CROMWELL OLIVER (1599-1658)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la mort à la légende

Le 3 septembre 1658, épuisé, Cromwell achève de mourir. Ses obsèques sont célébrées avec un faste royal à Westminster, où il est enterré. Et, bientôt, l'écroulement de son œuvre paraît condamner l'effort d'une vie et devoir conduire à des jugements sévères. Son fils Richard, Protecteur malgré lui, abdique en mai 1659, et sa succession est disputée par des généraux ambitieux, qui dévoient l'armée pour en faire l'instrument de leurs intérêts égoïstes. Jusqu'à ce que le dernier vainqueur, Monck, juge opportun de restaurer la royauté pour garantir enfin un ordre légitime et durable. Avec la Restauration, on assiste aussi au retour de l'Église anglicane et de l'intolérance envers les sectes. Et, dans le soulagement qui suit les désordres et les contraintes, interviennent un extraordinaire relâchement moral et la réhabilitation de bien des loisirs interdits. À l'extérieur, Dunkerque est revendue à Louis XIV, et il faut attendre 1689 pour que l'Angleterre renoue avec une grande politique internationale. Signe suprême de disgrâce, les restes de Cromwell sont ignominieusement exhumés et, après une exécution symbolique, par pendaison et décapitation, dispersés le 30 janvier 1661.

La réhabilitation a été progressive, mais étonnante : elle témoigne autant des évolutions historiques en Grande-Bretagne que d'un révisionnisme appliqué à un individu exceptionnel. Considéré pendant plus de vingt ans au mieux comme un prince machiavélique, et par définition sans scrupules, au pire comme un traître aux idées républicaines ou démocratiques, il apparaît, au temps de la Glorieuse Révolution de 1688, comme un précurseur plausible des luttes pour la liberté et le protestantisme. Le xviiie siècle est partagé entre la dénonciation du tyran régicide et l'admiration pour certaines de ses œuvres. L'historien Thomas Macaulay lui apporte enfin, à l'âge romantique du libéralisme, la reconnaissance d'une personnalité d'élite, qui aurait promu les intérêts des classes moyennes en sympathie avec « les sentiments et les intérêts du peuple » ; il devient alors « un homme doté du cœur élevé, solide et honnête d'un Anglais ». Et, au temps du chartisme et de la revendication démocratique, des sujets de Victoria se reconnaissent dans l'adversaire des « niveleurs ». Le protestant français François Guizot, partisan du pouvoir bourgeois, accorde aussi à Cromwell le mérite d'avoir restauré l'ordre au prix des libertés, mais dans le souci élevé de la religion et de la morale. Crédité encore d'avoir été le champion du protestantisme, l'inspirateur de l'impérialisme, l'homme est, au xxe siècle, quelque peu la victime des interprétations marxistes de l'histoire, qui l'acquittent de ses crimes et faiblesses en le transformant en l'instrument d'un équilibre social en devenir. Que, devant Westminster, aujourd'hui, figure la statue du Protecteur, lion britannique à ses pieds, signifie aussi que le défenseur des droits des Communes a fait quelque peu oublier le dictateur. En fait, Cromwell a été évoqué aussi bien par comparaison à un Napoléon, le Grand ou le « Petit », qu'à un Robespierre ou un Danton. Même si Edmund Burke, héraut de la contre-révolution, a, dès 1790, décrit un Cromwell fidèle à la tradition de ses ancêtres.

Retenons le jugement de l'historien français Olivier Lutaud : « On ne saurait isoler Cromwell, car il se dresse parmi maintes figures... Mais il les domine, étant animal politique. Non au sens d'Aristote, ni de la Renaissance, mais de race anglaise, qui cherche, flaire, médite plutôt qu'elle ne déduit ; puis qui fonce. » La légende de Cromwell, comme la légende napoléonienne, est née de la comparaison avec de plus médiocres talents avant, pendant et après son « règne », mais elle doit beaucoup au miroir que le héros offre bientôt à une classe politique avide de progrès dans le respect de l'ordre, de tolérance dans un monde imprégné de morale religieuse, de liberté sans le risque de l'anarchie, de recherche des voies d'une grandeur en un temps de médiocrité internationale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CROMWELL OLIVER (1599-1658)  » est également traité dans :

CHARLES Ier (1600-1649) roi d'Angleterre (1625-1649)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 100 mots

Roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, second fils de Jacques VI Stuart, roi d'Écosse, qui deviendra roi d'Angleterre en 1603 sous le nom de Jacques I er , Charles I er monte sur le trône en 1625. Jeune, séduisant et indécis, il est un jouet entre les mains de son entourage. L'impopulaire duc de Buckingham le pousse à attaquer l'Espagne. Pour se garantir du côté de la France, Charles I er dema […] Lire la suite

CÔTES DE FER

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 332 mots

Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés de Norfolk, Suffolk, Essex, Cambridge et Hertford ; cette force, mise à la disposition du Parlement, constituera […] Lire la suite

DROGHEDA

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 340 mots
  •  • 1 média

Ville de la côte est de la république d'Irlande, à 50 kilomètres environ au nord de Dublin. Située sur la Boyne, à proximité de son embouchure, Drogheda (en irlandais Droichead Átha, « le pont sur le gué ») a été fondée par les Normands au début du x e siècle. Forteresse et centre commercial, elle voit son rôle s'accroître encore après la conquête anglaise (fin du xii e s.) ; elle devient une de […] Lire la suite

EXÉCUTION DE CHARLES Ier D'ANGLETERRE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 263 mots

Charles I er Stuart, roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande depuis 1625, est décapité le 30 janvier 1649 à la suite d'un procès mené au nom de son peuple. Pour la première fois en Europe, un roi est condamné à mort selon les voies légales. Souverain autoritaire et soucieux, comme ses homologues de l'époque, de s'engager dans la voie de l'absolutisme, Charles I er a tenté, à partir de 1629, de g […] Lire la suite

FAIRFAX THOMAS (1612-1671)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 380 mots

Soldat et homme politique anglais. Fils du deuxième baron de Fairfax, Thomas Fairfax est né à Denton dans le Yorkshire. Il prend part à la première guerre d'Écosse. Le début de la guerre civile le trouve aux côtés du Parlement. Il s'empare de Leeds (23 janv. 1643), essuie une défaite que lui inflige le général Goring (30 mars 1643), prend sa revanche à Wakefield (21 mai 1643), est battu à nouveau […] Lire la suite

FLEETWOOD CHARLES (1618?-1692)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 378 mots

Soldat et homme politique anglais. Lorsque la guerre civile éclate, Charles Fleetwood se range dans le camp des parlementaires. Il reçoit le commandement d'un régiment en 1644 et participe à la mise en pièces des troupes royales à Naseby (14 juin 1645). On le soupçonne d'avoir trempé dans le complot visant à s'emparer de la personne du roi Charles I er à Holmby. Quoi qu'il en soit, il ne particip […] Lire la suite

IRLANDE

  • Écrit par 
  • David GREENE, 
  • Pierre JOANNON
  •  • 16 178 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Confiscation et colonisation sous les Stuarts et Cromwell »  : […] Alléguant la forfaiture des chefs rebelles, la quasi-totalité de l'Ulster fut confisquée par la Couronne récemment dévolue à la dynastie écossaise des Stuarts qui n'allait pas se révéler plus amène que les Tudors dans le traitement réservé à l'Île-Sœur. Sous le règne de Jacques I er , c'est plus d'un demi-million d'acres qui furent ainsi accaparés et redistribués, non au hasard mais selon un plan […] Lire la suite

LAMBERT JOHN (1619-1684)

  • Écrit par 
  • Paul BENOÎT
  •  • 359 mots

Issu de la gentry du Yorkshire, John Lambert reçoit une formation universitaire et juridique. Au début de la guerre civile, il est capitaine sous les ordres de Thomas Fairfax, mais, dès 1643, il est à la tête de son propre régiment et combat à Marston Moor en 1644. Colonel de deux régiments dans la New Model Army (armée nouveau modèle de Cromwell) il est fait major général en 1647. La même année, […] Lire la suite

LILBURNE JOHN (1614-1657)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 965 mots

Chef le plus célèbre du mouvement des niveleurs au temps de la révolution anglaise, John Lilburne sut allier l'action militante la plus déterminée à la réflexion idéologique la plus poussée (il est l'auteur d'une centaine de brochures au moins). Sa célébrité première se rattache à son combat contre l'intolérance de Charles I er et de l'archevêque William Laud, qu'il paya, à partir de 1637, d'une […] Lire la suite

MARSTON MOOR BATAILLE DE (2 juill. 1644)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 200 mots
  •  • 1 média

Cette bataille marque la première grande défaite des royalistes lors de la Révolution anglaise. En juin 1644, le roi Charles I er donna l'ordre à une armée dirigée par le prince Rupert de relever la garnison royaliste de la ville d'York, qui se trouvait alors assiégée par les parlementaires. Rupert déborda les assiégeants, releva la garnison d'York et poursuivit l'armée parlementaire à 12 kilomèt […] Lire la suite

Pour citer l’article

Roland MARX, « CROMWELL OLIVER - (1599-1658) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-cromwell/