Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MUSÉOLOGIE

La muséologie, science qui s'applique à tout ce qui concerne les musées, leur histoire, leur mission et leur organisation, est née au xviiie siècle. Le plus ancien traité relatif à ce domaine date de 1727. Dû à un marchand de Hambourg, Caspar F. Neickel, il donnait aux amateurs des conseils sur le choix des locaux les plus aptes à recueillir les objets de collection – aussi bien ceux provenant de la nature que les produits des sciences et de l'art –, sur la meilleure manière de les classer et de les conserver. Rédigé en latin, ce traité porte le nom de Museographia. La forme française « muséographie » a été en usage au xxe siècle jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Après celle-ci, dans un esprit d'unification, la France a adopté la forme « muséologie », correspondant à celle qui était employée dans les pays anglo-saxons.

L' Imperial War Museum de Lambeth en 1936

L' Imperial War Museum de Lambeth en 1936

Préparée par des recherches méthodiques au xviiie siècle, la muséologie a connu un brusque essor après la Révolution française. Au xixe siècle, c'est surtout en Allemagne que l'on a étudié d'une façon rationnelle les problèmes posés par la situation des musées dans la société et par leur organisation. Au xxe siècle, le progrès des recherches muséologiques est dû au concours des différentes nations d'Occident, et notamment des pays anglo-saxons. L'utilité d'une organisation des musées sur le plan international est apparue après la Première Guerre mondiale, et en 1926, sur la proposition de l'historien d'art français Henri Focillon, fut créé l'Office international des musées, organe de la Société des nations, qui avait son siège à Paris. L'Office fut remplacé en 1947 par l'International Council of Museums (I.C.O.M.), créé sous l'égide de l'U.N.E.S.C.O. par M. Hamlin, directeur du musée des sciences de Buffalo (États-Unis). Cette institution, qui comporte des comités nationaux et qui organise des réunions internationales, a également son siège à Paris ; son organe d'expression est la revue Museum. Des cours de muséologie sont donnés, généralement dans des universités, mais sans véritable continuité, tandis que l'enseignement de cette discipline dans le cadre de l'École du Louvre a depuis 1941 un caractère permanent.

La muséologie comprend deux grandes sections qui, il faut le signaler, sont en opposition : la conservation et l'exploitation. Quant à l'historique des musées, il en est l'indispensable introduction.

Les musées

Trésors et collections

Le goût de la collection est sans doute fort ancien : à l'âge paléolithique déjà, l'homme rassemblait des séries de coquillages, de cailloux, d'os d'animaux qui pouvaient servir d'ornements vestimentaires et qui constituèrent les premiers « trésors ». Mais cette activité fut tout d'abord due à la préoccupation de la vie dans l'au-delà ; ainsi, les Égyptiens formaient d'immenses dépôts d'objets, souvent réalisés en matériaux de luxe, qui sont de véritables musées funéraires. Dans l'Antiquité classique, des objets précieux provenant de donations et d'ex-voto furent rassemblés auprès des temples, et, dès le ive siècle avant J.-C., ces trésors étaient ouverts aux visiteurs, d'abord les pèlerins et bientôt les touristes. À l'époque hellénistique, les princes de l'Orient grec réunissent non seulement des ouvrages dont ils constituent des bibliothèques considérables, mais des chefs-d'œuvre de la sculpture ou de la peinture grecques, dont certains remontaient à l'époque archaïque. On a retrouvé à Pergame des éléments de la collection de sculpture formée au iie siècle par les Attale. Dès ce moment, les marchands ou courtiers facilitèrent les échanges d'œuvres d'art.

Avec les Romains apparaît une nouvelle source de la[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : conservateur en chef au musée du Louvre, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle
  • : conservateur général, chargé de mission à la direction des musées de France
  • : directrice de recherche émérite au CNRS

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

L' Imperial War Museum de Lambeth en 1936

L' Imperial War Museum de Lambeth en 1936

Musée d'Orsay

Musée d'Orsay

Musée des Arts et Métiers

Musée des Arts et Métiers

Autres références

  • AGLAE (Accélérateur Grand Louvre d'analyse élémentaire)

    • Écrit par Jean-Pierre MOHEN
    • 328 mots

    A.G.L.A.E. (Accélérateur Grand Louvre d'analyse élémentaire), accélérateur électrostatique tandem de 2 millions de volts construit par National Electrostatics Corporation (États-Unis), a été installé en décembre 1987 au Laboratoire de recherche des Musées de France. L'accélération de certaines particules...

  • ANGIVILLER CHARLES CLAUDE DE LA BILLARDERIE comte d' (1730-1809)

    • Écrit par Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
    • 607 mots
    • 1 média

    La faveur de Louis XVI vaut à d'Angiviller de remplacer, en 1774, le marquis de Marigny comme surintendant des bâtiments du roi. Ses idées sont plus personnelles que celles de son prédécesseur, mais il reconnaît la valeur de l'œuvre accomplie par lui grâce aux sages conseils dont il a su s'entourer...

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Peinture

    • Écrit par Jacques CARRÉ, Barthélémy JOBERT
    • 8 176 mots
    • 12 médias
    ...favorable. Il a fallu, pour le faire fructifier au-delà des simples travaux de routine, l'impulsion représentée par l'ouverture de nouvelles galeries, l'arrivée d'une jeune génération de conservateurs et le renforcement des liens traditionnellement étroits dans les pays anglo-saxons entre l'Université,...
  • ANTHROPOLOGIE DE L'ART

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 3 610 mots
    • 1 média
    À ses débuts, l’intérêt anthropologique pour l’art se focalisa sur les sociétés non occidentales par le biais des artefacts rapportés des grands voyages d’exploration du monde puis entrés dans les collections européennes (cabinets de curiosités, trésors princiers) qui devaient par la suite enrichir...
  • Afficher les 52 références

Voir aussi