CROMWELL OLIVER (1599-1658)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la coulisse à l'avant-scène, 1640-1649

Soutien ardent des premières mesures imposées par le Parlement à Charles Ier, Cromwell s'est particulièrement enflammé pour la Grande Remontrance, où les plaintes contre le passé aboutissaient à la revendication d'un véritable contrôle du pouvoir exécutif par le législatif (22 novembre 1642). Mais ce texte, inacceptable pour le roi et qui mit le feu aux poudres, ne lui fut pas imputé directement : les cinq députés que le souverain essaya vainement de se faire livrer par les Communes en janvier ne comprenaient pas Oliver, mais son cousin John Hampden. Pourtant, une activité débordante au sein de commissions, sa défense impétueuse de paysans menacés par les enclosures, une fonction d'intermédiaire attitré entre députés et lords, Parlement et Cité, son ardeur à promouvoir une campagne militaire en Irlande à laquelle il souscrit avec son propre argent le font remarquer et sortir peu à peu du rang des obscurs. Étrangement pour ce gentleman politicien, c'est son rôle militaire qui a décisivement contribué à son ascension. Il devient, en 1643, le colonel d'un régiment, les Côtes de Fer, qu'il a lui-même constitué par l'appel à des engagés volontaires, qu'il contribue à entretenir de ses deniers, qu'il dote d'un bon équipement en chevaux et en armes, qu'il soumet à des officiers recrutés au mérite, sans égard pour le rang social et sans considération pour l'appartenance à telle ou telle secte religieuse ; le 2 juillet 1644, il prend une part décisive à la victoire de Marston Moor, après avoir été promu lieutenant général en janvier. Jusqu'au-boutiste, il s'indigne des prudences des chefs aristocratiques de l'armée parlementaire et pousse à la constitution d'une armée d'un « nouveau modèle » : inspirée de l'exemple hollandais par l'appel à des volontaires d'origine sociale bourgeoise, urbaine ou rurale, du suédois par l'exaltation des principes religieux, l'insistance sur un enthousiasme entretenu par des chapelains, véritables commissaires politiques avant la lettre, mais aussi sur la puissance de l'artillerie et sur la création d'un corps de cavalerie autonome, dont les charges répétées et disciplinées devaient ébranler les meilleures infanteries adverses. Surtout, il fait adopter certains principes de commandement et d'organisation : le mérite comme fondement de l'autorité et de la promotion à des grades supérieurs, une stricte discipline rendue possible par une intendance et un service financier efficaces, la séparation du politique et du militaire à la suite du vote de la loi de « renonciation pour soi-même » (les parlementaires renonçaient volontairement à toute charge militaire), définitivement adoptée par le Parlement en avril 1645 et qui permet d'écarter les comtes de Manchester et d'Essex au profit d'un nouveau commandant en chef, sir Thomas Fairfax. Celui-ci, arguant de la nécessité de disposer d'un adjoint de qualité au commandement de la cavalerie, obtient au bénéfice de Cromwell des exemptions successives qui permettent, entre autres, à ce dernier de participer décisivement à la grande victoire de Naseby du 14 juin 1645.

Le roi prisonnier des Écossais en mai 1647, Cromwell, pendant plus d'un an, quitte les rangs de l'armée sans apparaître spécialement actif dans un Parlement dominé par les modérés du parti « presbytérien », favorables à un arrangement avec Charles Ier. C'est pendant cette année que l'armée se transforme en une force politique, se dotant spontanément de véritables « soviets » de soldats et d'officiers, se donnant des porte-parole ou agitators et, après avoir surtout revendiqué des satisfactions matérielles, se muant en un « parti » : en son sein, l'élément le plus radical est fait de « niveleurs », partisans d'une véritable démocratie et de propositions, particulièrement audacieuses pour l'époque, d'une pleine égalité des droits politiques et de la suprématie de Parlements annuels. Cromwell est rappelé par Fairfax en juin 1647, après que, par un véritable coup de force minoritaire, l'armée s'est emparée du roi. Le génie de Cromwell en cette année est d'avoir permis de revenir à la discipline au prix de mesures sans pitié contre des mutins et, à l'occasion des journées fameuses de Putney, près de Londres, en novembre, d'avoir fait pencher la balance en faveur des partisans d'un ordre social et politique fondé sur la propriété, contre les démocrates.

Charles Ier s'évadant en n [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CROMWELL OLIVER (1599-1658)  » est également traité dans :

CHARLES Ier (1600-1649) roi d'Angleterre (1625-1649)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 1 100 mots

Roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande, second fils de Jacques VI Stuart, roi d'Écosse, qui deviendra roi d'Angleterre en 1603 sous le nom de Jacques I er , Charles I er monte sur le trône en 1625. Jeune, séduisant et indécis, il est un jouet entre les mains de son entourage. L'impopulaire duc de Buckingham le pousse à attaquer l'Espagne. Pour se garantir du côté de la France, Charles I er dema […] Lire la suite

CÔTES DE FER

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 332 mots

Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés de Norfolk, Suffolk, Essex, Cambridge et Hertford ; cette force, mise à la disposition du Parlement, constituera […] Lire la suite

DROGHEDA

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 340 mots
  •  • 1 média

Ville de la côte est de la république d'Irlande, à 50 kilomètres environ au nord de Dublin. Située sur la Boyne, à proximité de son embouchure, Drogheda (en irlandais Droichead Átha, « le pont sur le gué ») a été fondée par les Normands au début du x e siècle. Forteresse et centre commercial, elle voit son rôle s'accroître encore après la conquête anglaise (fin du xii e s.) ; elle devient une de […] Lire la suite

EXÉCUTION DE CHARLES Ier D'ANGLETERRE

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 263 mots

Charles I er Stuart, roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande depuis 1625, est décapité le 30 janvier 1649 à la suite d'un procès mené au nom de son peuple. Pour la première fois en Europe, un roi est condamné à mort selon les voies légales. Souverain autoritaire et soucieux, comme ses homologues de l'époque, de s'engager dans la voie de l'absolutisme, Charles I er a tenté, à partir de 1629, de g […] Lire la suite

FAIRFAX THOMAS (1612-1671)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 380 mots

Soldat et homme politique anglais. Fils du deuxième baron de Fairfax, Thomas Fairfax est né à Denton dans le Yorkshire. Il prend part à la première guerre d'Écosse. Le début de la guerre civile le trouve aux côtés du Parlement. Il s'empare de Leeds (23 janv. 1643), essuie une défaite que lui inflige le général Goring (30 mars 1643), prend sa revanche à Wakefield (21 mai 1643), est battu à nouveau […] Lire la suite

FLEETWOOD CHARLES (1618?-1692)

  • Écrit par 
  • Pierre JOANNON
  •  • 378 mots

Soldat et homme politique anglais. Lorsque la guerre civile éclate, Charles Fleetwood se range dans le camp des parlementaires. Il reçoit le commandement d'un régiment en 1644 et participe à la mise en pièces des troupes royales à Naseby (14 juin 1645). On le soupçonne d'avoir trempé dans le complot visant à s'emparer de la personne du roi Charles I er à Holmby. Quoi qu'il en soit, il ne particip […] Lire la suite

IRLANDE

  • Écrit par 
  • David GREENE, 
  • Pierre JOANNON
  •  • 16 178 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Confiscation et colonisation sous les Stuarts et Cromwell »  : […] Alléguant la forfaiture des chefs rebelles, la quasi-totalité de l'Ulster fut confisquée par la Couronne récemment dévolue à la dynastie écossaise des Stuarts qui n'allait pas se révéler plus amène que les Tudors dans le traitement réservé à l'Île-Sœur. Sous le règne de Jacques I er , c'est plus d'un demi-million d'acres qui furent ainsi accaparés et redistribués, non au hasard mais selon un plan […] Lire la suite

LAMBERT JOHN (1619-1684)

  • Écrit par 
  • Paul BENOÎT
  •  • 359 mots

Issu de la gentry du Yorkshire, John Lambert reçoit une formation universitaire et juridique. Au début de la guerre civile, il est capitaine sous les ordres de Thomas Fairfax, mais, dès 1643, il est à la tête de son propre régiment et combat à Marston Moor en 1644. Colonel de deux régiments dans la New Model Army (armée nouveau modèle de Cromwell) il est fait major général en 1647. La même année, […] Lire la suite

LILBURNE JOHN (1614-1657)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 965 mots

Chef le plus célèbre du mouvement des niveleurs au temps de la révolution anglaise, John Lilburne sut allier l'action militante la plus déterminée à la réflexion idéologique la plus poussée (il est l'auteur d'une centaine de brochures au moins). Sa célébrité première se rattache à son combat contre l'intolérance de Charles I er et de l'archevêque William Laud, qu'il paya, à partir de 1637, d'une […] Lire la suite

MARSTON MOOR BATAILLE DE (2 juill. 1644)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 200 mots
  •  • 1 média

Cette bataille marque la première grande défaite des royalistes lors de la Révolution anglaise. En juin 1644, le roi Charles I er donna l'ordre à une armée dirigée par le prince Rupert de relever la garnison royaliste de la ville d'York, qui se trouvait alors assiégée par les parlementaires. Rupert déborda les assiégeants, releva la garnison d'York et poursuivit l'armée parlementaire à 12 kilomèt […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roland MARX, « CROMWELL OLIVER - (1599-1658) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oliver-cromwell/