CHÂTELPERRONIEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Châtelperronien est une culture du début du Paléolithique supérieur, définie par Henri Breuil à partir de l'industrie de la grotte des Fées à Châtelperron (Allier). Elle est caractérisée par la présence d'une pointe allongée à dos abattu accompagnée d'outils sur lames mais aussi par la persistance de nombreux outils sur éclats moustériens. Elle comporte fréquemment des éléments de parures, comme des dents perforées.

Elle a d'abord été interprétée comme une des cultures, avec l'Aurignacien, marquant la présence des plus anciens « Hommes modernes » en Europe. Il y aurait eu, au Paléolithique supérieur, deux lignées culturelles qui auraient évolué parallèlement, constituant ce qui a été appelé le cycle aurignaco-périgordien.

François Bordes a le premier établi que le Châtelperronien résultait de l'évolution sur place du Moustérien de Tradition acheuléenne. Par la suite il a été montré que cette culture n'avait aucun lien avec le Périgordien qui lui succède et qu'elle n'avait pas eu de suite. Mais on la croyait toujours l'œuvre des Hommes modernes.

En 1979, la découverte, à Saint-Césaire (Charente-Maritime), d'un squelette de Néandertalien dans un niveau châtelperronien a montré qu'à la continuité culturelle entre le Moustérien et le Châtelperronien correspondait aussi une continuité des populations. Le Châtelperronien a débuté probablement vers 38 000 ans pour s'éteindre avant 30 000 ans. Il a donc été pendant plusieurs millénaires contemporain des derniers Moustériens et de l'Aurignacien. Cette dernière culture étant considérée comme l'œuvre de l'Homme moderne, cela signifie que celui-ci a été contemporain en Europe des derniers Néandertaliens. Le problème qui se pose alors est celui de la relation entre les deux populations et les deux cultures. Certains préhistoriens estiment que le Châtelperronien est le résultat d'une transformation du Moustérien au contact de la culture aurignac [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHÂTELPERRONIEN  » est également traité dans :

ARCY-SUR-CURE, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Dominique BAFFIER
  •  • 1 239 mots

Le site d'Arcy-sur-Cure (Yonne), site majeur pour l'étude du Paléolithique moyen et supérieur de la France du Nord, se situe, au sud du Bassin parisien, entre Auxerre et Avallon. Il est constitué par un ensemble de cavernes creusées par la Cure dans un massif calcaire corallien émergé à la fin du Secondaire. Onze « grottes préhistoriques », dont l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arcy-sur-cure-site-prehistorique/#i_85906

BRASSEMPOUY, archéologie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRY-GAMBIER
  •  • 333 mots

Le village de Brassempouy en Chalosse appartient à une région de l'avant-pays pyrénéen, limitée au nord par l'Adour et au sud par le Gave de Pau. Le gisement étudié est situé à 2 kilomètres. La grotte du Pape, découverte en 1880 et fouillée par Pierre-Eudoxe Dubalen puis par Édouard Piette de 1894 à 1897, est célèbre pour avoir livré 9 statuettes g […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/brassempouy-archeologie/#i_85906

NÉANDERTALIENS ou NÉANDERTHALIENS ou HOMME DE NÉANDERTAL

  • Écrit par 
  • Bernard VANDERMEERSCH
  •  • 4 799 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une extinction inexpliquée »  : […] Les Néandertaliens disparurent, du Proche-Orient comme de l'Europe, après 40 000 ans. C'est en Europe que ce phénomène a pu être le mieux analysé. À partir de 40 000 ans leur nombre diminua et les derniers Néandertaliens connus proviennent des gisements d'Arcy-sur-Cure, dans l'Yonne, de Saint-Césaire, en Charente-Maritime et de Zafarraya dans le s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neandertaliens-neanderthaliens/#i_85906

PREMIÈRES PARURES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 176 mots

De même qu'il creuse les premières tombes, l'homme de Néandertal est le premier à collecter, pour les rapporter à son campement, des objets naturels « inutiles » : pyrites de fer, cristaux, fossiles – dont la forme devait exciter sa curiosité. Ces préoccupations débouchent avec le Châtelperronien, dernier stade de son évolution vers — 35000, sur la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premieres-parures/#i_85906

ZAFARRAYA, site préhistorique

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques HUBLIN
  •  • 1 041 mots

Le site de Zafarraya est un des sites clés pour la compréhension du passage du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur en Europe. Il est situé à l'extrême sud de l'Espagne, dans le nord-est de la province de Malaga. C'est une cavité karstique ouverte à 1 100 mètres d'altitude. Une galerie latérale, orientée nord-sud, dont le remplissage a ét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zafarraya-site-prehistorique/#i_85906

Pour citer l’article

Bernard VANDERMEERSCH, « CHÂTELPERRONIEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/chatelperronien/