Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ORAISON FUNÈBRE

La coutume de louer et donc de pleurer un mort remonte à l'Antiquité : Grecs et Latins possédaient déjà la double tradition lyrique (thrènes ; nénies, élégies) et oratoire (panégyrique collectif ; laudatio funebris individuelle, méprisée par Cicéron pour ses excès). Le christianisme oriente le genre vers le sermon (les grands modèles en seront saint Ambroise et saint Grégoire de Nazianze) : l'éloge personnel donne matière à réflexion édifiante. L'identification usuelle du genre avec Bossuet occulte d'importantes fluctuations de la littérature funéraire. S'il est vrai qu'au Moyen Âge l'oraison funèbre en prose n'est guère pratiquée au profit d'une prédication sur la mort et les fins dernières, c'est qu'elle est dans une large mesure remplacée par la déploration en vers. Celle-ci dominera le domaine de l'éloge posthume jusqu'au milieu du xvie siècle.

Distincte de l'épitaphe (réduite aux données essentielles et prisonnière de formulations figées), la plainte funèbre telle qu'elle émerge en latin au haut Moyen Âge est un poème lyrique chanté, en strophes rythmiques, d'intitulé variable (lamentum, nenia, planctus, rhythmus de obitu, carmen de luctu, oratio in funebrem pompam). Elle est d'abord l'expression du deuil, collectif plutôt qu'individuel, justifiée par les mérites du défunt (toujours un haut personnage : l'un des premiers sera Charlemagne) et assortie d'une prière finale. Dès ce stade, certains textes, surtout s'ils sont liés à des assassinats, se voient assigner des finalités secondes, comme l'appel à la vengeance.

En langue vernaculaire (domaine français), les plus anciens modèles sont insérés dans des œuvres épiques (planctus de Charlemagne sur Roland) ou romanesques (Roman de Thèbes), mais ils concernent des personnages éloignés dans le temps. C'est dans la littérature des troubadours qu'apparaissent d'abord des poèmes autonomes consacrés à des défunts contemporains des auteurs : les planhs (43 exemples conservés de 1137 à 1343). Lyriques, adoptant le moule formel de la canso, ils sont constitués de trois motifs principaux : la plainte, l'éloge du défunt et la prière. Ils peuvent regretter de grands personnages, mais aussi des proches du poète : dame aimée, ami, parent.

En français, la plainte isolée ne se développe qu'à partir du xiiie siècle, avec deux nouveaux traits majeurs : l'usage de formes non lyriques et l'adjonction d'un élément consolatoire d'inspiration chrétienne. Ils se rencontrent dès le plus ancien texte conservé : le Sermon en vers sur la mort de Louis VIII de Robert Sainceriaux (1226), en quatrains d'alexandrins monorimes (forme fréquente des sermons et vies de saints), qui a dû être dit en présence de Blanche de Castille et des grands du royaume. La tendance à détourner la plainte de son objet premier se développe également : ainsi Rutebeuf, dans ses Complaintes, utilise la mort d'illustres croisés pour ranimer le zèle des Français, alors qu'un anonyme déplorant Louis IX dénonce les maux causés à la France par les croisades. Le plein épanouissement se situe au xve siècle et dans la première moitié du xvie (plus de 150 textes en français à l'époque des « rhétoriqueurs »). Il faut le mettre en relation avec l'évolution des mentalités et le considérer comme une réaction positive à la hantise de la mort exprimée dans la littérature didactique. La caractérisation principale est alors la diversification. Celle-ci concerne d'abord les personnages dignes d'éloge : viennent s'ajouter aux catégories déjà citées les femmes (de haute ou petite noblesse, mais aussi religieuses et même, au xvie s., bourgeoises) et les artistes, indice certain de leur promotion. Mais cette[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en philosophie et lettres (philologie romane), chercheur qualifié du F.N.R.S., chargé de cours à l'université de Liège (littérature française des xve et xvie siècles), secrétaire de rédaction de la revue Le Moyen Âge, membre du Conseil de la langue de la Communauté française de Belgique

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • BOSSUET JACQUES BÉNIGNE (1627-1704)

    • Écrit par Universalis, Jacques TRUCHET
    • 3 921 mots
    • 1 média
    L'œuvre oratoire publiée par Bossuet est très restreinte : six oraisons funèbres échelonnées de 1669 à 1687 (Henriette de France, Henriette d'Angleterre, Marie-Thérèse d'Autriche, Anne de Gonzague, Michel Le Tellier, Condé) et un seul sermon (Sermon prêché à l'ouverture de l'Assemblée...
  • CÉLÉBRATION, genre littéraire

    • Écrit par Véronique KLAUBER
    • 852 mots

    Acte rhétorique par lequel on établit la supériorité de quelqu'un ou de quelque chose. Réelle ou imaginaire, cette supériorité est exprimée dans des termes propres à propager le sentiment d'élévation. Parmi les trois genres du discours répertoriés par Aristote, la...

  • FLÉCHIER ESPRIT (1632-1710)

    • Écrit par Louise LAMBRICHS
    • 445 mots

    L'un des plus grands orateurs sacrés du xviie siècle, Esprit Fléchier, né à Pernes (Comtat Venaissin) dans une famille modeste, reçut son éducation à Tarascon au sein de la congrégation de la Doctrine chrétienne de César de Bus, dans laquelle il entra en 1648. Il la quitta en 1658, après avoir...

  • MASSILLON JEAN-BAPTISTE (1663-1742)

    • Écrit par Louise LAMBRICHS
    • 1 104 mots

    Oratorien, évêque de Clermont et grand prédicateur dès la fin du xviie siècle, Jean-Baptiste Massillon, né à Hyères, fit ses études à Marseille dans une des premières et des plus importantes maisons de l'Oratoire ; en 1681, il entra comme novice dans cette congrégation à Aix-en-Provence, puis...

Voir aussi