DALTONISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme « daltonisme » désigne, dans le langage courant, une déficience de la vision des couleurs, ou dyschromatopsie. Le daltonisme est ainsi nommé en hommage au célèbre chimiste anglais John Dalton (1766-1844) qui le décrivit en 1794 en analysant sa propre vision colorée. Le daltonisme est congénital, existant dès la naissance et n'évoluant pas au cours de la vie. Il est aussi héréditaire, se transmettant d'une génération à l'autre. À coté de la déficience colorée très fréquente que décrivit Dalton, il existe d'autres dyschromatopsies héréditaires rares (tritanopie, achromatopsies) et aussi des déficiences acquises de la vision des couleurs secondaires dues à des maladies de l'appareil visuel dont elles constituent un signe clinique. Les progrès de la biologie et de la génétique moléculaire ont modifié notre compréhension du mécanisme de cette déficience. Sur le plan pratique, la grande fréquence de celle-ci impose une sélection professionnelle en raison du rôle croissant de la couleur dans les activités modernes.

Anomalies de la vision colorée

La vision colorée normale est trichromatique. Du point de vue physiologique, cela signifie qu'elle est due à l'absorption des radiations lumineuses par trois types différents de pigments visuels, chacun contenu dans un type spécifique de cellules à cônes de la rétine. On distingue les S-cônes (S comme short), les M-cônes (M comme middle) et les L-cônes (L comme long) dont les courbes d'absorption ont des maximums dans les courtes, les moyennes et les grandes longueurs d'onde du spectre.

Chez les sujets trichromates normaux existe déjà un polymorphisme des pigments qui entraîne de petites variations interindividuelles de la vision colorée. Dans le daltonisme, ces variations sont grandes et donnent lieu à plusieurs degrés de déficiences :

– Trichromatisme anormal. La vision reste trichromatique, mais l'altération de la molécule d'un des trois pigments cause un décalage de sa courbe d'absorption, d'où une déficience colorée. La pathologie du L-cône constitue le type protan de daltonisme (du grec protos, premier) et le trichromatisme anormal est appelé protanomalie ; la pathologie du M-cône constitue le type deutan (deuteros, deuxième) avec la deutéranomalie ; la pathologie du S-cône constitue le type tritan (tritos, troisième) avec la tritanomalie. La vision des trichromates anormaux diffère de la normale par une moins bonne discrimination des teintes et pour les mélanges des couleurs.

– Dichromatisme. Un des pigments est absent et la vision colorée n'est assurée que par les deux pigments restants. On distingue la protanopie (L-cône), la deutéranopie (M-cône) et la tritanopie (S-cône). La vision dichromatique est réduite dans le spectre à deux teintes séparées par une zone incolore.

– Le monochromatisme (absence de deux pigments) et l'achromatopsie (aucun cône fonctionnel), déficiences colorées majeures, sont exceptionnelles.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Médias de l’article

Album d'Ishihara

Album d'Ishihara
Crédits : D.R.

photographie

Hérédité daltonienne

Hérédité daltonienne
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  DALTONISME  » est également traité dans :

COULEUR

  • Écrit par 
  • Pierre FLEURY, 
  • Christian IMBERT
  •  • 7 848 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Variations avec les observateurs. Daltonisme »  : […] On estime à 8 p. 100 chez les hommes et à 0,5 p. 100 seulement chez les femmes la proportion des individus dont la vision colorée n'est pas « normale ». Contrairement à ceux qui doivent faire appel, pour un équilibrage quelconque, à trois couleurs fondamentales, et qui sont dits trichromates , les daltoniens, ou dichromates , n'ont besoin que de deux couleurs fondamentales : ils confondent certain […] Lire la suite

MALFORMATIONS CONGÉNITALES

  • Écrit par 
  • Jean de GROUCHY
  •  • 2 935 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Malformations des yeux »  : […] Elles comptent parmi les plus fréquentes. L' anophtalmie - microphtalmie s'accompagne souvent d'une encéphalopathie. Sa fréquence est de l'ordre de 2 p. 10 000. Elle fait partie du syndrome de la trisomie 13. La cataracte congénitale est un des principaux accidents de l'infection par le virus de la rubéole. Autres malformations  : colobome, ptosis des paupières, opacités cornéennes, mégalocornée […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe LANTHONY, « DALTONISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/daltonisme/