OREILLE HUMAINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'oreille a deux fonctions majeures qu'exercent deux parties anatomiques de l'oreille interne : le labyrinthe antérieur, ou cochléaire, qui sert à l'audition, et le labyrinthe postérieur, qui intervient dans l'équilibration.

L'appareil cochléaire ou auditif est un sens toujours en éveil, même pendant le sommeil : il constitue alors le meilleur signal d'alarme contre un danger du monde extérieur. Il permet non seulement l'accomplissement des diverses activités sociales, mais aussi le complet développement intellectuel de l'homme.

L'audition est indispensable à l'enfant pour acquérir spontanément le langage. Seul un apprentissage spécialisé permet à l'enfant sourd profond d'apprendre à parler. La surdité entraîne la perte de tout contact avec le monde sonore et, avant tout, avec sa propre voix normalement contrôlée par l'audition. Sans elle, la parole est déformée et souvent difficilement compréhensible. La parole d'autrui ne peut, alors, être comprise que par le mouvement des lèvres.

Selon l'importance de son infirmité, le sourd se sent plus ou moins isolé. En société, le sourd est souvent triste, renfermé sur lui-même et silencieux. Il craint les quiproquos et prête à rire. Il impose à ses interlocuteurs un effort, en leur demandant de parler de façon plus intelligible. Le retentissement social de la surdité est différent de celui des malvoyants, qui sont souvent plus gais et participent mieux à la vie sociale.

Un enfant sourd est souvent rejeté par les enfants de son âge et peut devenir caractériel, coléreux, voire agressif ou évoluer vers l'autisme.

L'appareil vestibulaire, associé à l'appareil visuel et à la proprioception des membres inférieurs et des muscles médians du tronc et du cou, participe à l'équilibration. Il renseigne sur la position et sur les déplacements de la tête et du corps dans les différents plans de l'espace. L'atteinte de la fonction vestibulaire peut se traduire par des vertiges, troubles anodins en apparence, mais qui, eux aussi, altèrent en définitive le comportement, ne serait-ce que parce qu'ils ont pour effet d'empêcher les malades de disposer des moyens qui sont aujourd'hui nécessaires, dans la civilisation industrielle, pour mener une vie tout à fait normale.

Anatomie

L'appareil auditif comporte trois parties.

Sens : ouïe

Vidéo : Sens : ouïe

Perception des sons. Description et physiologie de l'ouïe humaine.Les oreilles assurent l'audition et l'équilibre. Situées de part et d'autre de la tête, elles ont une partie visible, tandis que l'essentiel de leurs organes est protégé par les os crâniens.Les ondes sonores pénètrent dans... 

Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

Afficher

L'oreille externe comprend le pavillon de l'oreille, dont la peau est soutenue par une lame cartilagineuse mince, et le conduit auditif externe, canal transversal de 25 mm de longueur dont le tiers externe est mobile et cartilagineux et les deux tiers sont osseux.

L'oreille moyenne commence avec le tympan, qui constitue le fond du conduit auditif. C'est une membrane élastique incluant le « manche » d'un osselet, le marteau, dont les mouvements vont se transmettre à la chaîne des osselets situés dans la « caisse du tympan ». Celle-ci est une petite cavité communiquant avec l'extérieur par la trompe d'Eustache, canal se terminant dans le rhino-pharynx et assurant l'équilibre des pressions des deux côtés du tympan.

La chaîne des osselets se compose du marteau et de l'enclume, qui forment un bloc oscillant transmettant les mouvements du tympan à l'étrier. Celui-ci agit à la manière d'un piston sur la fenêtre ovale ouverte dans le labyrinthe et, par là, communique les vibrations sonores à l'oreille interne.

L'oreille interne ou labyrinthe comprend deux parties : une partie auditive, le labyrinthe antérieur ou cochlée. Il est constitué par un canal membraneux neuro-sensoriel enroulé à la façon d'un limaçon : c'est donc ainsi qu'on le dénomme.

Appareil oto-labyrinthique

Dessin : Appareil oto-labyrinthique

Situation de l'appareil oto-labyrinthique par rapport au plancher du crâne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'organe de Corti forme l'appareil cellulomembraneux assurant la transformation de l'énergie acoustique en potentiels neuro-sensoriels. Ceux-ci cheminent par le nerf cochléaire, dont les fibres se rassemblent dans l'axe du limaçon pour aller rejoindre dans le conduit auditif interne le nerf vestibulaire qui provient du labyrinthe postérieur.

Le labyrinthe postérieur comprend les trois canaux semi-circulaires sensibles au déplacement dans les trois plans de l'espace dans lesquels ils sont disposés : l'un, externe, dans le plan horizontal, le deuxième, antérieur, dans le plan frontal et le troisième, postérieur, dans le plan sagittal ( ; cf. équilibration, fig. 4). Ils aboutissent tous dans l'utricule qui communique avec le saccule. Ces deux organes contrôlent la position de la tête, respectivement dans les plans horizontal et vertical. L [...]

Appareil oto-labyrinthique

Dessin : Appareil oto-labyrinthique

Situation de l'appareil oto-labyrinthique par rapport au plancher du crâne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Sens : ouïe

Sens : ouïe
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Appareil oto-labyrinthique

Appareil oto-labyrinthique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Audiométrie

Audiométrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Électronystagmographie

Électronystagmographie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté de médecine de Paris
  • : praticien hospitalier, professeur des Universités
  • : oto-rhino-laryngologiste des hôpitaux de Nice

Classification

Autres références

«  OREILLE HUMAINE  » est également traité dans :

ACUPUNCTURE AURICULAIRE ou AURICULOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Michel MARIGNAN
  •  • 995 mots

L' acupuncture auriculaire, ou auriculothérapie, est une méthode thérapeutique du domaine des réflexothérapies pour laquelle le pavillon de l'oreille est utilisé à des fins thérapeutiques mais aussi diagnostiques. Technique médicale en première apparence semblable à l'acupuncture chinoise – on a similairement recours à la piqûre de points à l'aide d'aiguilles stériles –, elle en diffère fortement […] Lire la suite

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 771 mots
  •  • 16 médias

Nous disons que nous entendons un son lorsque des vibrations de l'air ambiant, atteignant notre tympan, le mettent en mouvement dans des conditions d'amplitude et de fréquence telles que cette stimulation mécanique, qui est transmise par l' oreille moyenne à l'oreille interne , y provoque un phénomène bio-électrique. Commence alors le traitement de l'information contenue dans ce phénomène, traitem […] Lire la suite

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 470 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Adaptation et fatigue »  : […] L'exposition prolongée à une stimulation auditive donne lieu à deux types de modifications du fonctionnement du système auditif : l'adaptation et la fatigue auditive. L'adaptation est une diminution progressive de la sonie durant l'écoute prolongée d'un son de niveau stable. À la différence de ce que l'on observe dans d'autres modalités sensorielles, l'adaptation auditive ne se produit que pour l […] Lire la suite

BÁRÁNY ROBERT (1876-1936)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 202 mots

Neurologiste autrichien, né à Vienne, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1914 pour ses travaux sur la physiologie et les pathologies de l'oreille interne. Après de brillantes études de médecine à l'université de Vienne (1900), Bárány se spécialise en neurologie en Allemagne (Francfort, Fribourg) et, de retour à Vienne, accepte un poste de démonstrateur dans une clinique spécialisée dans les […] Lire la suite

BEKESY GEORG VON (1899-1972)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 298 mots

En tant que directeur du laboratoire de recherche du réseau téléphonique hongrois (1923-1946), Bekesy travailla sur le problème de la communication à longue distance et s'intéressa au mécanisme de l'audition. Au laboratoire du téléphone, puis à l'université de Budapest (1939-1946), à l'Institut Kungliga Karolinska de Stockholm (1946-1947) et aux États-Unis, à l'université Harvard, il mena des rech […] Lire la suite

CHIRURGIE ESTHÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre NAHON
  •  • 5 106 mots

Dans le chapitre « Les oreilles »  : […] L' oreille, structure cartilagineuse de forme complexe, peut présenter plusieurs déformations : absence de pli de la partie haute, hypertrophie de la partie collée au crâne, repli irrégulier du bord libre, taille excessive du lobe etc. Les corrections réalisées par une incision postérieure invisible doivent procurer un résultat harmonieux, indécelable et définitif. Il est acquis comme une véritabl […] Lire la suite

ÉQUILIBRATION

  • Écrit par 
  • Francis LESTIENNE
  •  • 4 476 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'organe vestibulaire »  : […] Tous les animaux supérieurs – poissons, reptiles, oiseaux, mammifères – disposent d'une paire d'organes vestibulaires, ou labyrinthe. De cet organe dépendent la fonction d'équilibration telle que nous l'avons précédemment définie et la fonction d'orientation. Situés dans l' oreille interne, les organes vestibulaires forment un entrelacs de canaux et de sacs remplis de liquide endolymphatique . Le […] Lire la suite

IMPLANT COCHLÉAIRE

  • Écrit par 
  • Michel MONDAIN, 
  • Alain UZIEL
  •  • 708 mots

Les progrès récents de la neurophysiologie et de l'électronique ont permis d'élaborer des appareillages capables de court−circuiter des éléments sensoriels défaillants. C'est ainsi que les surdités sensorielles bilatérales et profondes peuvent être corrigées par un implant cochléaire qui restitue une perception auditive utile. Il s'agit de suppléer ici à la défaillance fonctionnelle de la cochlée […] Lire la suite

MALFORMATIONS CONGÉNITALES

  • Écrit par 
  • Jean de GROUCHY
  •  • 2 935 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Malformations des oreilles »  : […] La surdité est dans 70 p. 100 des cas d'origine génétique. Elle présente deux formes : le type Scheibe, d'origine nerveuse, et le type Mondini, d'origine osseuse, tous deux récessifs. Les anomalies de l' oreille externe sont très nombreuses et particulièrement fréquentes au cours des aberrations chromosomiques. Ce sont la microtie ou l'anotie (réduction du volume ou absence de pavillon), les fistu […] Lire la suite

OTOÉMISSIONS ACOUSTIQUES

  • Écrit par 
  • Paul AVAN, 
  • Pierre BONFILS
  •  • 1 982 mots

Les otoémissions acoustiques sont des sons de faible intensité engendrés par l' oreille interne, puis transmis par la chaîne des osselets (étrier, enclume, marteau) au tympan et émis dans le conduit auditif externe, où ils peuvent être enregistrés par un microphone miniaturisé. Découvertes en 1978 par le Britannique D. T. Kemp, les otoémissions ont permis de mieux comprendre le fonctionnement du s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel AUBRY, Bernard MEYER, Michel NEVEU, « OREILLE HUMAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oreille-humaine/