MUSIQUE POUR CORDES, PERCUSSION ET CÉLESTA (B. Bartok)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Commande du chef d'orchestre et mécène suisse Paul Sacher, la Musique pour cordes, percussion et célesta de Béla Bartók est créée le 21 janvier 1937 par Sacher à la tête de l'Orchestre de chambre de Bâle, ses dédicataires. Avec cette œuvre, Bartók cherche à renouer avec la tradition baroque de la musique pour double orchestre, tout en s'exprimant dans un langage résolument moderne et en mettant l'accent sur les percussions, qui étaient encore considérées comme des « accessoires » de l'orchestre. Bartók concentre des procédés qu'il avait expérimentés dans ses quatuors à cordes (glissandos, pizzicatos claquant sur la touche), avec une recherche de couleurs qui passent du sombre et du dramatique à l'éclatant. Les dissonances, la vigueur du rythme, le caractère mystérieux de certaines sonorités sont sans précédents dans l'histoire de la musique. La percussion et le piano apportent couleur et rythme. Les sources populaires sont reléguées dans le dernier mouvement alors que les trois premiers se réfèrent aux formes classiques (fugue, allegro de sonate, nocturne). Cette œuvre de musique pure annonce le dramatique Divertimento pour cordes – également commandé, en 1939, par Sacher et créé par ce dernier et l'Orchestre de chambre de Bâle le 11 juin 1940 – et les derniers concertos. Bartók vient de choisir l'exil et l'angoisse qui plane dans la Musique pour cordes n'est pas étrangère aux circonstances dans lesquelles il a composé cette partition.

—  Alain PÂRIS

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « MUSIQUE POUR CORDES, PERCUSSION ET CÉLESTA (B. Bartok) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-pour-cordes-percussion-et-celesta/