CROMWELL OLIVER (1599-1658)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'« Anglais de Dieu », l'élu chargé par la Providence de faire de son pays le Nouvel Israël et de rapprocher l'avènement du royaume divin, le puritain moraliste : ce sont là quelques-uns des titres de Cromwell à incarner une révolution dont l'historiographie a longtemps fait la « révolution puritaine », dans l'opposition déclarée des dissidents fanatisés, les « têtes rondes », et des fidèles d'une monarchie liée au sort de l'Église épiscopalienne d'Angleterre, les « Cavaliers ». Mais Cromwell, au plus fort de son action politique, à partir de 1640, n'a pas été seulement un Savonarole laïque. Il est tout à la fois un Condé ou un Turenne, illustrant comme eux, de son génie militaire pourtant amateur, un art nouveau de la guerre au temps de la guerre de Trente Ans. Il a été aussi le premier régicide de l'Europe moderne qui ait eu recours à la procédure judiciaire, coupable d'un scandale inouï que lui auraient plus facilement pardonné certains contemporains ou historiographes si, dans la peau d'un Solon, il avait réellement su dessiner les contours solides d'une cité nouvelle. Ce religieux et ce militaire a aussi parfaitement incarné l'idéologie de sa classe sociale, la gentry, et des milieux d'affaires : aux yeux d'un Marx ou d'un Engels, il est l'auteur d'une grande révolution bourgeoise, devançant de plus d'un siècle et demi ses émules français ; et il est vrai qu'on lui doit aussi bien la disparition de la féodalité que l'élan commercial et colonial qui allait faire la grandeur de l'Angleterre. Ces facettes multiples d'un héros assez grand ou assez prudent pour refuser une couronne royale ont fasciné durablement les Européens, inspiré à Victor Hugo un drame historique qui, en son temps, constitua une révolution théâtrale, valu la publication d'innombrables biographies (3 692 titres dès 1944), éveillé l'attention de maint auteur de films. Géant de l'histoire qui a conquis sa place en moins de vingt ans, Cromwell se comprend mieux à la lumière des expériences de sa jeunesse et de sa maturité : puisque aussi bien il ne devient l'inspirateur majeur d'une révolution en marche qu'en 1643, à la mort de John Pym, quand, déjà âgé pour l'époque, il a quarante-quatre ans.

Oliver Cromwell

Photographie : Oliver Cromwell

Oliver Cromwell (1599-1658), inspirateur de la Grande-Bretagne moderne. Il est nommé, en 1653, lord protecteur des royaumes d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le Cromwell pré-révolutionnaire

Gentleman, puritain, notable, politique constituent les quatre traits essentiels du Cromwell pré-révolutionnaire. Né à Huntingdon, dans le comté de Cambridge, Oliver Cromwell n'est pas un fils de famille riche, son grand-père s'étant chargé de dévorer un héritage alors considérable ; son mariage en 1620 avec la fille d'un marchand londonien enrichi par le commerce de la fourrure et du cuir, la fortune que lui laisse, en 1628, son oncle Richard ne lui assurent encore que des revenus médiocres. Mais ses liens de famille ont été autrement précieux pour une ascension sociale et politique très rapide. Outre la gloire d'avoir compté, dans une branche collatérale, un favori de Henri VIII, Thomas Cromwell, comte d'Essex, Oliver est apparenté à de puissantes familles : les Barrington, les Hampden, les Saint Johns, les Wallers, et bien d'autres. Il fait partie, de ce fait, d'une parentèle étendue qui lui vaudra de compter onze cousins et six autres parents éloignés dans le Long Parlement, et d'en rajouter neuf autres par le jeu d'élections partielles ultérieures. Il a dû à ces liens sa propre élection aux Communes en 1628. À partir de 1636, un nouvel héritage lui garantit cette fois une richesse foncière considérable dans la région d'Ely, où il s'établit et devient, dans la zone des Fens, polders promis au drainage et à la culture, le défenseur ardent des éleveurs menacés d'expulsion. En 1640, sa réputation est telle qu'il peut se faire élire au Court, puis au Long Parlement par le bourg de Cambridge. Cette partie de son existence a été un apprentissage de l'administration locale – il occupa un moment les fonctions de juge de paix à Huntingdon –, de contacts avec les réalités de l'État monarchique, au Parlement en 1629, où il adopte un point de vue puritain intransigeant, dans les années 1630, où, au cours de la « tyrannie », il partage l'indignation de ses voisins et parents contre la suspension de fait de l'institution parlementaire et contre la création de taxes illégales comme le ship-money (1635). Les rapports de force étant parfois défavorables, il n'a peut-être pas été sans connaître le découragement et [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CROMWELL OLIVER (1599-1658)  » est également traité dans :

CHARLES Ier (1600-1649) roi d'Angleterre (1625-1649)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 100 mots

Roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, second fils de Jacques VI Stuart, roi d'Écosse, qui deviendra roi d'Angleterre en 1603 sous le nom de Jacques I er , Charles I er monte sur le trône en 1625. Jeune, séduisant et indécis, il est un jouet entre les mains de son entourage. L'impopulaire duc de Buckingham le pousse à attaquer l'Espagne. Pour se garantir du côté de la France, Charles I er dema […] Lire la suite

CÔTES DE FER

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 332 mots

Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés de Norfolk, Suffolk, Essex, Cambridge et Hertford ; cette force, mise à la disposition du Parlement, constituera […] Lire la suite

DROGHEDA

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 340 mots
  •  • 1 média

Ville de la côte est de la république d'Irlande, à 50 kilomètres environ au nord de Dublin. Située sur la Boyne, à proximité de son embouchure, Drogheda (en irlandais Droichead Átha, « le pont sur le gué ») a été fondée par les Normands au début du x e siècle. Forteresse et centre commercial, elle voit son rôle s'accroître encore après la conquête anglaise (fin du xii e s.) ; elle devient une de […] Lire la suite

EXÉCUTION DE CHARLES Ier D'ANGLETERRE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 263 mots

Charles I er Stuart, roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande depuis 1625, est décapité le 30 janvier 1649 à la suite d'un procès mené au nom de son peuple. Pour la première fois en Europe, un roi est condamné à mort selon les voies légales. Souverain autoritaire et soucieux, comme ses homologues de l'époque, de s'engager dans la voie de l'absolutisme, Charles I er a tenté, à partir de 1629, de g […] Lire la suite

FAIRFAX THOMAS (1612-1671)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 380 mots

Soldat et homme politique anglais. Fils du deuxième baron de Fairfax, Thomas Fairfax est né à Denton dans le Yorkshire. Il prend part à la première guerre d'Écosse. Le début de la guerre civile le trouve aux côtés du Parlement. Il s'empare de Leeds (23 janv. 1643), essuie une défaite que lui inflige le général Goring (30 mars 1643), prend sa revanche à Wakefield (21 mai 1643), est battu à nouveau […] Lire la suite

FLEETWOOD CHARLES (1618?-1692)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 378 mots

Soldat et homme politique anglais. Lorsque la guerre civile éclate, Charles Fleetwood se range dans le camp des parlementaires. Il reçoit le commandement d'un régiment en 1644 et participe à la mise en pièces des troupes royales à Naseby (14 juin 1645). On le soupçonne d'avoir trempé dans le complot visant à s'emparer de la personne du roi Charles I er à Holmby. Quoi qu'il en soit, il ne particip […] Lire la suite

IRLANDE

  • Écrit par 
  • David GREENE, 
  • Pierre JOANNON
  •  • 16 178 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Confiscation et colonisation sous les Stuarts et Cromwell »  : […] Alléguant la forfaiture des chefs rebelles, la quasi-totalité de l'Ulster fut confisquée par la Couronne récemment dévolue à la dynastie écossaise des Stuarts qui n'allait pas se révéler plus amène que les Tudors dans le traitement réservé à l'Île-Sœur. Sous le règne de Jacques I er , c'est plus d'un demi-million d'acres qui furent ainsi accaparés et redistribués, non au hasard mais selon un plan […] Lire la suite

LAMBERT JOHN (1619-1684)

  • Écrit par 
  • Paul BENOÎT
  •  • 359 mots

Issu de la gentry du Yorkshire, John Lambert reçoit une formation universitaire et juridique. Au début de la guerre civile, il est capitaine sous les ordres de Thomas Fairfax, mais, dès 1643, il est à la tête de son propre régiment et combat à Marston Moor en 1644. Colonel de deux régiments dans la New Model Army (armée nouveau modèle de Cromwell) il est fait major général en 1647. La même année, […] Lire la suite

LILBURNE JOHN (1614-1657)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 965 mots

Chef le plus célèbre du mouvement des niveleurs au temps de la révolution anglaise, John Lilburne sut allier l'action militante la plus déterminée à la réflexion idéologique la plus poussée (il est l'auteur d'une centaine de brochures au moins). Sa célébrité première se rattache à son combat contre l'intolérance de Charles I er et de l'archevêque William Laud, qu'il paya, à partir de 1637, d'une […] Lire la suite

MARSTON MOOR BATAILLE DE (2 juill. 1644)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 200 mots
  •  • 1 média

Cette bataille marque la première grande défaite des royalistes lors de la Révolution anglaise. En juin 1644, le roi Charles I er donna l'ordre à une armée dirigée par le prince Rupert de relever la garnison royaliste de la ville d'York, qui se trouvait alors assiégée par les parlementaires. Rupert déborda les assiégeants, releva la garnison d'York et poursuivit l'armée parlementaire à 12 kilomèt […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland MARX, « CROMWELL OLIVER - (1599-1658) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-cromwell/