PRÉPOSITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On appelle « préposition » une des parties du discours, invariable et toujours liée à un syntagme qu'elle régit et précède immédiatement (c'est le cas le plus général et le terme même de pré-position l'atteste), qu'elle peut suivre (certains lui réservent alors la dénomination de postposition : en allemand, meiner Meinung nach, « d'après moi » ; en latin, exempli gratia, « par exemple »), ou dont elle peut même être détachée (en anglais, The man I talk about, « L'homme dont je parle »). Du point de vue lexical, il est généralement aisé de dresser l'inventaire de la classe des prépositions, étant donné le petit nombre de relations sémantiques primitives ou dérivées que celles-ci expriment, de telle sorte que la grammaire traditionnelle, fondée en grande partie sur l'analyse des rapports logiques présidant à l'organisation de l'énoncé, répertorie les valeurs des groupes circonstants en fonction de la préposition qui les régit. Cela ne va pas sans soulever certaines objections de la part d'une linguistique formelle : quel avantage l'analyse retire-t-elle d'un sens déjà postulé, étant donné que la polysémie de la préposition (qu'on pense à la multiplicité des acceptions de « à », de « pour », de « de », etc.) est fonction la plupart du temps des traits lexicaux contenus dans le syntagme régi ? Un cas intéressant se présente lorsque l'on rencontre précisément le degré zéro de la préposition : un énoncé tel que « Il chante le matin » ne peut, dans la pratique, être désambiguïsé que par référence aux différentes constructions possibles du verbe régissant (dans cet exemple, « chanter » peut être transitif ou non). Aussi les procédures linguistiques sont-elles toujours plus enclines à parler de syntagme prépositionnel en général, ou même de syntagme adverbial lorsque le groupe considéré peut commuter avec un adverbe (il n'y a aucune différence de structure syntaxique, en effet, entre « rapidement » et « de toute la vitesse de ses jambes »), que de complément de lieu, de manière, etc. La préposition acquiert alors un statut de démarcatif entre les groupes qu'elle met en rapport : on a, par suite, intérêt à distinguer des syntagmes prépositionnels dont l'ordre est assigné tels que l'adnominal (« un vase de Chine ») et ceux qui jouissent d'une certaine autonomie dans l'énoncé (« À midi il reviendra/Il reviendra à midi ») ; dans certains cas, la superposition des deux structures peut donner lieu à des ambiguïtés (« Il m'a rapporté un vase de Chine »).

C'est l'une des raisons pour lesquelles la grammaire générative et transformationnelle considère la préposition comme le résultat, en surface, d'une série d'opérations complexes qui affectent la profondeur de la structure : ainsi s'explique que des syntagmes tels que « Il a acheté un livre à son voisin » laissent indécidable la question de savoir si le livre a été acheté pour ou auprès de ; il en va de même de « Il travaille pour ses enfants » (dans l'intérêt de/à la place de/en étant rémunéré par). On en vient assez vite à préciser que la préposition représente dans l'énoncé terminal l'image d'une prédication sous-jacente se composant avec la matrice de la phrase simple. L'exemple le plus éclairant est, de ce point de vue, la polysémie de « de » : outre la symétrie de « la crainte des ennemis » (les ennemis craignent/les ennemis sont craints), on peut relever l'emploi dit appositionnel (« la ville de Paris », « un coquin de laquais ») qui comporte la même réversibilité (la ville qui est Paris, un laquais qui est un coquin), qu'il faut selon toute vraisemblance imputer à une copule (être) transformée en surface. On peut noter, pour finir, le caractère hétéroclite de la classe des prépositions ; leur origine est diverse, du point de vue diachronique ; à côté de prépositions primitives, issues directement du latin (« à », « de », « en », « par », « pour », « sans »), il en est qui dérivent d'un renforcement d'adverbe (« dans », provenant de de intus), d'un nom ou d'une locution nominale (casa donnant « chez », ad pressum, « après », etc.), et même d'un adjectif (« pendant ») ; bon nombre d'entre elles enfin sont formées d'un véritable syntagme prépositionnel : « en dépit de », « lors de », « parmi » (par le milieu), « malgré ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRÉPOSITION  » est également traité dans :

ABLATIF

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 358 mots

Dans les langues à flexion, l'ablatif est une forme marquée dont les valeurs syntaxiques sont diverses. Les grammairiens de l'Antiquité lui avaient donné ce nom issu du radical latin qui signifie « ôter » dans la mesure où ils étaient sensibles à l'un de ses principaux rôles, celui de désigner une opération d'extraction ; des emplois souvent voisins, sémantiquement, rappellent cette fonction essen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « PRÉPOSITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/preposition/