HYDROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Étymologiquement, l'hydrologie est la science de l'eau. Molécule, gaz, liquide ou solide, l'eau voit son étude ressortir à la physique et à la chimie. C'est à l'étude de l'eau dans la nature, où s'expriment évidemment ses propriétés physico-chimiques, qu'est consacrée l'hydrologie. L'eau apparaît dans la nature sous des formes et selon des rythmes extraordinairement diversifiés, mais toujours dans le cadre d'un milieu, souvent support d'un écosystème, où se déroulent de nombreux phénomènes physiques, chimiques et biologiques. L'eau est le constituant presque exclusif de certains de ces milieux (océans, glaciers, rivières, lacs...), alors qu'ailleurs (atmosphère, sols, nappes souterraines...) elle est mêlée ou juxtaposée à d'autres constituants. Dans tous les cas, la spécificité des milieux résulte de l'organisation et de la hiérarchie des phénomènes qui s'y déroulent. On sait aujourd'hui que ces milieux sont les phases d'un cycle de l'eau – structure de l'hydrosphère terrestre – animé par l'énergie du Soleil, qu'il contribue à redistribuer à la surface de la Terre. L'existence et le fonctionnement de ce cycle n'ont été clairement établis qu'au xixe siècle, en particulier grâce à la pratique du bilan hydrologique, avatar du principe universel de conservation de la matière.

Cycle de l'eau

Vidéo : Cycle de l'eau

Vidéo

L'eau de notre planète est répartie entre des « réservoirs » interconnectés. Les transferts de l'un à l'autre constituent le cycle de l'eau.Près des trois quarts de la surface de la Terre sont couverts d'eau. Sous l'effet de la chaleur du Soleil, l'eau s'évapore et s'élève dans... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

Si l'objet de l'hydrologie est ainsi bien défini, la diversité réelle des objets hydrologiques et des préoccupations sociales qui les concernent ont suscité des approches parcellaires, parfois justifiables, mais souvent préjudiciables à la compréhension globale des phénomènes hydrologiques. À travers l'océanologie (science des océans), la météorologie (science de l'atmosphère), la glaciologie (science des glaciers), la potamologie (science des rivières), la limnologie (science des lacs), l'hydrogéologie (science des eaux souterraines), émiettement auquel se superpose la diversité des approches physiques, chimiques et biologiques, l'hydrologie telle qu'on peut la souhaiter res [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Cycle de l'eau

Cycle de l'eau
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Volume des phases de l'hydrosphère

Volume des phases de l'hydrosphère
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Précipitations et évaporation

Précipitations et évaporation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Précipitations : valeurs pour différents intervalles de temps

Précipitations : valeurs pour différents intervalles de temps
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur ès sciences Maître de recherche à l'école nationale supérieure des Mines de Paris
  • : Conseiller scientifique à la Direction des études et recherches, Electricité de France, professeur à l'Ecole normale du génie rural, des eaux et des forêts.

Classification

Autres références

«  HYDROLOGIE  » est également traité dans :

AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

  • Écrit par 
  • Roland POURTIER
  •  • 21 433 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Les eaux  »  : […] L' hydrologie africaine présente de très grands contrastes dans la répartition des ressources en eau opposant Afrique sèche et Afrique humide. Les cours d'eau, les lacs et les lignes de partage des eaux ont joué un rôle très important dans le tracé des frontières africaines. L'hydrographie a par ailleurs été abondamment sollicitée pour la dénomination des États et des circonscriptions administrat […] Lire la suite

AMAZONIE

  • Écrit par 
  • Martine DROULERS
  •  • 3 262 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Un potentiel immense encore mal connu »  : […] Les fleuves sont les grandes voies de pénétration, c'est par eux que l'Amazonie a été explorée, conquise et exploitée. Ils sont le symbole et la fierté de ses habitants. Les études hydrologiques se développent pour mieux calculer les apports des fleuves à l'océan et mettre au point des modèles de prévision des crues. Il s'agit de la plus grande masse d'eau douce de la planète et le débit moyen a […] Lire la suite

BARRAGES

  • Écrit par 
  • Claude BESSIÈRE, 
  • Pierre LONDE
  •  • 15 785 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Évacuateur de crues »  : […] Seul le problème du déversement des crues sur la crête des barrages est traité ici. Les déversoirs doivent être dessinés pour laisser passer, sans dommage, les plus grosses crues admissibles. La détermination de la crue exceptionnelle (crue maximale possible) relève de l' hydrologie. Les crues sont un phénomène aléatoire qui obéit aux lois de la statistique. Malheureusement, le nombre de données […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE - Aspects scientifiques

  • Écrit par 
  • Jean JOUZEL
  •  • 4 361 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Des impacts déjà observés »  : […] Au cours des dernières décennies, les changements climatiques ont eu des effets sur les systèmes naturels et humains de tous les continents et à travers les océans. Ils sont dus, avec un niveau de confiance généralement élevé, au changement climatique observé, quelle que soit sa cause, indiquant la sensibilité des systèmes naturels et humains au changement climatique. Dans de nombreuses régions, l […] Lire la suite

EAU - Les défis de l'eau

  • Écrit par 
  • Ghislain de MARSILY
  •  • 7 679 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Eau renouvelable »  : […] La ressource en eau renouvelable de la planète est uniquement fournie par les précipitations annuelles sur les continents, qui sont estimées à 119 000 km 3 /an. Cela correspond en moyenne à une « lame d'eau » de pluie de l'ordre de 720 mm/an. Le devenir moyen de cette ressource est alors le suivant : – 74 000 km 3 /an repartent vers l'atmosphère, par évaporation directe et surtout par transpirat […] Lire la suite

EAU (notions de base)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DELÉAGE
  •  • 6 212 mots
  •  • 5 médias

De toutes les planètes du système solaire, la Terre est la seule à être pourvue d'une hydrosphère. Celle-ci recouvre plus des deux tiers de sa surface. Les propriétés de l'eau sont tout à fait exceptionnelles : condition de la vie, solvant quasi universel, vecteur de chaleur, puissant régulateur thermique, etc. La disponibilité en eau est l'une des clés de la distribution des êtres vivants à la s […] Lire la suite

EMBOUCHURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 3 324 mots

L' embouchure d'un cours d'eau est le lieu où il déverse dans la mer ou dans un lac ses eaux et sa charge solide. L'interaction entre l'écoulement à sens unique du fleuve et les mouvements alternatifs de la mer y détermine des rapports particuliers entre les masses d'eau, et des formes spécifiques d'érosion et de sédimentation. Sur la plupart des côtes, les embouchures occupent leur emplacement […] Lire la suite

ESTUAIRES

  • Écrit par 
  • Michèle LE GOAZIGO
  •  • 828 mots

Reliant à la mer rivières et fleuves, les estuaires représentent la forme la plus classique de transition entre le domaine continental et le domaine marin. L'origine latine de ce terme est très significative : aestus (la marée) est le substantif du verbe aesto (je bouillonne), ce qui suggère bien l'effet bouillonnant de la marée montante à l'embouchure du fleuve au moment du mélange des eaux. Le […] Lire la suite

FLEUVES

  • Écrit par 
  • Lazare BOTOSANEANU, 
  • Pierre CARRIÈRE
  •  • 9 686 mots
  •  • 14 médias

Les fleuves, et les cours d'eau en général, ont toujours tenu une grande place dans la vie des hommes et leurs préoccupations. Les civilisations anciennes, désarmées devant leur puissance de destruction et ne pouvant ni expliquer ni prévoir leur comportement, les ont divinisés et implorés. L'homme moderne a entrepris de les étudier (potamologie), de comprendre les lois de leur écoulement ( hydrolo […] Lire la suite

GLACIERS

  • Écrit par 
  • François ARBEY, 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 12 998 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Eau dans les glaciers »  : […] Les vitesses de glissement des glaciers tempérés de vallée sont plus élevées autour du solstice d'été, lorsque l'eau de fonte des neiges est très abondante. (Une forte pluie d'été peut aussi augmenter les vitesses.) Il est manifeste que l'eau, sous pression, a pénétré sous le glacier et a permis des décollements entre glace et rocher qui rendent le glissement plus aisé. Au glacier du Gorner on a m […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre HUBERT, Gaston RÉMÉNIÉRAS, « HYDROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hydrologie/