NOÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Noé et la colombe, enluminure

Noé et la colombe, enluminure
Crédits : British Library/ AKG

photographie

L'Offrande de Noé, basilique Saint-Marc

L'Offrande de Noé, basilique Saint-Marc
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Personnage biblique qui appartient à la race de Caïn, composée de tribus attachées au développement de la civilisation matérielle ; par là s'expliquent ses aptitudes à construire l'arche du Déluge. Héros du Déluge (Genèse, vi-ix) et père de Sem, de Cham et de Japhet, Noé était fils de Lamech (Genèse, v, 29). Dans la Bible et même en dehors d'elle, il garde de manière continue une réputation de « juste » (Genèse, vi, 9 ; Ecclésiastique, xliv, 18). Dans le discours allégorique de Philon, il représente le juste et la vertu de justice. Pour l'homme du Nouveau Testament, si l'on en croit l'Épître aux Hébreux, xi, 7, il est le modèle du juste par la foi. D'ailleurs, la figure de Joseph, l'époux déclaré « juste » (Matthieu, i, 19) de Marie, n'est pas sans correspondances avec cette représentation devenue traditionnelle de Noé. En liaison avec les faits du Déluge, la Bible lui impute d'autres mérites : il est l'inventeur de la viticulture ; et l'homme avec lequel Dieu conclut une alliance, dont l'arc-en-ciel sera la signe.

Noé et la colombe, enluminure

Noé et la colombe, enluminure

photographie

Noé et la colombe. Bible de Holkham, 1327. British Library, Londres. 

Crédits : British Library/ AKG

Afficher

L'Offrande de Noé, basilique Saint-Marc

L'Offrande de Noé, basilique Saint-Marc

photographie

«L'Offrande de Noé», mosaïque du narthex de la basilique Saint-Marc, vers 1250. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Le nom de Noé est hébraïque : noach. La Genèse, v, 29, le rattache trop approximativement au verbe nacham « consoler » (« il nous consolera... »). Il est en fait étymologiquement plus proche de nûach, « se reposer » : c'est ce sens-là qu'ont choisi les Septante dans leur lecture du même texte.

Selon la tradition juive tardive, Dieu, après le Déluge, aurait renouvelé à Noé le don de lois qu'il avait d'abord fait à Adam pour toute l'humanité ; six de ces lois sont spécifiées ; une septième y a été ajoutée concernant le droit de manger la chair des animaux (Genèse, ix, 3).

D'après l'ouvrage pseudépigraphique juif intitulé Livre des Jubilés, la Pentecôte juive, ou fête des Semaines (Shavuot), fut instituée par Noé après le Déluge.

—  André PAUL

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NOÉ  » est également traité dans :

ALLIANCE, histoire biblique

  • Écrit par 
  • Jacques PONS
  •  • 950 mots

Nom donné, dans la Bible, à des contrats, à des promesses ou accords passés en forme rituelle et solennelle entre Dieu et des individus, entre Dieu et Israël, entre plusieurs individus ; ces alliances sont sanctionnées par un serment. Elles étaient, à l'origine, des instruments politiques servant à maintenir un ordre politique ou social, et on trouve leurs traces dès la préhistoire. C'est à l'âge […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alliance-histoire-biblique/#i_11186

SEM

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 290 mots

Le premier, dans l'ordre biblique, des trois fils de Noé. Avec Cham et Japhet, il apparaît dans la Genèse ( v , 32) au terme d'une longue généalogie qui relie Adam à Noé ( v , 1-32). On retrouve les trois frères juste avant le déluge ( vi , 10) et lors de l'entrée dans l'arche ( vii , 13) ; resc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sem/#i_11186

Pour citer l’article

André PAUL, « NOÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/noe/