COLLYRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Préparations pharmaceutiques liquides qu'on instille dans le cul-de-sac conjonctival et qui sont destinées au traitement des affections des yeux.

Le support est en principe constitué par un soluté minéral isotonique aux larmes. Additionné d'antiseptiques faibles (acide borique), ce liquide peut être utilisé couramment pour nettoyer les culs-de-sac conjonctivaux et les voies lacrymales, à des fins hygiéniques. Mais les collyres contenant des antibiotiques et surtout ceux qui renferment des anti-inflammatoires ne doivent jamais être employés sans prescription médicale, car ils sont destinés à combattre des affections ophtalmologiques spécifiques. Il en est de même des collyres contenant certains alcaloïdes dont l'usage est réservé à des cas très précis.

—  Philippe COURRIÈRE

Écrit par :

  • : docteur ès sciences, docteur en pharmacie, biologiste hospitalier, professeur de biophysique à la faculté des sciences pharmaceutiques de Toulouse, université Paul-Sabatier

Classification


Autres références

«  COLLYRES  » est également traité dans :

EUPHRAISE

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 145 mots
  •  • 1 média

Ancien « casse-lunettes » des empiristes médiévaux, l'euphraise ( Euphrasia rostkoviana Hayne  ; scrofulariacées) était prescrite dans les affections de l'œil et même contre la cécité. Elle renferme du tanin, une huile grasse, une essence, une substance amère, un glucoside (aucuboside) et des résines qui représenteraient le principe actif. Tonique amère et astringente, elle est effectivement effi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/euphraise/#i_24060

ŒIL HUMAIN

  • Écrit par 
  • Jean-Antoine BERNARD, 
  • Guy OFFRET
  •  • 11 131 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Glaucomes »  : […] L'humeur aqueuse produite par le corps ciliaire pénètre dans la chambre antérieure de l'œil par la pupille et quitte le globe à l'angle de ladite chambre, en pénétrant dans le canal de Schlemm ; la pression intraoculaire de ce liquide qui en résulte normalement est de 15,5 millimètres de mercure en moyenne. La maladie caractérisée par le tonus anormalement élevé du globe s'appelle « glaucome ». L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeil-humain/#i_24060

Pour citer l’article

Philippe COURRIÈRE, « COLLYRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/collyres/