Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BLAIR TONY (1953- )

Tony Blair a été Premier ministre du Royaume-Uni de mai 1997 à juin 2007. Arrivé au pouvoir sans aucune expérience gouvernementale, après avoir réformé le Labour, il était alors le plus jeune Premier ministre britannique depuis 1812.

Les années de formation et l'entrée en politique

Anthony Charles Lynton Blair est né à Édimbourg le 6 mai 1953, mais il n'est écossais que par sa mère, Hazel McLay et par son patronyme, son père, Leo Blair, ayant pris le nom de ses parents adoptifs en 1948. Grâce à son grand-père, homme d’affaires de Glasgow, Tony entre à l'internat privé (public school) de Fettes, à Édimbourg, avant son admission à Oxford en 1972, où il entreprend des études de droit à St. John's. Tout en ne négligeant pas trop ses études (il obtint une bonne mention), il prend un peu de bon temps ; il rejoint même un groupe de rock, les Ugly Rumours. Surtout, et cela est plus important pour la suite, il rencontre un prêtre australien de quinze ans son aîné, Peter Thomson, qui lui fait découvrir les travaux des philosophes qui insistent sur la dimension « sociale » du christianisme, et notamment ceux d'un penseur écossais relativement obscur, John MacMurray, dont l'œuvre voulait concilier marxisme et christianisme. L'influence de MacMurray et de Thomson se retrouve dans ses principes moraux et dans la religiosité qui imprègne sa rhétorique. À Oxford aussi, Tony Blair renouvelle son engagement dans la foi chrétienne (confirmation). Depuis lors, il pratique assidûment sa religion et, comme tous ceux qui appartiennent à la Haute Église anglicane, il communie régulièrement. Nul doute que cet aspect de sa personnalité a contribué à le rapprocher de George W. Bush, après le 11 septembre 2001 notamment.

À l'automne de 1975, quelques mois après avoir quitté Oxford, Tony Blair adhère au Parti travailliste ; il a un peu plus de vingt-deux ans. En 1976, il est admis au barreau et entre dans le cabinet d'avocats d'Alexander Andrew Mackay Irvine, Queen's Counsel, avocat travailliste de renom, qui deviendra, en 1997, le premier lord Chancelier du cabinet Blair. C'est là qu'il rencontre une jeune juriste brillante, Cherie Booth, qu'il épousera en 1980. Cherie Blair vient d'une famille de tradition travailliste (son grand-père maternel était mineur), non conformiste par la mère et catholique par le père ; comme ses sœurs, elle a été élevée dans la religion catholique et elle y élève également ses enfants. Après un premier échec en 1982, Blair est désigné, pour les élections législatives du 9 juin 1983, comme candidat officiel du parti dans la circonscription populaire de Sedgefield (comté de Durham, dans le nord de l'Angleterre), où il est élu, bien que ces élections soient un triomphe pour Margaret Thatcher ; il y sera réélu cinq fois.

Tony Blair est resté simple député pendant sept mois seulement. Vite remarqué par Neil Kinnock (alors leader travailliste), il devient l'un des porte-parole de l'opposition pour les affaires économiques et financières, du début de 1984 aux élections de juin 1987 ; en 1987 et 1988, il sera porte-parole pour le commerce et l'industrie ; en 1988, il entre dans le cabinet fantôme où il est réélu chaque année jusqu'au moment où il remplace John Smith, qui avait succédé à Kinnock en juillet 1992 et qui meurt brutalement le 12 mai 1994. Dans le cabinet fantôme, Blair est successivement chargé de l'énergie (1988-1989), de l'emploi (1989-1992) et de l'intérieur (1992-1994). À l'emploi, il se charge d'annoncer aux leaders syndicaux que le cabinet fantôme n'entend pas revenir sur les réformes des relations du travail mises en œuvre par Margaret Thatcher et honnies par les syndicats. À l'intérieur, il lance, en 1993, un slogan qui fait mouche mais que la gauche lui reproche :[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., chercheur associé au Centre d'études et de recherches internationales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Tony Blair

Tony Blair

Autres références

  • BROWN GORDON (1951- )

    • Écrit par Bertrand LEMONNIER
    • 1 256 mots

    Né le 20 février 1951 à Glasgow, James Gordon Brown a été le Premier ministre du Royaume-Uni du 28 juin 2007 au 11 mai 2010. Il a succédé à Tony Blair, dont il fut l'inamovible chancelier de l'Échiquier. Cette fonction a couronné une brillante carrière au sein du Parti travailliste, en...

  • ÉCONOMIE MONDIALE - 1997 : la crise asiatique

    • Écrit par Tristan DOELNITZ
    • 7 780 mots
    ...environ deux ans par les économistes – sur le chemin de la convergence, ce qui ne pouvait manquer de peser sur son attitude à l'égard de l'Union monétaire. Le retour au pouvoir, au début de mai, d'un Parti travailliste rajeuni sous l'impulsion de son chef, Tony Blair allait débloquer la situation...
  • GAUCHE SOCIALISTE EN FRANCE DEPUIS 1945

    • Écrit par Rémi LEFEBVRE
    • 10 121 mots
    • 9 médias
    ...relève la politique du gouvernement : « La politique de l’offre n’est ni de droite ni de gauche, elle est nécessaire. » Phrase qui rappelle les propos de Tony Blair devant les députés français, en 1998 : « La gestion de l’économie n’est ni de gauche ni de droite : elle est bonne ou mauvaise. » Soi-disant...
  • GIDDENS ANTHONY (1938- )

    • Écrit par Antonin COHEN
    • 886 mots
    ...l'un des principaux théoriciens de la « troisième voie » (entre néo-libéralisme et social-démocratie) qui a fait le succès idéologique et électoral de Tony Blair en Grande-Bretagne. En cherchant à définir une position politique de « centre radical » qui se situerait entre une droite néo-libérale « devenue...
  • Afficher les 14 références

Voir aussi