Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PATAPHYSIQUE

Science des exceptions ; science des solutions imaginaires. Deux notions fondent la 'pataphysique : celle des équivalences, et le clinamen ou légère déclinaison des atomes dans leur chute. Elle s'ébauche au lycée de Rennes dans la classe de physique du professeur Hébert entre 1885 et 1888. Alfred Jarry, un des élèves, aperçoit très vite l'importance de cette découverte. À partir de 1892, à Paris, il s'emploie à la dégager de sa confusion originelle.

Définitions

Les définitions fondamentales se lisent dans Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien, ouvrage terminé en 1898 mais dont le livre II : « Éléments de pataphysique » a été écrit beaucoup plus tôt. Jarry expose ainsi la 'pataphysique : « La pataphysique, dont l'étymologie doit s'écrire ἐπὶ (μετὰ τὰ ϕυσικά) et l'orthographe réelle 'pataphysique, précédé d'un apostrophe, afin d'éviter un facile calembour, est la science de ce qui se surajoute à la métaphysique, soit en elle-même, soit hors d'elle-même, s'étendant aussi loin au-delà de celle-ci que celle-ci au-delà de la physique. Exemple : l'épiphénomène étant souvent l'accident, la pataphysique sera surtout la science du particulier, quoiqu'on dise qu'il n'y a de science que du général. Elle étudiera les lois qui régissent les exceptions... Définition : la pataphysique est la science des solutions imaginaires, qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité. » Jarry donne l'exemple de la montre qu'on dit ronde alors qu'on lui voit de profil une figure rectangulaire étroite, et qui, vue de trois quarts, apparaît elliptique : la « réalité », quand nous la percevons, n'est que la représentation linéaire d'un de ses aspects auquel notre imagination seule prête une totalité. Dans le cas de la montre ronde, l'imagination est assez pauvre. Ceux qui pratiquent cette solution imaginaire élémentaire contestent même qu'elle en est une. Ils sont convaincus d'appréhender la réalité, et pourtant ils font de la pataphysique sans le savoir. La solution imaginaire est devenue pour eux le sens commun ; elle relève du consentement universel. Aussi, pour le pataphysicien, le sens commun, les conventions, la croyance à l'objectivité sont-ils éminemment pataphysiques. Dès 1893 (Guignol, dans L'Écho de Paris), Jarry crédite le Père Ubu de l'invention de la pataphysique, « science que nous avons inventée et dont le besoin se faisait généralement sentir ». Rien n'est plus juste : si la 'pataphysique reste innommée jusqu'au lycée de Rennes et inconnue des savants et du public jusqu'à sa révélation par Jarry, si sa doctrine n'est pas énoncée et ses règles formulées avant Faustroll, elle n'en a pas moins été pressentie et pratiquée de longue date.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BENS JACQUES (1931-2001)

    • Écrit par Noël ARNAUD
    • 562 mots

    Romancier subtil, Jacques Bens fut membre fondateur de l'Oulipo. Ses débuts, avec Valentin et La Plume et l'ange, avaient été remarqués par Raymond Queneau et Boris Vian ; le Collège de Pataphysique signala cet auteur nouveau qui, très pataphysiquement, mêle l'apparence et la réalité....

  • BLAVIER ANDRÉ (1922-2001)

    • Écrit par Jean-Didier WAGNEUR
    • 658 mots

    Né le 23 octobre 1922 à Hodimont (Belgique), André Blavier commence à se passionner pour les « fous littéraires » alors qu'il est jeune bibliothécaire à Verviers. Il va rassembler ce qui deviendra une des plus belles bibliothèques consacrées non seulement à ce thème, mais aussi au surréalisme et...

  • CARADEC FRANÇOIS (1924-2008)

    • Écrit par Jean-Didier WAGNEUR
    • 827 mots

    François Caradec est mort le 13 novembre 2008. Avec sa disparition c'est une époque qui semble se clore – celle des débuts du Collège de Pataphysique –, et un moment des lettres françaises où la « vie drôle » d'Alphonse Allais avait été remise à l'honneur : en témoigne ...

  • CARELMAN JACQUES (1929-2012)

    • Écrit par Universalis
    • 538 mots

    Dessinateur humoristique, illustrateur de livres, peintre, sculpteur et décorateur de théâtre, Jacques Carelman est surtout connu pour son Catalogue d'objets introuvables.

    Né à Marseille en 1929, Jacques Carelman s'installe comme dentiste à Paris en 1956. Il se consacre également à diverses...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi