ORESTE, mythologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la mythologie grecque, fils d'Agamemnon et de Clytemnestre. D'après Homère, Oreste était absent lorsque son père rentra de Troie et fut assassiné par Égisthe, l'amant de Clytemnestre. Lorsqu'il arriva à l'âge d'homme, Oreste vengea son père en tuant Égisthe et Clytemnestre, conduite que l'on tenait pour exemplaire, conformément au code moral de l'âge héroïque.

D'après le poète Stésichore, à l'époque du meurtre d'Agamemnon, Oreste était encore en bas âge et sa nourrice l'emporta en cachette pour le sauver. Clytemnestre fut avertie en songe du châtiment qui l'attendait et, après sa mort, les Furies (Érinyes) poursuivirent Oreste. Suivant la trilogie d'Eschyle, L'Orestie, la conduite d'Oreste fut dictée par Apollon ; il se fit passer pour un étranger venu annoncer sa propre mort et, après avoir tué sa mère, il alla à Delphes chercher asile contre les Furies. Toujours inspiré par Apollon, il se rendit à Athènes et plaida sa cause devant l'Aréopage. Les avis étant également partagés, Athéna fit pencher la balance en sa faveur en votant pour l'acquittement ; et l'on apaisa les Furies en les adorant désormais sous le nom d'Euménides.

Peintre des Euménides, art grec

Peintre des Euménides, art grec

photographie

Peintre des Euménides : purification d'Oreste à Delphes. Cratère en cloche. Vers 390-380 avant J.-C. Céramique à figures rouges. École apulienne. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

D'après Euripide, dans Iphigénie en Tauride, certaines des Furies n'étant pas encore apaisées, Oreste reçut l'ordre d'Apollon d'aller en Tauride chercher la statue d'Athéna et de la rapporter à Athènes. Il partit en compagnie de Pylade, son ami intime, mais, à peine arrivés en Tauride, tous deux furent arrêtés, car c'était la coutume chez les habitants de cette région de sacrifier tous les étrangers à la déesse. Or, la prêtresse chargée du sacrifice était sa sœur Iphigénie ; ils se reconnurent, et tous trois s'enfuirent en emportant la statue. Oreste succéda à son père et annexa Argos et Lacédémone à son royaume. Il épousa Hermione, fille d'Hélène et de Ménélas, et mourut d'une morsure de serpent.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ORESTE, mythologie  » est également traité dans :

ÉLECTRE

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 645 mots

Celle en qui des psychanalystes épris de symétrie ont voulu voir la petite sœur d'Œdipe est en réalité la sœur d'Oreste, et la fille d'Agamemnon et de Clytemnestre. Dans L'Iliade , son père ne l'évoque que sous le nom de Laodice, entre ses deux sœurs, Chrysothémis et Iphianassa (Iphigénie). Si ce nom disparaît complètement chez les poètes tragiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electre/#i_35005

ESCHYLE (-525 env.--456)

  • Écrit par 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 4 654 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La justice »  : […] Eschyle croit à la justice divine. Et en particulier lorsqu'il s'agit de fautes mettant en cause soit le respect des dieux soit la vie des humains. Ses vers résonnent un peu partout du nom des Érinyes, les déesses vengeresses attachées à poursuivre le crime. Et à chaque instant il répète que toute faute est un jour châtiée. « Nul rempart ne sauvera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eschyle/#i_35005

L'ORESTIE, Eschyle - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 856 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une famille maudite »  : […] Le drame commence la nuit, sur la terrasse du palais des Atrides ; une sentinelle guette le signal annonçant la prise de Troie et le retour du roi Agamemnon. La flamme attendue brille soudainement : Agamemnon revient en vainqueur. La reine Clytemnestre feint la soumission à son époux, alors qu'elle s'apprête à l'assassiner. La prophétesse Cassandre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-orestie-eschyle/#i_35005

RACINE JEAN

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 4 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Action et passion »  : […] La tragédie classique française est une action. Elle a longuement conquis, au cours de sa formation, ce caractère avant tout dramatique. Or nous savons le rôle que joue la fatalité dans la tragédie de Racine. Mais la fatalité racinienne, qui est avant tout celle des passions, suppose une action intense. Le destin et la volonté des héros sont la mê […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-racine/#i_35005

Pour citer l’article

« ORESTE, mythologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oreste-mythologie/