CÔTES DE FER

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés de Norfolk, Suffolk, Essex, Cambridge et Hertford ; cette force, mise à la disposition du Parlement, constituera la première forme de l'armée nouveau modèle (New Model Army). Montés sur des chevaux relativement lourds, les cavaliers ne sont pourtant pas des cuirassiers ; ils portent une armure légère sur le dos et la poitrine, combattent au pistolet et à l'épée et appartiennent à la catégorie dite des arquebusiers. Recrutés parmi les yeomen, choisis par Cromwell en fonction de leur force physique, mais aussi de leur zèle religieux, ils ont rapidement constitué un élément fanatiquement ardent des armées parlementaires ; leur discipline a autorisé parfois de savantes manœuvres tactiques. Cromwell les entraîne à charger en masse et à se regrouper rapidement en vue d'une seconde charge. Il leur interdit l'usage des armes à feu avant d'être arrivés au contact de l'adversaire et évite ainsi tout gaspillage d'effort. Le combat au corps à corps est systématiquement recherché. À Marston Moor et à Naseby, l'emploi de la cavalerie a été très fructueux pour le parti parlementaire. Les soldats de Cromwell ont pu donner une impression de massivité et de lourdeur, mais il ne paraît pas qu'il faille l'attribuer à un équipement très différent de celui des troupes royalistes. Les Côtes de fer ont contribué à mettre en relief l'efficacité de la cavalerie à une époque où l'on croit encore souvent au rôle majeur de l'infanterie ; ils confirment ainsi le déclin de la théorie stratégique espagnole, déjà mise en échec sur le continent.

—  Roland MARX

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  CÔTES DE FER  » est également traité dans :

CROMWELL OLIVER (1599-1658)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 3 814 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la coulisse à l'avant-scène, 1640-1649 »  : […] Soutien ardent des premières mesures imposées par le Parlement à Charles I er , Cromwell s'est particulièrement enflammé pour la Grande Remontrance, où les plaintes contre le passé aboutissaient à la revendication d'un véritable contrôle du pouvoir exécutif par le législatif (22 novembre 1642). Mais ce texte, inacceptable pour le roi et qui mit le feu aux poudres, ne lui fut pas imputé directemen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-cromwell/#i_37636

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La Grande Rébellion (1640-1660) »  : […] Sortant de ces tensions, la Grande Rébellion naît immédiatement de la nécessité pour Charles I er de répondre à la révolte de l' Écosse par l'appel à un Parlement censé lui voter les subsides nécessaires. En 1640, le « Court Parlement », réuni le 13 avril, est dissous dès le 5 mai ; le 3 novembre, on est obligé de réunir un nouveau Parlement auquel sa longévité fait donner par l'histoire le surn […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_37636

Pour citer l’article

Roland MARX, « CÔTES DE FER », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotes-de-fer/