LÉGENDES DE LA FORÊT VIENNOISE, Ödön von HorváthFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cette « pièce populaire en trois parties » de l'Autrichien Ödön von Horváth (1901-1938) fut écrite en 1930-1931, et créée le 2 novembre 1931 au Deutsches Theater de Berlin. Elle y remporta un triomphe, dans une mise en scène de Heinz Hilpert, avec notamment Carola Neher et Peter Lorre. Publiée la même année, elle valut à son auteur le prix Kleist, la plus haute distinction littéraire de l'époque. Elle souleva aussi des critiques virulentes : la presse viennoise lui reprocha de donner une image faussée de l'Autriche, l'extrême droite et les nazis de ridiculiser les patriotes allemands. De fait, la pièce est une mise en garde contre le fascisme qui imprègne insidieusement les esprits.

Horváth écrit en exergue : « Rien ne donne autant le sentiment de l'infini que la bêtise. » Il casse l'image d'une Autriche idyllique pour montrer la brutalité individuelle et collective qui se cache derrière une façade d'opérette (la pièce est ponctuée d'extraits musicaux célèbres).


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur au département des arts du spectacle à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-la Défense, traducteur, dramaturge

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis BESSON, « LÉGENDES DE LA FORÊT VIENNOISE, Ödön von Horváth - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/legendes-de-la-foret-viennoise-odon-von-horvath/