OURAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'économie ouralienne

L'Okroug fédéral de l'Oural s'étend pour l'essentiel (85 p. 100 de sa superficie) sur la plaine de Sibérie occidentale, et n'a guère de rapport avec la chaîne de montagne dont il emprunte le nom. Cependant, la subdivision de l'okroug fédéral, créée en 2000, n'est pour l'instant qu'un cadre de regroupement de statistiques et n'a pas de fonctions d'aménagement régional.

Dans ce regroupement administratif, seuls les oblasts de Sverdlovsk et de Tcheliabinsk sont réellement ouraliens, puisqu'ils occupent effectivement l'essentiel de la partie centrale de la chaîne. Ils sont au cœur de la vie économique de l'Oural. L'extrême sud de la chaîne s'étend sur les territoires de la République autonome du Bachkortostan et de l'oblast d'Orenbourg, tous deux rattachés à l'okroug fédéral de la Volga. Cette partie « volgienne » de l'Oural correspond à la même logique de mise en valeur que le reste de la chaîne, mais elle est très peu peuplée : les 70 000 kilomètres carrés du Bachkortostan montagneux comptent moins de 500 000 habitants. Au nord de l'oblast de Sverdlovsk, réduite à un mince liseré, elle est presque inhabitée. C'est là qu'on trouve le point culminant de la chaîne, le mont Narodnaïa (1 895 m).

Une montagne traditionnellement vouée à l'industrie lourde

L'Oural entre dans les circuits économiques aux xiv-xve siècles. Les Novgorodiens viennent y chercher des fourrures et du sel. Passé sous la tutelle de la Moscovie à la fin du xve siècle, il voit passer les pistes qui relient Moscou à la Sibérie, conquise à partir du xvie siècle.

Le peuplement et la mise en valeur de l'Oural ne s'engagent qu'avec Pierre le Grand, qui y développe l'activité minière, la métallurgie et les manufactures d'armes. Les bassins miniers déterminent la fondation des premières villes. Iekaterinbourg est fondée en 1723 en l'honneur de l'épouse de Pierre le Grand, Catherine ; Nijni-Taghil est fondée en 1725, Tcheliabinsk, en 1736. Vers 1750, l'Oural fournit la moitié de la fonte du pays.

À la fin du xixe siècle, avec le décollage industriel de l'Empire russe, les capitaux étrangers affluent, et l'Oural est équipé de ses premiers hauts-fourneaux. Le chemin de fer fixe définitivement les deux grandes voies de passage de la chaîne, l'une par Iekaterinbourg, l'autre par Tcheliabinsk.

Les plans quinquennaux soviétiques des années 1930 font de l'Oural la seconde base sidérurgique du pays. Puis il reçoit de nombreuses usines d'armement, avec leurs ouvriers et la population, transférées de la partie occidentale du pays à partir de 1940. Le manque de charbon à coke a conduit à cette époque à créer un organisme géant, l'Oural Kouzbass Kombinat, associant la sidérurgie de l'Oural au charbon du Kouzbass sibérien, distant de plus de 1 500 kilomètres, organisme dissous dans les années 1960. L'Oural resta néanmoins un des piliers de la production soviétique d'acier avec 33 millions de tonnes en 1970, soit une fois et demie la production française de l'époque. Il a reçu par ailleurs plusieurs sites stratégiques du programme nucléaire soviétique, confirmant son rôle séculaire de « place d'armes » du pays.

Une reconversion difficile

Depuis la fin des années 1980, l'Oural ne joue plus de rôle essentiel dans l'activité extractive : il n'assure plus que 15 p. 100 de la production de fer et de bauxite, moins de 10 p. 100 de celle de nickel. Il n'est important que pour la production de cuivre, avec 30 à 40 p. 100 de la production nationale. La basse teneur des minerais et la faiblesse des réserves (sauf pour le fer) y obèrent cependant l'avenir. L'Oural n'a une part essentielle que pour l'extraction de l'amiante (il confère à la Russie le rang de premier producteur mondial) et du vanadium (qui fait de la Russie le 3e producteur mondial de ce métal d'alliage). La production de charbon est devenue insignifiante (1,5 p. 100 de la production russe), et il s'agit de charbon brun, de médiocre qualité. Pour l'énergie, l'Oural repose donc sur le gaz et le pétrole de la plaine de Sibérie occidentale voisine.

Alors que, dans tout l'ouest de la Russie, les investissements étrangers se multiplient dans les années 2000 (usines d'automobiles, d'électroménager, de biens de consommation), l'Oural n'a enregistré aucune implantation majeure. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Nanterre, journaliste scientifique
  • : agrégé de géographie, docteur d'État ès lettres
  • : professeur à l'université de Lyon-II, chercheur au Centre Magellan, Université de Lyon-III
  • : professeur titulaire de la faculté des sciences de l'université de Picardie

Classification

Autres références

«  OURAL  » est également traité dans :

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre «  Grands traits structuraux »  : […] L'état des connaissances géologiques permet de définir avec assez de précision les grands ensembles structuraux asiatiques, ceux-ci offrant à leur tour la possibilité de mieux préciser les limites de l'Asie géologique . Celle-ci résulte d'une longue histoire, dont le début demeure et risque de rester longtemps fort mal connu, et au cours de laquelle des chaînes de montagnes se sont succédé, se su […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Dépression aralo-caspienne et massif central kazakhe »  : […] La dépression aralo-caspienne occupe l'emplacement d'un secteur faible du domaine plissé paléozoïque asiatique. Sur la surface d'aplanissement qui nivèle les structures anciennes affaissées, les transgressions mésozoïques et cénozoïques ont déposé des couches de sédiments généralement minces et restées horizontales, au moins dans la moitié septentrionale de la cuvette. Par places, dans le quart s […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La limite Europe-Asie »  : […] La limite occidentale de l'Asie est celle qui soulève le plus de problèmes géographiques. Elle pose intrinsèquement et relativement la question de la limite orientale de l'Europe, que l'élargissement politique et économique de l'Union européenne a relancée depuis l'effondrement du bloc soviétique. Le consensus est loin de régner à ce sujet, bien que la géographie soit régulièrement convoquée de f […] Lire la suite

BACHKORTOSTAN

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 278 mots
  •  • 1 média

La Bachkortostan est, depuis 1992, une république constitutive de la Fédération de Russie. Il a pris la suite de la république socialiste soviétique autonome des Bachkirs ou de Bachkirie, créée le 23 mars 1919 et qui a cessé d'exister en 1990 lorsqu'elle a proclamé sa souveraineté sous le nom de Bachkortostan. Située sur le versant occidental de l'Oural, la république rassemblait en 2002, sur un t […] Lire la suite

EKATERINBOURG, anc. SVERDLOVSK

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 394 mots
  •  • 1 média

Avec une population de 1 444 500 habitants en 2016, Ekaterinbourg ou Iekaterinbourg (Sverdlovsk de 1924 à la chute du régime communiste) est la plus peuplée des villes ouraliennes et la quatrième ville de la fédération de Russie. Au début du xix e  siècle, Ekaterinbourg rivalisa avec Perm pour la prééminence dans l'Oural ; si elle l'a emporté sur sa rivale traditionnelle, sa primauté est à son tou […] Lire la suite

EUROPE - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • Pierre RAT
  •  • 10 015 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Fin du Paléozoïque : l'Europe incluse dans la Pangée »  : […] Dernier épisode de l'orogenèse hercynienne, le plissement de l'Oural (« phase saalienne ») soude l'Asie à l'ensemble déjà constitué par la réunion du continent euraméricain et du Gondwana. Toutes les masses de croûte continentale du monde sont alors pratiquement réunies en une Pangée unique. Dans ce mégacontinent, le domaine océanique s'avance en coin depuis l'est jusque dans le futur domaine a […] Lire la suite

KOURGANES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Huguette MEUNIER
  •  • 957 mots

vi e  siècle avant notre ère Kourgane de Kelermès (Kouban) découvert en 1903. La célèbre panthère d'or abrite, sous ses pattes et tout au long de sa queue, dix petites panthères roulées en boule. C'est un des motifs récurrents de l'art scythe. v e  siècle avant notre ère Kourgane d'Ouliap (Kouban). L'influence ionienne se marque dans la complexité plus grande des sujets et l'apparition de scènes […] Lire la suite

MAGNITOGORSK

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 338 mots

Située dans l'oblast de Tcheliabinsk (fédération de Russie), Magnitogorsk fut, durant les années 1930 et 1940, la plus célèbre des villes-champignons de l'Union soviétique. Située au pied du versant oriental de l'Oural du Sud, à proximité du gisement de fer à forte teneur de la Magnitnaïa Gora (Montagne Magnétique), la ville a grandi en même temps que l'entreprise sidérurgique qui est à son origin […] Lire la suite

OUFA

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 307 mots

Capitale de la république de Bachkirie (membre de la fédération de Russie, ex-république socialiste soviétique autonome de Bachkirie), Oufa (1 022 600 hab. en 2007), a grandi le long des rives de la rivière Bielaïa, affluent de la Kama, au voisinage de sa confluence avec la rivière Oufa. Cette dernière, qui descend d'un col donnant accès à Tcheliabinsk, a donné son nom à la ville . Forteresse russ […] Lire la suite

PATRIMOINE MINIER EN EUROPE

  • Écrit par 
  • Louis BERGERON
  •  • 2 673 mots

Dans le chapitre « Trois zones pionnières »  : […] Trois microrégions de l'Europe sont aujourd'hui engagées dans ce dialogue entre des partenaires naguère considérés comme inconciliables : l'héritage de l'industrialisation, qui n'est après tout que celui d'une des formes de la créativité humaine, et « l'art » ou « la nature ». À l'ouest de l'Europe, il s'agit de la Cornouaille britannique (autour de Camborne), où se poursuit le programme grâce auq […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

9-21 novembre 2017 Russie. Détection d'un rejet de ruthénium 106 en Europe.

L’IRSN estime que « la zone de rejet la plus plausible se situe entre la Volga et l’Oural » et que celui-ci provient d’« installations du cycle du combustible nucléaire ou de fabrication de sources radioactives ». La Russie, comme le Kazakhstan, niera dans les jours suivants être à l’origine de ce rejet. Le 20, l’agence de météorologie russe Rosguidromet reconnaît qu’une concentration « extrêmement élevée » de ruthénium 106 a été enregistrée en septembre dans des stations d’observation de l’Oural. […] Lire la suite

1er juillet - 17 août 2007 États-Unis – Russie. Montée des tensions

limite le nombre des armements lourds – chars, pièces d'artillerie lourde, avions et hélicoptères de combat – déployés de l'Atlantique à l'Oural. Le 17 août, Vladimir Poutine annonce la reprise des patrouilles permanentes de bombardiers stratégiques, qui étaient abandonnées depuis 1992.  […] Lire la suite

3 juin 1989 U.R.S.S. Catastrophe ferroviaire dans l'Oural

Une fuite de gaz provenant d'un gazoduc longeant la voie ferrée transsibérienne provoque une gigantesque explosion au moment où deux trains de voyageurs se croisent entre les villes d'Oufa et d'Acha, dans une vallée à l'ouest des monts Oural. Des wagons renversés et calcinés sont retirés, selon un premier bilan, cent quatre-vingt-douze morts et plus de sept cents blessés. […] Lire la suite

22 septembre 1986 Europe. Signature d'un accord de contrôle des armements à la conférence de Stockholm

Il prévoit, pour les armements conventionnels, un ensemble de mesures de confiance et de sécurité qui s'appliqueront de l'Atlantique à l'Oural : les signataires s'engagent en particulier à annoncer à l'avance les manœuvres militaires qu'ils organisent et acceptent de les ouvrir à des observateurs à partir d'un seuil de dix-sept mille soldats, ce droit d'inspection constituant un progrès indéniable par rapport à l'acte final de la conférence d'Helsinki. […] Lire la suite

11-19 juin 1986 Europe de l'Est – O.T.A.N. Propositions soviétiques sur le désarmement

une réduction par étapes des forces conventionnelles en Europe « de l'Atlantique à l'Oural ». Ces propositions sont le prolongement de celles qui ont été faites à Berlin-Est, le 18 avril, par Mikhaïl Gorbatchev, mais les pays du pacte incluent dans leur projet les armes nucléaires tactiques qui ont une portée inférieure à 1 000 kilomètres et proposent leur destruction totale. […] Lire la suite

Pour citer l’article

André BLANC, Pierre CARRIÈRE, Pascal MARCHAND, Guy MENNESSIER, « OURAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oural/