwald, roi de l'East Anglia, qui soutenait Edwin. Primitivement païen, Edwin épousa la fille d'...

  • EUROPE - Géographie

    • Écrit par Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Catherine LEFORT, Pierre-Jean THUMERELLE
    • 16 414 mots
    • 12 médias
    ...une série de plaines périphériques (bassin de Londres et ses prolongements à l'est, plaine du Lancashire à l'ouest). Le massif du pays de Galles (Snowdon, 1 085 m) et celui de la Cornouailles sont formés de terrains primaires plissés et de restes de noyaux cristallins. En Irlande, en dehors...
  • Afficher les 14 références

Voir aussi