Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

SACHER PAUL (1906-1999)

La musique du xxe siècle doit au chef d'orchestre et mécène suisse Paul Sacher un nombre impressionnant de commandes et de créations passées aux plus grands compositeurs de son temps. Celui-ci a en outre fondé et dirigé deux orchestres de chambre, à Bâle et à Zurich, et a été l'un des pionniers du renouveau de la musique ancienne en créant la fameuse Schola Cantorum Basiliensis.

Né à Bâle le 28 avril 1906, Paul Sacher étudie la direction d'orchestre avec Felix Weingartner au conservatoire de sa ville natale et la musicologie avec Karl Nef à l'université de Bâle. En 1926, il fonde, pour faire revivre le répertoire baroque, l'Orchestre de chambre de Bâle, auquel il adjoint deux ans plus tard le Chœur de chambre de Bâle. En 1933, il crée la Schola Cantorum Basiliensis, centre de recherches musicologiques et d'exécution de la musique ancienne qui va jouer un rôle déterminant dans la redécouverte des partitions et des pratiques instrumentales des xviie et xviiie siècles. Parmi les spécialistes qu'il appelle alors à ses côtés figure le violoncelliste et gambiste August Wenzinger. Parallèlement, il s'intéresse beaucoup à la musique de son temps. En 1931, il entre au comité de l'Association des musiciens suisses, dont il deviendra président en 1955.

En 1934, il épouse Maja Stehlin, veuve d'Emanuel Hoffmann, dont le père avait fondé la firme pharmaceutique Hoffmann-La Roche. Grâce à la fortune de sa femme, Sacher commence à pratiquer un mécénat d'une rare clairvoyance, passant de nombreuses commandes dont il assure lui-même les exécutions. Il permet à des compositeurs comme Béla Bartók, Arthur Honegger, Bohuslav Martinů ou Frank Martin de s'affirmer sur la scène internationale, découvre des talents en herbe comme Hans Werner Henze, Michael Tippett, Heinz Holliger, Wolfgang Rihm et sort de l'ombre le Suisse Norbert Moret, en qui il voit un compositeur de génie. Entre 1935 et 1946, il préside la section suisse de la Société internationale de musique contemporaine (S.I.M.C.). En 1937, il dirige la création mondiale de la Musique pour cordes, percussion et célesta de Bartók, l'année suivante celle de Jeanne au bûcher d'Honegger, en 1940, celle du Divertimento pour cordes de Bartók.

En 1941, il fonde le Collegium Musicum de Zurich, un second ensemble qui complète les activités de l'Orchestre de chambre de Bâle. La Schola Cantorum Basiliensis fusionne en 1954 avec le Conservatoire et la Musikschule de Bâle pour former la Musikakademie der Stadt Basel, qu'il dirige jusqu'en 1969. Il développe une importante carrière de chef invité dans le monde entier, qui lui permet de diffuser la musique de ses compositeurs favoris.

En 1976, à l'occasion de son soixante-dixième anniversaire, douze compositeurs (Conrad Beck, Luciano Berio, Pierre Boulez, Benjamin Britten, Henri Dutilleux, Wolfgang Fortner, Alberto Ginastera, Cristóbal Halffter, Hans Werner Henze, Heinz Holliger, Klaus Huber et Witold Lutosławski) lui offrent une série de pièces pour violoncelle que crée Mstislav Rostropovitch. En 1983, il achète l'ensemble des archives Stravinski à New York. Afin de perpétuer ses activités, il crée la fondation Paul-Sacher, dont le bâtiment, inauguré à Bâle en 1986, abrite notamment les archives de Stravinski, Webern, Honegger, Martin et Maderna, ainsi que l'ensemble des manuscrits des œuvres qu'il a commandées, sa correspondance et sa bibliothèque. Il commence alors à réduire ses activités : l'Orchestre de chambre de Bâle est dissous en 1987, le Collegium Musicum de Zurich en 1992. Il meurt à Bâle le 26 mai 1999.

Sacher a passé plus de deux cents commandes à des compositeurs d'esthétiques très diverses : Bartók, Richard Strauss (Métamorphoses, 1946), Stravinski (Concerto pour cordes, 1947), Honegger (Danse des morts, 1940 ; Symphonies[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

Voir aussi