CROMWELL OLIVER (1599-1658)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du général au chef d'État

Le 12 décembre 1653, Cromwell se laisse convaincre de prendre directement les rênes d'un Commonwealth que les civils n'ont décidément pas réussi à gouverner. Il le fait à contrecœur, convaincu que la force ne crée par le droit, qu'il n'y a pas de fondement juridique à un pouvoir né de la volonté d'une armée. Mais il s'y résout parce que la Providence, manifestement, ne lui en laisse pas le choix et aussi parce que, au cours des années écoulées, il avait parachevé la pacification intérieure en même temps que participé à tous les efforts de légalisation d'un pouvoir civil.

Chef d'armée, il a été l'homme de la féroce répression du soulèvement de l'Irlande en août-septembre 1649 : le massacre de Drogheda, le 12 septembre, où « Dieu [reconnaîtrait] les siens » est une page particulièrement sanglante dans une expédition qui aboutit à la sujétion des Irlandais et à la dépossession de nombre d'entre eux en faveur de colons issus de l'armée ou de créanciers de l'État dotés de « plantations » (domaines coloniaux). C'est au tour de l'Écosse d'être soumise grâce aux victoires de Dunbar (en septembre 1650) et de Worcester (en septembre 1651). Cromwell, commandant en chef, a été assisté du général Monck. Le général vainqueur a été à même d'influer sur toutes les grandes décisions, il est celui à qui s'adressent, pleins d'un fol espoir, des réformateurs utopiques comme Gerrard Winstanley, inspirateur du mouvement des bêcheurs (diggers), il incite à la guerre contre la Hollande, à des encouragements aux Frondeurs de Bordeaux, et, en avril 1653, sait assumer la responsabilité de chasser le Parlement croupion qui sera remplacé par le « Parlement des Saints ».

L'Instrument de gouvernement, première et seule Constitution écrite de l'Angleterre, lui confie, à titre viager, avec le titre de Lord protecteur des royaumes d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, le pouvoir exécutif, avec l'assistance d'un Conseil et la collaboration d'un Parlement. En fait, l'État était fondé sur le pilier militaire et au profit des classes possédantes, seules admises aux droits politiques, et Cromwell, à la jonction de ces deux forces, en était à la fois l'incarnation, le serviteur, mais aussi l'inspirateur.

Chef d'État, il est un dictateur malgré lui. Il ne réussit pas mieux avec les Parlements qu'il convoque que les souverains qui l'ont précédé. L'Humble Pétition et Conseil, voté par l'assemblée de 1657, lui confère pourtant, avec le pouvoir héréditaire, le droit de désigner son successeur, mais non pas le titre royal qu'il refuse obstinément. Appuyé (en 1655-1656) sur des régions commandées par des majors généraux, son pouvoir est indiscuté malgré quelques tentatives de soulèvement sporadiques de « Cavaliers » ; il est un arbitre indispensable... et en fait irremplaçable. En cinq ans, il imprime sa marque durable sur les destinées anglaises. Il tente de définir un ordre religieux et moral. Comme John Milton, il est l'adversaire de tout monopole d'État, et sa tolérance ne connaît que les limites du rejet du catholicisme romain, de l'anglicanisme et du charlatanisme : l'État doit être le garant de la probité et des capacités des curés de paroisse. En 1657, on se garde, en instaurant une Église nationale, de lui conférer un monopole. Les refus, quand ils concernent des sectes, s'adressent aux « agitées » ou aux révolutionnaires, ranters, quakers et « blasphémateurs » unitariens. Il autorise, par contre, le retour des juifs, chassés du pays en 1290. Le Protecteur est intransigeant sur les questions de morale publique, et ses mesures visent à faire du pays un modèle d'austérité et de rigueur. C'est en partie à ce souci qu'on reliera ses efforts en faveur de la création d'écoles nouvelles, de régulation de la vie universitaire, d'octroi de bourses aux élèves méritants : sa prédilection de jeunesse pour les mathématiques favorise sa position en faveur des rationalistes et l'entrée précoce de l'Angleterre dans un nouvel âge des mentalités. L'ancien protecteur des paysans se mue en conservateur intraitable de l'ordre social. Il ne revient pas sur l'abandon de la politique royale de protection des humbles contre les excès des propriétaires avides de clôtures, il consacre le recul considérable de la charité publique, n'abolit pas les dîmes, jugées indispensables à la qualité des services religieux. Comble de discrimination : alors que toutes les contraintes féodales so [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CROMWELL OLIVER (1599-1658)  » est également traité dans :

CHARLES Ier (1600-1649) roi d'Angleterre (1625-1649)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 100 mots

Roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, second fils de Jacques VI Stuart, roi d'Écosse, qui deviendra roi d'Angleterre en 1603 sous le nom de Jacques I er , Charles I er monte sur le trône en 1625. Jeune, séduisant et indécis, il est un jouet entre les mains de son entourage. L'impopulaire duc de Buckingham le pousse à attaquer l'Espagne. Pour se garantir du côté de la France, Charles I er dema […] Lire la suite

CÔTES DE FER

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 332 mots

Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés de Norfolk, Suffolk, Essex, Cambridge et Hertford ; cette force, mise à la disposition du Parlement, constituera […] Lire la suite

DROGHEDA

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 340 mots
  •  • 1 média

Ville de la côte est de la république d'Irlande, à 50 kilomètres environ au nord de Dublin. Située sur la Boyne, à proximité de son embouchure, Drogheda (en irlandais Droichead Átha, « le pont sur le gué ») a été fondée par les Normands au début du x e siècle. Forteresse et centre commercial, elle voit son rôle s'accroître encore après la conquête anglaise (fin du xii e s.) ; elle devient une de […] Lire la suite

EXÉCUTION DE CHARLES Ier D'ANGLETERRE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 263 mots

Charles I er Stuart, roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande depuis 1625, est décapité le 30 janvier 1649 à la suite d'un procès mené au nom de son peuple. Pour la première fois en Europe, un roi est condamné à mort selon les voies légales. Souverain autoritaire et soucieux, comme ses homologues de l'époque, de s'engager dans la voie de l'absolutisme, Charles I er a tenté, à partir de 1629, de g […] Lire la suite

FAIRFAX THOMAS (1612-1671)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 380 mots

Soldat et homme politique anglais. Fils du deuxième baron de Fairfax, Thomas Fairfax est né à Denton dans le Yorkshire. Il prend part à la première guerre d'Écosse. Le début de la guerre civile le trouve aux côtés du Parlement. Il s'empare de Leeds (23 janv. 1643), essuie une défaite que lui inflige le général Goring (30 mars 1643), prend sa revanche à Wakefield (21 mai 1643), est battu à nouveau […] Lire la suite

FLEETWOOD CHARLES (1618?-1692)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 378 mots

Soldat et homme politique anglais. Lorsque la guerre civile éclate, Charles Fleetwood se range dans le camp des parlementaires. Il reçoit le commandement d'un régiment en 1644 et participe à la mise en pièces des troupes royales à Naseby (14 juin 1645). On le soupçonne d'avoir trempé dans le complot visant à s'emparer de la personne du roi Charles I er à Holmby. Quoi qu'il en soit, il ne particip […] Lire la suite

IRLANDE

  • Écrit par 
  • David GREENE, 
  • Pierre JOANNON
  •  • 16 178 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Confiscation et colonisation sous les Stuarts et Cromwell »  : […] Alléguant la forfaiture des chefs rebelles, la quasi-totalité de l'Ulster fut confisquée par la Couronne récemment dévolue à la dynastie écossaise des Stuarts qui n'allait pas se révéler plus amène que les Tudors dans le traitement réservé à l'Île-Sœur. Sous le règne de Jacques I er , c'est plus d'un demi-million d'acres qui furent ainsi accaparés et redistribués, non au hasard mais selon un plan […] Lire la suite

LAMBERT JOHN (1619-1684)

  • Écrit par 
  • Paul BENOÎT
  •  • 359 mots

Issu de la gentry du Yorkshire, John Lambert reçoit une formation universitaire et juridique. Au début de la guerre civile, il est capitaine sous les ordres de Thomas Fairfax, mais, dès 1643, il est à la tête de son propre régiment et combat à Marston Moor en 1644. Colonel de deux régiments dans la New Model Army (armée nouveau modèle de Cromwell) il est fait major général en 1647. La même année, […] Lire la suite

LILBURNE JOHN (1614-1657)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 965 mots

Chef le plus célèbre du mouvement des niveleurs au temps de la révolution anglaise, John Lilburne sut allier l'action militante la plus déterminée à la réflexion idéologique la plus poussée (il est l'auteur d'une centaine de brochures au moins). Sa célébrité première se rattache à son combat contre l'intolérance de Charles I er et de l'archevêque William Laud, qu'il paya, à partir de 1637, d'une […] Lire la suite

MARSTON MOOR BATAILLE DE (2 juill. 1644)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 200 mots
  •  • 1 média

Cette bataille marque la première grande défaite des royalistes lors de la Révolution anglaise. En juin 1644, le roi Charles I er donna l'ordre à une armée dirigée par le prince Rupert de relever la garnison royaliste de la ville d'York, qui se trouvait alors assiégée par les parlementaires. Rupert déborda les assiégeants, releva la garnison d'York et poursuivit l'armée parlementaire à 12 kilomèt […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland MARX, « CROMWELL OLIVER - (1599-1658) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-cromwell/