PATAPHYSIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Science des exceptions ; science des solutions imaginaires. Deux notions fondent la 'pataphysique : celle des équivalences, et le clinamen ou légère déclinaison des atomes dans leur chute. Elle s'ébauche au lycée de Rennes dans la classe de physique du professeur Hébert entre 1885 et 1888. Alfred Jarry, un des élèves, aperçoit très vite l'importance de cette découverte. À partir de 1892, à Paris, il s'emploie à la dégager de sa confusion originelle.

Définitions

Les définitions fondamentales se lisent dans Gestes et opinions du docteur Faustroll, pataphysicien, ouvrage terminé en 1898 mais dont le livre II : « Éléments de pataphysique » a été écrit beaucoup plus tôt. Jarry expose ainsi la 'pataphysique : « La pataphysique, dont l'étymologie doit s'écrire ἐπὶ (μετὰ τὰ ϕυσικά) et l'orthographe réelle 'pataphysique, précédé d'un apostrophe, afin d'éviter un facile calembour, est la science de ce qui se surajoute à la métaphysique, soit en elle-même, soit hors d'elle-même, s'étendant aussi loin au-delà de celle-ci que celle-ci au-delà de la physique. Exemple : l'épiphénomène étant souvent l'accident, la pataphysique sera surtout la science du particulier, quoiqu'on dise qu'il n'y a de science que du général. Elle étudiera les lois qui régissent les exceptions... Définition : la pataphysique est la science des solutions imaginaires, qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité. » Jarry donne l'exemple de la montre qu'on dit ronde alors qu'on lui voit de profil une figure rectangulaire étroite, et qui, vue de trois quarts, apparaît elliptique : la « réalité », quand nous la percevons, n'est que la représentation linéaire d'un de ses aspects auquel notre imagination seule prête une totalité. Dans le cas de la montre ronde, l'imagination est assez pauvre. Ceux qui pratiquent cette solution imaginaire élémentaire contestent même qu'elle en est une. Ils sont convaincus d'appréhender la réalité, et pourtant ils font de la pataphysique sans le savoir. La solution imaginaire est d [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PATAPHYSIQUE  » est également traité dans :

BENS JACQUES (1931-2001)

  • Écrit par 
  • Noël ARNAUD
  •  • 570 mots

Romancier subtil, Jacques Bens fut membre fondateur de l'Oulipo. Ses débuts, avec Valentin et La Plume et l'ange , avaient été remarqués par Raymond Queneau et Boris Vian ; le Collège de Pataphysique signala cet auteur nouveau qui, très pataphysiquement, mêle l'apparence et la réalité. On retiendra particulièrement Sept Jours de liberté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-bens/#i_81374

BLAVIER ANDRÉ (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 660 mots

Né le 23 octobre 1922 à Hodimont (Belgique), André Blavier commence à se passionner pour les « fous littéraires » alors qu'il est jeune bibliothécaire à Verviers. Il va rassembler ce qui deviendra une des plus belles bibliothèques consacrées non seulement à ce thème, mais aussi au surréalisme et à Raymond Queneau. Car sa rencontre avec l'auteur du Chiendent décide de sa vie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-blavier/#i_81374

CARADEC FRANÇOIS (1924-2008)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 828 mots

François Caradec est mort le 13 novembre 2008. Avec sa disparition c'est une époque qui semble se clore – celle des débuts du Collège de Pataphysique –, et un moment des lettres françaises où la « vie drôle » d'Alphonse Allais avait été remise à l'honneur : en témoigne L'Encyclopédie des farces et attrapes et des mystifications (1964) qu'il a dirigée avec Noël Arnaud. Mais […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-caradec/#i_81374

CARELMAN JACQUES (1929-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 542 mots

Dessinateur humoristique, illustrateur de livres, peintre, sculpteur et décorateur de théâtre, Jacques Carelman est surtout connu pour son Catalogue d'objets introuvables . Né à Marseille en 1929, Jacques Carelman s'installe comme dentiste à Paris en 1956. Il se consacre également à diverses activités artistiques : décoration théâtrale, illustration de livres, peinture et sc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-carelman/#i_81374

FLANAGAN BARRY (1941-2009)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 868 mots

Le sculpteur britannique Barry Flanagan est célèbre pour ses lièvres malicieux et burlesques, réalisés en bronze, présents dans les musées et les espaces publics un peu partout dans le monde. On a tendance à oublier que le même artiste a joué, dans les années 1960, un rôle éminent au sein d'une communauté qui regroupait de jeunes plasticiens britanniques comme Richard Long, Gilbert et George, Ham […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barry-flanagan/#i_81374

OLIVIER OLIVIER O. (1931-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 235 mots

Peintre français de l'absurde, de l'inquiétant et de la dérision, Olivier O. Olivier, de son patronyme Pierre Marie Olivier, est né en 1931 à Paris. Olivier O. Olivier obtient une licence de philosophie à la Sorbonne en 1954 et intègre l'École des beaux-arts de Paris. Dès 1955, il devient membre du Collège de pataphysique, où il occupera le poste de régent d'onirographie, et adhère en 1999 à l'O […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivier-o-olivier/#i_81374

QUENEAU RAYMOND (1903-1976)

  • Écrit par 
  • Jacques BENS
  •  • 3 022 mots

Dans le chapitre « « Je naquis au Havre un 21 février 1903... » »  : […] Né au Havre, où ses parents possédaient une boutique de confection et de mercerie, Raymond Queneau fréquente le lycée de la ville jusqu'à son baccalauréat. En 1920, il se rend à Paris pour préparer une licence de philosophie. En 1924, Pierre Naville le fait entrer au groupe surréaliste. D'octobre 1925 à février 1927, il effectue son service militaire dans les zouaves et participe, de ce fait, à l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-queneau/#i_81374

TORMA JULIEN (1902-1933)

  • Écrit par 
  • Noël ARNAUD
  •  • 563 mots

Ni homme de lettres ni poète (c'est lui qui s'en défend), aventurier, un peu voyou, cynique, à l'instar de Rimbaud qu'il admire et dont le rapprochent d'autres penchants, Julien Torma laisse une œuvre écrite nombreuse pour une si brève existence, et des plus hétéroclites au double sens du mot : diverse et anomale. On le sait né à Cambrai, d'un père d'origine hongroise ; il anagrammatisera son nom […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/julien-torma/#i_81374

Voir aussi

Pour citer l’article

Noël ARNAUD, « PATAPHYSIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pataphysique/