SCHLEMMER OSKAR (1888-1943)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'une des plus fortes personnalités du Bauhaus, où il enseigne de 1920 à 1929, tout d'abord chargé des ateliers de sculpture et de peinture murale, puis de l'atelier de théâtre (1923). Malgré une formation classique de peintre à Stuttgart chez Adolf Hoelzel, au côté de Meyer-Amden, Schlemmer a su élargir le champ de sa réflexion à partir de considérations purement plastiques dérivant de l'étude du corps humain et de ses rapports avec l'espace. Il préconise la réduction du corps à des éléments simples : cercle, sphère, cylindre, cône, et à des lignes géométriques dont l'emplacement est fixé par des règles de composition (Homo, figure T, 1919-1920). Ses peintures, ses dessins, ses aquarelles constituent à eux seuls un essai d'intégration de la surface peinte à la totalité de l'architecture que concrétisent mieux encore les peintures murales réalisées au Bauhaus ou à Essen : tonalités claires, volumes simples, trouées lumineuses, concertation et rapports de formes vivantes (L'Entrée du stade, 1930 ; L'Escalier du Bauhaus, 1932). Dans ces œuvres, l'homme est toujours présent, il est même le foyer de l'espace qui s'organise autour de lui. Ces conceptions, conjuguées à un refus de l'émotion, de l'expressivité, sont plus nettes encore dans les recherches théâtrales que Schlemmer a menées presque exclusivement au Bauhaus. Dans une mise en scène dépouillée à la manière de Gordon Craig et d'Adolphe Appia qui exclut toute action de type romantique, Schlemmer organise des ballets-mimodrames où seul compte le jeu plastique des corps dans l'espace : « partir des positions du corps, de sa simple présence, de la position debout, de la marche ». Les costumes pour lesquels l'imagination de l'artiste se plie à la géométrie en exploitant la richesse des matériaux (métal, y compris le fil de fer qu'il employait pour ses sculptures), les masques, les jeux de lumière et de couleurs (dus surtout à Hirschfeld-Mack) dramatisent le décor schématique (Danse du métal, 19 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., École des hautes études en sciences sociales, Paris

Classification


Autres références

«  SCHLEMMER OSKAR (1888-1943)  » est également traité dans :

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 454 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une esthétique nouvelle »  : […] Gropius déclarait qu'il aurait échoué dans son entreprise si, un jour, l'on pouvait parler d'un «  Bauhausstil  ». L'optique du Bauhaus étant de n'imposer aucun cadre théorique rigide et d'accueillir des artistes venus de tous les horizons esthétiques, de l'abstraction géométrique au surréalisme, on conçoit mal qu'un style qui lui eût été propre ait pu se dégager. Le Bauhaus a duré quatorze ans ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bauhaus/#i_4801

CONSTRUCTIVISME

  • Écrit par 
  • Andréi NAKOV
  •  • 3 374 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Enseignement et pratique »  : […] Les fréquents contacts des artistes russes avec le milieu allemand contribuèrent à la diffusion rapide des idées constructivistes en Europe. Plusieurs architectes occidentaux vont construire de grands ensembles pour le jeune État socialiste : Le Corbusier réalise sa première grande construction à Moscou, le Centrosoyouz (1930). En 1921, l'exode des artistes russes commence : Kandinsky, Gabo, Pevs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constructivisme/#i_4801

DANSER SA VIE (exposition)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 446 mots

Dans le chapitre « Danse et abstraction »  : […] La seconde partie de l'exposition, intitulée « Danse et abstraction », nous plonge dans l'univers de la danse dite « abstraite ». Dès l'aube du xx e  siècle, l'Américaine Loïe Fuller s'intéresse aux progrès de la technique, notamment de l'éclairage électrique, pour créer un nouveau type de spectacles, les ballets cinétiques, où le corps des danseurs disparaît pour laisser place à des formes abstr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/danser-sa-vie/#i_4801

FLOCON ALBERT (1909-1994)

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM
  •  • 1 050 mots

Graveur, peintre, géomètre et écrivain, Albert Flocon est l'un des grands intellectuels humanistes du xx e  siècle. Né le 24 mai 1909 à Köpenick, près de Berlin, sous le nom d'Albert Menzel, il se passionne très tôt pour le dessin, le théâtre et la littérature. Son père, qui dirigeait une usine de compteurs à gaz à Döbeln, l'envoie faire ses études secondaires à Haubinda. Flocon y anime un petit g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/albert-flocon/#i_4801

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des arts de la scène »  : […] Or la scène, marquée par l'impact du wagnérisme, ne pouvait manquer d'offrir à ces rencontres un espace privilégié . En 1894, Albéric Magnard (1865-1914) déclarait, dans un article consacré à La synthèse des arts dans la Revue de Paris  : « Le théâtre lyrique est aujourd'hui la forme la plus complète de l'art synthétique et la seule qui permette la fusion du mot, du son, de la couleur. » Appia, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_4801

Pour citer l’article

Michel FRIZOT, « SCHLEMMER OSKAR - (1888-1943) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oskar-schlemmer/