PATAPHYSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'équivalence universelle et la conversion des contraires

La théorie des équivalences ou, pour être précis, de l'équivalence universelle et de la conversion des contraires, a donné lieu à maint malentendu. Postuler que le vrai et le faux sont identiques, en quelque sorte stables, équilibrés, serait déplorablement improductif et, pire, ennuyeux. Ce que le pataphysicien soutient, c'est que le signe + et le signe − s'annulent et se fécondent. Le concept s'éclaire d'un coup si l'on recourt à la Lettre sur les mythes de Paul Valéry qui savait comprendre Jarry et s'est comporté dans nombre de ses œuvres en pataphysicien conscient. Valéry dit : « C'est une sorte de loi absolue que partout, en tous lieux, à toute période de la civilisation, dans toute croyance, au moyen de quelque discipline que ce soit, et sous tous les rapports, le faux supporte le vrai ; le vrai se donne le faux pour ancêtre, pour cause, pour auteur, pour origine et pour fin, sans exception ni remède, et le vrai engendre ce faux dont il exige d'être soi-même engendré. » Ce texte de Valéry constitue en son entier une des plus pertinentes expressions théoriques de la 'pataphysique : « Que serions-nous donc sans le secours de ce qui n'existe pas ? [...] Les mythes sont les âmes de nos actions et de nos amours. Nous ne pouvons agir qu'en nous mouvant vers un fantôme. Nous ne pouvons aimer que ce que nous créons. » On conçoit mieux maintenant que d'Épicure à Jarry les pataphysiciens (qu'on préfère appeler patacesseurs), sans être légion, ont été de quelque poids puisqu'on peut nommer, en abrégeant, Lucrèce, Lucien de Samosate, Zénon d'Élée, Béroalde de Verville, Rabelais, Cyrano de Bergerac, Cervantès, Swift, Lichtenberg, Marcel Schwob, Lewis Carroll ; ou, contemporains de Jarry, Jules Verne et Erik Satie ; ou venant après lui Arthur Cravan, les Pieds Nickelés, Raymond Roussel, Marcel Duchamp, Julien Torma, Louis-Ferdinand Céline, l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PATAPHYSIQUE  » est également traité dans :

BENS JACQUES (1931-2001)

  • Écrit par 
  • Noël ARNAUD
  •  • 570 mots

Romancier subtil, Jacques Bens fut membre fondateur de l'Oulipo. Ses débuts, avec Valentin et La Plume et l'ange , avaient été remarqués par Raymond Queneau et Boris Vian ; le Collège de Pataphysique signala cet auteur nouveau qui, très pataphysiquement, mêle l'apparence et la réalité. On retiendra particulièrement Sept Jours de liberté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-bens/#i_81374

BLAVIER ANDRÉ (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 660 mots

Né le 23 octobre 1922 à Hodimont (Belgique), André Blavier commence à se passionner pour les « fous littéraires » alors qu'il est jeune bibliothécaire à Verviers. Il va rassembler ce qui deviendra une des plus belles bibliothèques consacrées non seulement à ce thème, mais aussi au surréalisme et à Raymond Queneau. Car sa rencontre avec l'auteur du Chiendent décide de sa vie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-blavier/#i_81374

CARADEC FRANÇOIS (1924-2008)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 828 mots

François Caradec est mort le 13 novembre 2008. Avec sa disparition c'est une époque qui semble se clore – celle des débuts du Collège de Pataphysique –, et un moment des lettres françaises où la « vie drôle » d'Alphonse Allais avait été remise à l'honneur : en témoigne L'Encyclopédie des farces et attrapes et des mystifications (1964) qu'il a dirigée avec Noël Arnaud. Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-caradec/#i_81374

CARELMAN JACQUES (1929-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 542 mots

Dessinateur humoristique, illustrateur de livres, peintre, sculpteur et décorateur de théâtre, Jacques Carelman est surtout connu pour son Catalogue d'objets introuvables . Né à Marseille en 1929, Jacques Carelman s'installe comme dentiste à Paris en 1956. Il se consacre également à diverses activités artistiques : décoration théâtrale, illustration de livres, peinture et sc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-carelman/#i_81374

FLANAGAN BARRY (1941-2009)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 868 mots

Le sculpteur britannique Barry Flanagan est célèbre pour ses lièvres malicieux et burlesques, réalisés en bronze, présents dans les musées et les espaces publics un peu partout dans le monde. On a tendance à oublier que le même artiste a joué, dans les années 1960, un rôle éminent au sein d'une communauté qui regroupait de jeunes plasticiens britanniques comme Richard Long, Gilbert et George, Ham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barry-flanagan/#i_81374

OLIVIER OLIVIER O. (1931-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 235 mots

Peintre français de l'absurde, de l'inquiétant et de la dérision, Olivier O. Olivier, de son patronyme Pierre Marie Olivier, est né en 1931 à Paris. Olivier O. Olivier obtient une licence de philosophie à la Sorbonne en 1954 et intègre l'École des beaux-arts de Paris. Dès 1955, il devient membre du Collège de pataphysique, où il occupera le poste de régent d'onirographie, et adhère en 1999 à l'O […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-o-olivier/#i_81374

QUENEAU RAYMOND (1903-1976)

  • Écrit par 
  • Jacques BENS
  •  • 3 022 mots

Dans le chapitre « « Je naquis au Havre un 21 février 1903... » »  : […] Né au Havre, où ses parents possédaient une boutique de confection et de mercerie, Raymond Queneau fréquente le lycée de la ville jusqu'à son baccalauréat. En 1920, il se rend à Paris pour préparer une licence de philosophie. En 1924, Pierre Naville le fait entrer au groupe surréaliste. D'octobre 1925 à février 1927, il effectue son service militaire dans les zouaves et participe, de ce fait, à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-queneau/#i_81374

TORMA JULIEN (1902-1933)

  • Écrit par 
  • Noël ARNAUD
  •  • 563 mots

Ni homme de lettres ni poète (c'est lui qui s'en défend), aventurier, un peu voyou, cynique, à l'instar de Rimbaud qu'il admire et dont le rapprochent d'autres penchants, Julien Torma laisse une œuvre écrite nombreuse pour une si brève existence, et des plus hétéroclites au double sens du mot : diverse et anomale. On le sait né à Cambrai, d'un père d'origine hongroise ; il anagrammatisera son nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-torma/#i_81374

Pour citer l’article

Noël ARNAUD, « PATAPHYSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pataphysique/