HARPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Instrument à cordes pincées, de longueur décroissante, tendues entre un bras (console) et un résonateur (table d'harmonie) en forme de tronc de cône et perpendiculaire ou presque au plan des cordes. Le principe de la harpe est connu depuis la plus haute Antiquité. On distingue schématiquement : les harpes cintrées ou arquées (Sumer, plusieurs pays d'Afrique, Birmanie, Finlande), où la console part du corps et forme avec lui une courbe ; les harpes triangulaires (pays celtes, Irlande), où le corps et la console sont fixés selon un certain angle et reliés par une colonne ou pilier afin de compenser la tension des cordes. Les harpes dépourvues de colonne possèdent une tension de cordes relativement faible, ce qui leur fait émettre un son plus bas que les harpes qui en sont munies. Le perfectionnement des harpes triangulaires médiévales conduisit à la fabrication d'une console incurvée et d'une colonne très bombée. Vers 1400, cette forme fut supplantée par celle de la harpe dite gothique (à caisse de résonance plus courte et plate, à console de faible longueur et peu incurvée, à colonne plus fine et presque droite ; la progression en était diatonique) ; la harpe moderne d'orchestre est née de l'évolution de cette dernière. Après les premiers essais (xvie s.) de harpes chromatiques (par exemple, la harpe double, à deux rangs de cordes, et la harpe galloise triple, à trois rangées), après la harpe à simple mouvement de Hochbrücker (1720), où des crochets mus par pédales raccourcissent les cordes d'un demi-ton, Sébastien Érard (1811) mit au point le mécanisme à double mouvement : chacune des sept pédales, correspondant aux sept degrés de la gamme, permet de faire monter les cordes d'un demi-ton ou d'un ton ; on a donc les trois positions : bémol, bécarre et dièse pour chaque corde.

L'étendue de la harpe — la plus grande tessiture après celle de l'orgue et du piano — est de six octaves et demie, répartie sur quarante-ci [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  HARPE  » est également traité dans :

HARPE, en bref

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 040 mots
  •  • 5 médias

Instrument à cordes pincées, la harpe moderne est constituée de plus de 1 400 pièces. Elle est dotée de 47 cordes et de 7 pédales, correspondant aux sept notes d'une gamme diatonique ; à trois positions, ces pédales sont fixées sur la partie basse d'une caisse de résonance et munies de tiges d'acier qui passent dans la col […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpe-en-bref/#i_14899

HARPE À CADRE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 276 mots

Instrument de musique dans lequel la console et la caisse de résonance sont réunies par une colonne de soutien, qui s'arc-boute contre la tension des cordes. C'est l'une des principales formes de harpe et, aux temps modernes, on la trouve exclusivement en Europe et chez les Ostiaks, peuple finlandais de l'ouest de la Sibérie. Les harpes à cadre existent en Europe depuis le ix […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpe-a-cadre/#i_14899

HARPE ANGULAIRE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 223 mots

Dans la harpe angulaire, qui est une des principales variétés de harpe, le manche forme un angle net avec le résonateur ou la caisse de résonance. Les représentations les plus anciennes de harpes angulaires proviennent de Mésopotamie vers 2000 avant Jésus-Christ. En Égypte, plus particulièrement, et en Mésopotamie, cette harpe se jouait verticalement, tenue par la partie inférieure du manche ; les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpe-angulaire/#i_14899

HARPE ARQUÉE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 271 mots

La harpe arquée est un instrument de musique dans lequel le manche, issu de la caisse de résonance, adopte une forme arquée. Il s'agit de l'une des principales formes de la harpe, et probablement aussi de la plus ancienne : des représentations de harpes arquées datant d'environ 3 000 ans avant Jésus-Christ nous sont parvenues de Sumer et d'Égypte. Dans ces deux régions, on trouvait des harpes joué […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpe-arquee/#i_14899

HARPE IRLANDAISE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 286 mots

La harpe dite irlandaise ( cláirseach en irlandais, clàrsach en gaélique écossais), est une harpe traditionnelle médiévale d'Irlande et d'Écosse caractérisée par une importante caisse de résonance creusée d'un seul bloc dans du bois, une console incurvée et une colonne fortement incurvée vers l'extérieur, une forme qui était partagée par la harpe écoss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpe-irlandaise/#i_14899

INSTRUMENTS DE MUSIQUE - Facture instrumentale

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Anne PENESCO
  •  • 6 775 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « La harpe »  : […] L'un des instruments les plus répandus au monde, la harpe, sous ses formes les plus simples comme sous celle de la grande harpe de concert, produit le timbre caractéristique, clair, doux et flûté de la corde à vide. Dans la harpe moderne, les contraintes résultant du grand nombre de cordes (46 ou 47), de leur tension sans cesse accrue et de la présence d'un mécanisme lourd pour l'altération des d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/instruments-de-musique-facture-instrumentale/#i_14899

KONGHOU

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 178 mots

Le konghou (ou kong hou ) est un instrument chinois à cordes pincées de la famille de la harpe. Apparu durant la dynastie des Han (206 av. J.-C.- 220 apr. J.-C.), il a été largement utilisé comme instrument d'orchestre et comme instrument soliste jusqu'au xiv e  siècle environ, époque à laquelle il a ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konghou/#i_14899

LASKINE LILY (1893-1988)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 841 mots

On la surnommait la « grande dame de la harpe », car Lily Laskine a véritablement dominé la vie de cet instrument pendant plus de trois quarts de siècle. La harpe lui doit d'avoir retrouvé ses lettres de noblesse, d'être sortie du rôle d'instrument de salon dans lequel elle était restée confinée au xix e  siècle pour redevenir un instrument solis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lily-laskine/#i_14899

Suite Sudarmoricaine, STIVELL (Alan)

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 351 mots

Le Breton Alan Stivell (de son vrai nom Alain Cochevelou), né le 6 janvier 1944, est un des précurseurs de la world music, qui tente d'adapter des répertoires traditionnels aux réalités technologiques d'aujourd'hui. Grâce à Alan Stivell, une multitude d'artistes vont oser insuffler une nouvelle vie à des musiques parfois oubliées. En 1972, son album […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suite-sudarmoricaine-stivell-alan/#i_14899

ZABALETA NICANOR (1907-1993)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 556 mots

Il était à la harpe ce qu'Andrés Segovia était à la guitare. Mais l'Espagnol Nicanor Zabaleta était en outre l'un des rares hommes à avoir fait carrière avec un instrument réservé, par tradition, aux femmes. Fils du peintre Pedro Zabaleta, Nicanor naît à Saint-Sébastien, le 7 janvier 1907. À l'âge de sept ans, son père lui offre une petite harpe qui va jouer un rôle décisif dans sa vie. Il étudie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicanor-zabaleta/#i_14899

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « HARPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/harpe/