ORIENTATION ANIMALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comportements taxiques

Dans les actions segmentaires qui permettent à l'animal de s'orienter dans une direction particulière, l'intervention de la locomotion est nulle. Cependant, l'orientation prise peut intéresser l'ensemble de l'organisme, en particulier lorsque l'animal exécute des mouvements de correction pour amener la ligne de regard dans la direction du stimulus avec une précision accrue. Dans les comportements taxiques, la réaction intéresse toujours l'ensemble de l'organisme ; de plus, dans toute taxie véritable, la locomotion et l'orientation sont indissociables. Les recherches sur les taxies remontent aux anciens travaux de J. Loeb (1889) et de S. H. Jennings (1906). À l'époque, le terme « taxie » n'était pas forgé et l'on parlait de « tropismes », les biologistes ayant purement et simplement transposé au domaine des réactions animales élémentaires un concept élaboré par les botanistes pour décrire les courbes de croissance des végétaux. En 1919, dans une étude célèbre intitulée Die Orientierung der Tiere im Raum, A. Kühn propose de réserver la dénomination de tropismes aux phénomènes d'orientation statique observés chez les organismes fixés (végétaux ou animaux) et de désigner par « tactismes » ou « taxies » les mouvements dirigés des végétaux mobiles et les réactions locomotrices d'orientation des animaux mobiles. Kühn classe les réactions locomotrices non directionnelles sous la rubrique générale des cinèses. Parmi les taxies, seules les topotaxies sont d'authentiques comportements directionnels parce qu'ils sont définissables comme des déplacements vectoriels précis.

G. S. Fraenkel et D. L. Gunn (1940-1961) développent considérablement le système de Kühn et le précisent sur plus d'un point. Selon Kühn, on l'a vu, les cinèses sont des réactions non directionnelles ; elles sont caractérisées par le fait que la vitesse de la locomotion est fonction de l'intensité de la stimulation. Fraenkel et Gunn conservent cette définition mais restreignent son extension au cas où l'organisme procède sans déviations exploratrices. Ils désignent cette réaction sous le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Force électromotrice d'opposition chez les planaires

Force électromotrice d'opposition chez les planaires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ommatidie et ses huit rhabdomères

Ommatidie et ses huit rhabdomères
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Saumon

Saumon
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Louvain, membre de l'Académie royale des sciences et de l'Académie royale de langue et de littérature française de Belgique, membre correspondant du Muséum national d'histoire naturelle de Paris

Classification

Autres références

«  ORIENTATION ANIMALE  » est également traité dans :

DANSE DES ABEILLES

  • Écrit par 
  • Antoine CHAFFIOL, 
  • Minh-Hà PHAM-DELÈGUE
  •  • 500 mots
  •  • 1 média

Le zoologue autrichien Karl von Frisch, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1973, a réalisé des travaux décisifs concernant la communication sociale chez l'abeille . Ainsi, avant les années 1950, il a décodé la danse qu'exécute une abeille butineuse lors de son retour à la ruche afin de donner aux abeilles suiveuses la direction et la distance de la source de nourriture qu'elle vient de dé […] Lire la suite

LANGAGE DES ABEILLES

  • Écrit par 
  • Minh-Hà PHAM-DELÈGUE
  •  • 212 mots
  •  • 1 média

Depuis des siècles, des danses d'abeilles à l'intérieur de la ruche ont été observées. Mais leur signification reste inconnue jusqu'aux travaux décisifs de Karl von Frisch, publiés dès 1927 : Aus dem Leben der Bienen ( La Vie des abeilles ). Celui-ci découvre que les abeilles communiquent par la danse en rond lorsque la source d'approvisionnement est proche (moins de 50 m), et par la danse frétil […] Lire la suite

MIGRATIONS ANIMALES

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD, 
  • Jean DORST
  •  • 11 679 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Mécanismes de l'orientation »  : […] Les repères olfactifs jouent un rôle important chez les poissons et peut-être chez les mammifères, mais l'orientation des oiseaux et sans doute d'autres animaux met en jeu une véritable navigation d'après des repères astronomiques. Excepté pour les oiseaux, les problèmes que posent l'orientation et ses mécanismes physiologiques sont mal connus. On sait que divers invertébrés, notamment des crustac […] Lire la suite

PRIMATES

  • Écrit par 
  • Bertrand L. DEPUTTE
  •  • 23 052 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Mécanismes de communication différée »  : […] Ce processus de communication différée intervient lorsque la distance interindividuelle est grande ; il utilise essentiellement le mode olfactif et sonore, et concerne souvent des spécialisations anatomiques particulières. La production de signaux olfactifs est très développée chez les Prosimiens et certains Singes du Nouveau Monde, mais très peu chez ceux de l'Ancien Monde. Les Prosimiens possèd […] Lire la suite

TAXIES

  • Écrit par 
  • Gaston RICHARD
  •  • 5 868 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les origines »  : […] Sous l'impulsion du cartésianisme qui distingue l'animal de l'homme grâce à l'automatisme qui caractériserait le premier, et à la suite de l'anthropomorphisme à la G. J. Romanes qui prête à tous les êtres vivants les modes de comportement humain, au cours de la seconde moitié du xix e siècle se dégagent quelques efforts d'objectivité. On commence à s'intéresser aux facteurs de l'environnement qui […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges THINÈS, « ORIENTATION ANIMALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/orientation-animale/