WIENER NORBERT (1894-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théorèmes taubériens

L'article sur l'analyse harmonique généralisée faisait appel à des techniques fines d'analyse que Wiener développe sous une forme systématique dans son article Tauberian Theorems de 1932. Il s'agit d'un vaste ensemble de théorèmes unifiés par l'utilisation de la convolution et de la transformation de Fourier (classique) ; la terminologie provient du théorème de Tauber (1897), le premier de ce type, qui s'énonce ainsi : Si une série de terme général an est telle que Σanxn tende vers S pour x tendant vers 1 à gauche, alors Σan = S.

Les théorèmes taubériens de Wiener sont de plusieurs formes ; un des résultats essentiels est le suivant.

Théorème. Soit K1 une fonction intégrable sur R dont la transformée de Fourier ne s'annule en aucun point de R. Soit h une fonction mesurable bornée sur R. Alors, si l'on a :

on a aussi :
pour toute fonction intégrable K ; ici f * g désigne le produit de convolution sur R défini par

Ce type de théorème permet d'obtenir une nouvelle démonstration du théorème sur la distribution des nombres premiers.

Les théorèmes taubériens de Wiener font jouer un rôle essentiel aux zéros des transformées de Fourier et sont liés au problème de la synthèse harmonique (cf. analyse harmonique, chap. 2). Un des théorèmes fondamentaux obtenus par Wiener à ce propos est le suivant.

Théorème. Soit Σ un ensemble de fonctions intégrables sur R. Une condition nécessaire et suffisante pour que les combinaisons linéaires finies de translatées de fonctions de Σ soient denses dans L1(R) est que les transformées de Fourier des fonctions de Σ n'aient aucun zéro commun.

Ce type de résultat posait implicitement le célèbre « problème de Wiener » : Soit f et g deux fonctions intégrables sur R ; est-il vrai que g est limite dans L1 de combinaisons linéaires finies de translatées de f dès que sa transformée de Fourier s'annule sur l'ensemble des zéros de la transformée de Fourier de f ? La réponse est négative comme l'a montré P. Malliavin en 1959.

Enfin, on peut voir le point de départ de la théorie des [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  WIENER NORBERT (1894-1964)  » est également traité dans :

NORMÉES ALGÈBRES

  • Écrit par 
  • Jean-Luc SAUVAGEOT, 
  • René SPECTOR
  •  • 4 735 mots

Dans le chapitre « Le calcul fonctionnel holomorphe »  : […] Soit A une algèbre normée commutative unitaire et a un élément de A ; appelons σ( a ) le spectre de a , ensemble des nombres complexes qui sont les valeurs prises par ∧ a , transformée de Gelfand de a . Si f est une fonction continue à valeurs complexes définie sur σ( a ), on peut considérer la fonction composée f  ∘ ∧ a et se demander s'il existe un élément b dans l'algèbre tel que f  ∘ ∧ a soi […] Lire la suite

POTENTIEL THÉORIE DU

  • Écrit par 
  • Arnaud de la PRADELLE
  •  • 6 343 mots

Dans le chapitre « Problème de Dirichlet généralisé et effilement »  : […] Soit ω un ouvert borné et f une donnée frontière (finie ou non). On considère la famille Φ des fonctions hyperharmoniques v telles que : pour tout y  ∈ ∂ω, cette limite inférieure étant >  − ∞ partout sur ∂ω. On définit : on a alors : et H̄ f ( x ) est une fonction positivement homogène et sous-additive de f . Si on a −H f = H̄ f  = H f , on dit que f est résolutive et H f est alors la solut […] Lire la suite

PREMIERS ORDINATEURS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 1 106 mots

1904 Le Britannique John Ambrose Fleming invente la diode, premier tube à vide comportant deux électrodes, qui permet de capter et de redresser un signal radio. 1906 L'Américain Lee De Forest invente la triode, tube à vide à trois électrodes, qui permet d'amplifier un faible courant électrique. Les tubes ou « lampes » de De Forest et de Fleming constituent le point de départ de l'électronique. 1 […] Lire la suite

ROBOTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 709 mots

ii e  siècle avant J.-C. Héron d'Alexandrie, dans son traité sur les Automates , décrit de nombreux appareils utilisant cames, leviers et contrepoids, qui constituent à la fois des divertissements et des exploits mécaniques pour les techniciens de l'Antiquité hellénistique. 1725-1734 Basile Bouchon et Jean-Baptiste Falcon mettent au point, pour les machines textiles, un système de commande mécan […] Lire la suite

SENS (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 150 mots

Dans le chapitre « Le temps des machines »  : […] Il est donc particulièrement remarquable que ce soit le langage, lieu de la signification pour les philosophes grecs, qui soit devenu l’objet par excellence des sciences qui excluent le sens de leur champ d’investigation. Dans un ouvrage devenu un classique, Cybernétique et s ociété (1948), Norbert Wiener (1894-1964), le père de la cybernétique, écrit : « Il est parfaitement possible de parler à […] Lire la suite

SÉRIES TRIGONOMÉTRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre KAHANE
  •  • 5 481 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les séries trigonométriques aléatoires »  : […] Les séries trigonométriques aléatoires sont des séries de la forme (1), où les a n et les b n représentent des variables aléatoires ; le cas le plus simple est : (variables aléatoires de Rademacher indépendantes) ; un autre cas important est : où les X n et Y n sont des variables aléatoires gaussiennes centrées, normalisées et indépendantes. Les séries du premier type apparaissent pour la prem […] Lire la suite

STOCHASTIQUES PROCESSUS ou PROCESSUS ALÉATOIRES

  • Écrit par 
  • Maurice GIRAULT
  •  • 4 900 mots

Dans le chapitre « Processus de Wiener-Lévy ou fonction du mouvement brownien linéaire »  : […] Supposons qu'une particule puisse se déplacer sur un axe O x . À chaque instant, elle reçoit une légère impulsion dans l'un ou l'autre sens avec des probabilités égales. Pour atteindre un schéma continu, on doit procéder par passage à la limite d'une suite de processus discrets. Entre les dates  t et t  + 1/ n , la particule subit un déplacement aléatoire qui prend la valeur 1/ n avec la probabi […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Luc VERLEY, « WIENER NORBERT - (1894-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/norbert-wiener/