HORVÁTH ÖDÖN VON (1901-1938)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un « moraliste cynique »

Du fait que Horváth, issu d'une famille catholique, reçut un enseignement religieux, certains ont conclu qu'il était un spiritualiste. Il ne nous appartient pas de dire si, au terme de sa brève existence, il croyait en Dieu ; il est indubitable en tout cas qu'il dénonce constamment la collusion du spirituel et du temporel, la récupération du message évangélique par le pouvoir ; toute forme d'intolérance lui fait horreur, et il trouve effrayante la fascination que le national-socialisme, par les discours et la propagande à grande mise en scène, exerce sur les foules désemparées après la défaite de 1918 et la débâcle économique.

Bien qu'il appartienne à la dramaturgie de la « Nouvelle objectivité » (Neue Sachlichkeit), qui refuse toute métaphore et toute parabole, Horváth, pourtant, recourt parfois au procédé expressionniste et on pense alors à Wedekind. Il est compréhensible que, même dans l'Allemagne délivrée du joug nazi, le théâtre horváthien ait été un temps occulté : suspect aux yeux de l'Église, Horváth ne l'était pas moins à ceux des marxistes orthodoxes. Rome et Moscou ont eu une raison supplémentaire de réticence : Horváth lui-même dit de son théâtre qu'il illustre le conflit éternel entre le conscient et le subconscient ; le ça, le moi, le surmoi interfèrent sans cesse, ce qui explique que les personnages tiennent rarement un discours cohérent. Dans ce langage très novateur, le dialogue est elliptique, les silences, lourds de sens. Horváth différencie le langage selon la classe sociale : Casimir, chauffeur de poids lourd en chômage, ne s'exprime pas comme la baronne Ada von Stetten, prise d'angoisse métaphysique quand elle a trop bu. C'est ce qui fait dire à Peter Handke – malgré l'admiration qu'il a pour Brecht – qu'aux beaux « contes de Noël » de ce dernier, il préfère les phrases confuses de Horváth, ses clichés, ses stéréotypes, son désordre et sa sentimentalité non stylisée, ses modèles de la méchanceté et de la détresse d'une société. L'his [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : journaliste, critique dramatique de la revue Les Temps modernes

Classification

Autres références

«  HORVÁTH ÖDÖN VON (1901-1938)  » est également traité dans :

FIGARO DIVORCE (mise en scène J. Lassalle)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 086 mots

Né à Fiume, grandi à Belgrade, Budapest, Presbourg, Vienne et Munich, Ödön von Horváth (1901-1938) n'a cessé de dénoncer les frustrations et les dérives d'une petite-bourgeoisie qui allait faire le lit du national-socialisme. Ainsi que l'écrivit Klaus Mann, il aurait pu, comme tant d'autres, « très bien s'a […] Lire la suite

LE JUGEMENT DERNIER (mise en scène A. Engel)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 931 mots

« Je considère la forme du conte de fées, mélangée à la farce, comme particulièrement indiquée par les temps qui courent, puisque à travers cette forme, on peut dire beaucoup de choses qu'autrement, il serait impossible de dire », écrit Ödön von Horváth en 1935, à l'époque où il rédige Le Jugement dernier. Il est alors interdit d […] Lire la suite

LÉGENDES DE LA FORÊT VIENNOISE, Ödön von Horváth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 973 mots

Cette « pièce populaire en trois parties » de l'Autrichien Ödön von Horváth (1901-1938) fut écrite en 1930-1931, et créée le 2 novembre 1931 au Deutsches Theater de Berlin. Elle y remporta un triomphe, dans une mise en scène de Heinz Hilpert, avec notamment Carola Neher et Peter Lorre. Publiée la même année, elle valut à son auteur le prix Kleist, l […] Lire la suite

LÉGENDES DE LA FORÊT VIENNOISE (mise en scène C. Marthaler)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 147 mots

Révélé en France en 1996 avec Murx den Europäer ! Murx ihn ! Murx ihn ! Murx ihn ab ! (Bousille l'Européen ! Bousille-le ! Bousille-le ! Bousille-le bien !), Christoph Marthaler, qui officia cinq ans à la tête du Schauspielhaus de Zurich, avant d'en être évincé en 2004, y est revenu régulièrement pour y pré […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 054 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les lettres en Autriche sous la première et la deuxième République »  : […] Le naufrage de l'Empire des Habsbourg n'entraîne point de rupture sur le plan littéraire. Chez certains, l'événement suscite un renouveau de ferveur patriotique : chez Hofmannsthal, l'un des inspirateurs du festival de Salzbourg ; chez Anton Wildgans : ex-impressionniste et ex-expressionniste, promu, dans les années vingt et trente, au rang de poète officiel (1881-1932). Parfois, la quête de l'ord […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Renée SAUREL, « HORVÁTH ÖDÖN VON - (1901-1938) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/odon-von-horvath/