OREILLE HUMAINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Sens : ouïe

Sens : ouïe
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Appareil oto-labyrinthique

Appareil oto-labyrinthique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Audiométrie

Audiométrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Électronystagmographie

Électronystagmographie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Sémiologie

L'examen de l'oreille débute par l'otoscopie, qui permet d'inspecter le conduit auditif et la membrane du tympan. On utilise un miroir éclairant (miroir de Clar) et un spéculum d'oreille de taille appropriée. Le tympan est divisé en deux étages, l'un supérieur, mince, la membrane de Schrapnell, l'autre inférieur, résistant, englobant le manche du marteau, la pars tensa.

L'emploi du microscope stéréoscopique précise l'examen. La mobilité du tympan est étudiée par la variation de pression d'air du conduit (manœuvre de Siegle).

La radiologie, et notamment la tomodensitométrie, précise la morphologie des structures plus profondes.

Les trois principaux troubles fonctionnels sont la surdité, les acouphènes (troubles auditifs) et le vertige.

La surdité

On appellera surdité toute baisse unilatérale ou bilatérale de l'ouïe, quels que soient son degré et sa localisation. La mesure de la fonction acoustique se fait par l'audiométrie.

Examen audiométrique

L'audiomètre tonal, générateur de sons purs, étalonnés en fréquences : 125, 250, 500, 1 000, 2 000, 4 000 et 8 000 hertz, et en intensité (de 0 à 120 dBA), permet d'apprécier l'audition par voie aérienne (physiologique) de façon bilatérale, simultanément par un haut-parleur, ou séparément par un casque, ou encore par voie osseuse au moyen d'un vibreur qui stimule la cochlée.

L'audiométrie liminaire permet de rechercher les seuils de sensibilité. Le résultat est rapporté sur un graphique (audiogramme) qui comporte en abscisses les fréquences et en ordonnées négatives les intensités en décibels (dB). Il s'agit alors de décibels de perte auditive par rapport au seuil physiologique normal. Pour une oreille normale, les courbes de conduction aérienne (CA) et de conduction osseuse (CO) sont confondues avec la ligne 0 dB, qui correspond à leurs seuils.

Audiométrie

Audiométrie

Dessin

Audiométrie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

L'audiométrie supraliminaire consiste à apprécier le fonctionnement auditif au-dessus du seuil par diverses méthodes et principalement par la recherche du phénomène de « recrutement » (Fowler). Celui [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté de médecine de Paris
  • : oto-rhino-laryngologiste des hôpitaux de Nice
  • : praticien hospitalier, professeur des Universités

Classification


Autres références

«  OREILLE HUMAINE  » est également traité dans :

ACUPUNCTURE AURICULAIRE ou AURICULOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Michel MARIGNAN
  •  • 995 mots

L' acupuncture auriculaire, ou auriculothérapie, est une méthode thérapeutique du domaine des réflexothérapies pour laquelle le pavillon de l'oreille est utilisé à des fins thérapeutiques mais aussi diagnostiques. Technique médicale en première apparence semblable à l'acupuncture chinoise – on a similairement recours à la piqûre de points à l'aide d'aiguilles stériles –, elle en diffère fortement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acupuncture-auriculaire-auriculotherapie/#i_7279

AUDITION - Acoustique physiologique

  • Écrit par 
  • Pierre BONFILS, 
  • Yves GALIFRET, 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 14 763 mots
  •  • 16 médias

Nous disons que nous entendons un son lorsque des vibrations de l'air ambiant, atteignant notre tympan, le mettent en mouvement dans des conditions d'amplitude et de fréquence telles que cette stimulation mécanique, qui est transmise par l' oreille moyenne à l'oreille interne , y provoque un phénomène bio-électrique. Commence alors le traitement de l'information contenue dans ce phénomène, traitem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-acoustique-physiologique/#i_7279

AUDITION - Psycho-acoustique

  • Écrit par 
  • Marie-Claire BOTTE, 
  • Christel SORIN
  •  • 4 469 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Adaptation et fatigue »  : […] L'exposition prolongée à une stimulation auditive donne lieu à deux types de modifications du fonctionnement du système auditif : l'adaptation et la fatigue auditive. L'adaptation est une diminution progressive de la sonie durant l'écoute prolongée d'un son de niveau stable. À la différence de ce que l'on observe dans d'autres modalités sensorielles, l'adaptation auditive ne se produit que pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/audition-psycho-acoustique/#i_7279

BÁRÁNY ROBERT (1876-1936)

  • Écrit par 
  • Samya OTHMAN
  •  • 202 mots

Neurologiste autrichien, né à Vienne, Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1914 pour ses travaux sur la physiologie et les pathologies de l'oreille interne. Après de brillantes études de médecine à l'université de Vienne (1900), Bárány se spécialise en neurologie en Allemagne (Francfort, Fribourg) et, de retour à Vienne, accepte un poste de démonstrateur dans une clinique spécialisée dans les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-barany/#i_7279

BEKESY GEORG VON (1899-1972)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 298 mots

En tant que directeur du laboratoire de recherche du réseau téléphonique hongrois (1923-1946), Bekesy travailla sur le problème de la communication à longue distance et s'intéressa au mécanisme de l'audition. Au laboratoire du téléphone, puis à l'université de Budapest (1939-1946), à l'Institut Kungliga Karolinska de Stockholm (1946-1947) et aux États-Unis, à l'université Harvard, il mena des rech […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-von-bekesy/#i_7279

CHIRURGIE ESTHÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre NAHON
  •  • 5 106 mots

Dans le chapitre « Les oreilles »  : […] L' oreille, structure cartilagineuse de forme complexe, peut présenter plusieurs déformations : absence de pli de la partie haute, hypertrophie de la partie collée au crâne, repli irrégulier du bord libre, taille excessive du lobe etc. Les corrections réalisées par une incision postérieure invisible doivent procurer un résultat harmonieux, indécelable et définitif. Il est acquis comme une véritabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chirurgie-esthetique/#i_7279

ÉQUILIBRATION

  • Écrit par 
  • Francis LESTIENNE
  •  • 4 475 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'organe vestibulaire »  : […] Tous les animaux supérieurs – poissons, reptiles, oiseaux, mammifères – disposent d'une paire d'organes vestibulaires, ou labyrinthe. De cet organe dépendent la fonction d'équilibration telle que nous l'avons précédemment définie et la fonction d'orientation. Situés dans l' oreille interne, les organes vestibulaires forment un entrelacs de canaux et de sacs remplis de liquide endolymphatique . Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibration/#i_7279

IMPLANT COCHLÉAIRE

  • Écrit par 
  • Michel MONDAIN, 
  • Alain UZIEL
  •  • 708 mots

Les progrès récents de la neurophysiologie et de l'électronique ont permis d'élaborer des appareillages capables de court−circuiter des éléments sensoriels défaillants. C'est ainsi que les surdités sensorielles bilatérales et profondes peuvent être corrigées par un implant cochléaire qui restitue une perception auditive utile. Il s'agit de suppléer ici à la défaillance fonctionnelle de la cochlée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/implant-cochleaire/#i_7279

MALFORMATIONS CONGÉNITALES

  • Écrit par 
  • Jean de GROUCHY
  •  • 2 934 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Malformations des oreilles »  : […] La surdité est dans 70 p. 100 des cas d'origine génétique. Elle présente deux formes : le type Scheibe, d'origine nerveuse, et le type Mondini, d'origine osseuse, tous deux récessifs. Les anomalies de l' oreille externe sont très nombreuses et particulièrement fréquentes au cours des aberrations chromosomiques. Ce sont la microtie ou l'anotie (réduction du volume ou absence de pavillon), les fistu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/malformations-congenitales/#i_7279

OTOÉMISSIONS ACOUSTIQUES

  • Écrit par 
  • Paul AVAN, 
  • Pierre BONFILS
  •  • 1 982 mots

Les otoémissions acoustiques sont des sons de faible intensité engendrés par l' oreille interne, puis transmis par la chaîne des osselets (étrier, enclume, marteau) au tympan et émis dans le conduit auditif externe, où ils peuvent être enregistrés par un microphone miniaturisé. Découvertes en 1978 par le Britannique D. T. Kemp, les otoémissions ont permis de mieux comprendre le fonctionnement du s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/otoemissions-acoustiques/#i_7279

PHARYNX

  • Écrit par 
  • Marcel AUBRY, 
  • Bernard MEYER
  • , Universalis
  •  • 5 692 mots

Dans le chapitre «  Rhinopharynx »  : […] Situé profondément sous la base du crâne, le rhinopharynx est un carrefour important entre les voies respiratoires et l' oreille moyenne. Contrairement à l'oropharynx et au pharyngolarynx qui constituent un carrefour des voies respiratoires et digestives, le rhinopharynx n'est qu'un conduit aérien, le voile du palais l'isolant totalement de l'oropharynx lors de la déglutition alors qu'il laisse l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pharynx/#i_7279

PROTHÈSES

  • Écrit par 
  • Pierre RABISCHONG
  •  • 4 293 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Classification »  : […] De nombreuses classifications des organes artificiels ont été proposées, tenant compte de la fonction à remplacer, du mode de fonctionnement ou de la localisation à l'extérieur ou à l'intérieur du corps. On peut également reprendre le regroupement correspondant aux quatre sous-programmes de la machine humaine pour établir ce catalogue. Les prothèses de communication concerne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protheses/#i_7279

ROMBERG SIGNE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Yves MÉAR
  •  • 620 mots

Ce signe neurologique témoigne de l'aggravation d'un trouble de l'équilibre par la perte du contrôle visuel. Il se recherche chez le sujet en orthostatisme, pieds joints, les yeux fermés ou, mieux, bandés : apparaissent alors de grandes oscillations qui peuvent entraîner la chute du malade. Si des troubles de l'équilibre peuvent se voir dans de nombreuses circonstances pathologiques, le signe de R […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-de-romberg/#i_7279

SONS - Bruit

  • Écrit par 
  • Pierre BUGARD, 
  • Claude CARLES, 
  • Gérard MANGIANTE
  • , Universalis
  •  • 8 924 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les effets du bruit : physiopathologie et clinique »  : […] L' effet de masque produit par des sons de basse fréquence suffisamment intenses sur les sons de fréquence plus élevée s'accompagne d'une gêne dans la localisation des bruits. Ainsi le bruit industriel, qui est en général riche en sons de basse fréquence, tend à masquer l'intelligibilité de la parole et à perturber l'orientation stéréophonique du travailleur, l'exposant ainsi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sons-bruit/#i_7279

TÊTE ET COU

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 13 400 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Organes des sens »  : […] La situation superficielle du vestibule des fosses nasales ou nez rend compte de la fréquence des traumatismes, la fracture des os nasaux en particulier. Véritable labyrinthe de cavités pneumatiques souvent mal drainées, revêtues d'une muqueuse sécrétante hypervascularisée, directement exposée aux agressions extérieures, la fosse nasale est le siège de prédilection de mala […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tete-et-cou/#i_7279

VIEILLISSEMENT

  • Écrit par 
  • Claude JEANDEL, 
  • Marc PASCAUD
  •  • 11 831 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Handicaps sensoriels »  : […] L'évolution la plus banale de la vision est, dès avant cinquante ans, l'impossibilité progressive de vision proche par défaut d'accommodation (c'est-à-dire de la fonction d'adaptation du cristallin). Le domaine d'accommodation de l'œil, quantifié par les bornes en dioptries de la vision naturellement correcte, passe de 13 chez l'enfant de trois ans à 5 à quarante ans et à 3 à quatre-vingts ans. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vieillissement/#i_7279

Voir aussi

Pour citer l’article

Marcel AUBRY, Michel NEVEU, Bernard MEYER, « OREILLE HUMAINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oreille-humaine/