OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La complicité intellectuelle de Raymond Queneau, écrivain frotté de mathématiques et de François Le Lionnais, homme de science passionné de littérature, marque la véritable origine de l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle). Autour d'eux, en novembre 1960, se rassemblent écrivains et mathématiciens (certains ont les deux compétences). Jacques Bens, Claude Berge, Jean Lescure, Jean Queval, Albert-Marie Schmidt, Latis et Noël Arnaud – quelques-uns d'entre eux étant également membres du Collège de pataphysique – font partie des fondateurs. Leur objectif est d'explorer le terrain des « créations créantes ». Ce n'est pas l'œuvre finie d'un auteur donné qui intéresse le groupe, mais son mode de fabrication, ses procédures, ce qu'on appellera finalement ses contraintes.

Stricto sensu, le travail de l'Oulipo consiste donc à exhumer, classer, illustrer les contraintes qui sont présentes dans l'écriture littéraire : contraintes formelles le plus souvent, liées à la langue, à la versification, à la construction narrative, contraintes sémantiques éventuellement. C'est la première tâche. La seconde est d'inventer de nouvelles contraintes, notamment par le recours aux mathématiques, terrain insuffisamment exploré jusqu'alors, et notamment par la méthode axiomatique après David Hilbert et le groupe Bourbaki.

L'Oulipo va ainsi redonner vie au lipogramme, une contrainte aimée des écrivains de l'Antiquité (Lasos d'Hermione, Nestor de Laranda, Tréphiodore de Sicile), et qui consiste à écrire un texte en renonçant à une lettre de l'alphabet. Du lipogramme va procéder une liste impressionnante d'autres procédures, illustrant l'idée qu'une contrainte est toujours la mère d'autres contraintes potentielles : le monovocalisme (une seule voyelle autorisée) ; la contrainte [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle)  » est également traité dans :

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

Dans le chapitre « Un modèle d'enseignement »  : […] Développée par Aristote, acclimatée à la latinité par Cicéron puis Quintilien, enfin intégrée par Augustin et les Pères de l'Église au christianisme, la rhétorique a considérablement changé de visage dans ces différentes périodes. Progressivement écartée au cours du Moyen Âge, elle fait retour pendant la Renaissance qui redécouvre les textes antiques. Elle établit les moyens de fabriquer un bon d […] Lire la suite

BENS JACQUES (1931-2001)

  • Écrit par 
  • Noël ARNAUD
  •  • 570 mots

Romancier subtil, Jacques Bens fut membre fondateur de l'Oulipo. Ses débuts, avec Valentin et La Plume et l'ange , avaient été remarqués par Raymond Queneau et Boris Vian ; le Collège de Pataphysique signala cet auteur nouveau qui, très pataphysiquement, mêle l'apparence et la réalité. On retiendra particulièrement Sept Jours de liberté (1961), recueil de nouvelles où sept jeunes gens se montren […] Lire la suite

BERGE CLAUDE (1926-2002)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 208 mots

Mathématicien français. Fondateur de la théorie des graphes, écrivain cofondateur de l'Oulipo (« Ouvroir de littérature potentielle », en 1960), Claude Berge laisse aussi une œuvre de sculpteur et une collection d'objets d'art des Asmat de Nouvelle-Guinée. Docteur ès sciences mathématiques, chercheur au C.N.R.S. dès 1952, directeur du Centre international de calcul à Rome (1965-1967), enseignan […] Lire la suite

BLAVIER ANDRÉ (1922-2001)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 660 mots

Né le 23 octobre 1922 à Hodimont (Belgique), André Blavier commence à se passionner pour les « fous littéraires » alors qu'il est jeune bibliothécaire à Verviers. Il va rassembler ce qui deviendra une des plus belles bibliothèques consacrées non seulement à ce thème, mais aussi au surréalisme et à Raymond Queneau. Car sa rencontre avec l'auteur du Chiendent décide de sa vie, en même temps qu'elle […] Lire la suite

ÉCOLE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 644 mots

La notion d'école littéraire est rarement employée en un sens rigoureux. Qui dit école, en effet, dit ou devrait dire relation de maître à disciple(s), transmission réglée d'un enseignement. La littérature, dans la définition même la plus vague, se laisse assez mal décrire en ces termes – plus mal encore sans doute que la peinture, où l'équivalent « école picturale » peut du moins s'appuyer (cert […] Lire la suite

FOURNEL PAUL (1947- )

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 962 mots

Peu d'écrivains contemporains savent comme Paul Fournel mener à bien l'exploration des genres littéraires, tout en restant fidèle à des thématiques fondatrices, étrangères à l'air du temps et aux sensibilités factices. Né à Saint-Étienne le 20 mai 1947, Paul Fournel intègre vingt ans plus tard l'École normale supérieure de Saint-Cloud. Mais aux carrières de la recherche et de l'enseignement, il p […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 7 355 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Perspectives et prospective »  : […] Par un effet malencontreux de l'extrême liberté dont jouirent et jouissent les lettres françaises, on en vient à vendre des livres composés de pages blanches, ou de voyelles et de consonnes en vrac. D'autres se présentent comme jeux de cartes qu'à son gré bat le lecteur. Rassotés de scientisme, de linguistique mal digérée, beaucoup de vains écriveurs contemporains recherchent dans ce qu'ils baptis […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - L'art public

  • Écrit par 
  • Caroline CROS, 
  • Universalis
  •  • 3 245 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des commandes autour des tramways »  : […] Dès 1991, en effet, la Ville de Strasbourg décide de réaliser un accompagnement artistique pour la ligne A de son Tramway. Mario Merz, Barbara Kruger, Jonathan Borofsky et les membres de l'Oulipo sont sélectionnés par le comité d'experts pour intervenir le long de la voie du tram, en travaillant autour de l'idée de la considération de l'autre. En 1998, pour la ligne B, inaugurée en septembre 2000 […] Lire la suite

LE LIONNAIS FRANÇOIS (1901-1984)

  • Écrit par 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 1 392 mots

Ingénieur chimiste de formation, François Le Lionnais aimait se présenter comme mathématicien. Jeune encore, il s'occupe du téléphone automatique. Résistant, il est déporté à Dora où il sabote le système de guidage des V2. Après la guerre, cet ami de Marcel Duchamp fondera, avec Raymond Queneau, l'Oulipo. François Le Lionnais a toujours eu des activités variées, la principale ayant été celle de co […] Lire la suite

PALINDROME, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 264 mots

Georges Perec, le champion incontestable du genre, écrivit en 1969 : « Litige. Regagner (et ne m'...). Ressac. Il frémit, se sape, na ; Eh, cavale ; Timide, il nia ce sursaut. [...] tu as rusé ; Cain ; Lied imité, la vache (à ne pas estimer) (flic assermenté, rengagé) régit./Il/ » ( Oulipo , 1973). Cet énoncé comporte deux parties, rigoureusement égales, liées entre elles par la possibilité de lir […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques JOUET, « OULIPO (Ouvroir de littérature potentielle) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oulipo/