Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MST (maladies sexuellement transmissibles)

Les maladies vénériennes (du nom de Vénus, déesse de l'amour) sont appelées maintenant maladies sexuellement transmissibles (M.S.T.). Ce sont des maladies infectieuses qui n'ont d'autre point commun que leur mode de contamination par contact ou rapport sexuels, les autres affections de l'appareil génital relevant plutôt du domaine de l'urologie, de la gynécologie, voire de la psychiatrie. C'est pourquoi, depuis 1999, l'Organisation mondiale de la santé recommande l'usage de l'appellation infections sexuellement transmissibles (I.S.T.) pour souligner la nature infectieuse de ces pathologies.

Les sociétés les plus évoluées n'arrivent pas encore à défaire les liens très étroits qu'elles ont noués entre sexualité et éthique, d'où cette notion de « maladies honteuses » qui entache les maladies vénériennes et entretient autour d'elles un sentiment de culpabilité. Cet état d'esprit, cristallisé par les tabous sociaux et religieux, explique l'ignorance du public non seulement à l'égard de l'anatomie ou de la physiologie de l'appareil génital, mais surtout à l'égard des maladies sexuellement transmissibles. La négligence individuelle qui en résulte tempère de ce fait les progrès de la thérapeutique. Il n'est donc pas surprenant d'assister à une recrudescence des maladies sexuellement transmissibles. À l'ignorance et à l'inconscience, la médecine doit opposer l'information objective et persuader le public qu'un traitement précoce entraîne dans l'immense majorité des cas une guérison immédiate.

Une imposante cohorte

Les maladies sexuellement transmissibles (les M.S.T.) sont fort diverses. On en compte actuellement plus de vingt. Ces maladies, notamment les blennorragies, sont une des causes les plus fréquentes de morbidité dans le monde (O.M.S.).

Le terme «  blennorragie » (autrefois orthographié blennorrhagie) a été forgé à partir des racines grecques évoquant l'éruption et l'écoulement d'une humeur visqueuse. Il apparaît pour la première fois en 1784 dans les écrits du médecin autrichien François Xavier Swediaur. À côté de la blennorragie gonococcique due à un microbe spécifique, le gonocoque (Neisseria gonnorrheae, décrit très nettement en 1879 par le médecin allemand Alfred Neisser dans le pus provenant d'un écoulement de l'urètre et dans le pus oculaire), il existe des blennorragies non gonococciques. Ces dernières peuvent avoir pour cause des parasites, des champignons, des germes divers autres que le gonocoque et même des virus.

Comme la syphilis, qui mérite un article autonome dans cet ouvrage (cf. syphilis), d'autres M.S.T. sont caractérisées par la formation d'une ulcération : ce sont la maladie de Nicolas et Favre et la chancrelle qui, contrairement à la syphilis, sont rarement rencontrées en Europe.

D'autres M.S.T. dues à certains virus : hépatites, condylomes génitaux, syndrome d'immunodéficience acquise (cf. sida), etc., ne cessent de progresser de façon inquiétante dans le monde et d'y faire des hécatombes.

Ces maladies sont transmises au cours ou à l'occasion des rapports sexuels, comme la gale et l'infestation du pubis et de la région anale par Pediculosis pubis ( morpion). Toutes concernent autant l'homme que la femme, et l'enfant éventuellement (in utero ou bien à la naissance). Négligées, ces maladies sont préoccupantes par leurs conséquences tardives : atteinte du testicule, salpingite, stérilité, cancer.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur ès sciences naturelles, ancien chef de l'unité de biologie des tréponématoses, Institut Alfred-Fournier, centre collaborateur de l'Organisation mondiale de la santé
  • : chef de consultation à l'hôpital Saint-Louis, ancien directeur de l'Institut Alfred-Fournier

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • CANDIDOSES ou MONILIASES

    • Écrit par Jacques BEJOT
    • 603 mots
    • 1 média

    Infections humaines dues à des champignons microscopiques levuriformes du genre Candida, et principalement à l'espèce Candida albicans. Les Candida sont fréquemment retrouvés à l'état commensal chez l'homme (voies digestives, rhinopharynx, muqueuses génitales), mais ils n'y sont qu'en...

  • CHANCRELLE

    • Écrit par André SIBOULET
    • 168 mots

    La chancrelle, ou chancre mou, est provoquée par le bacille de Ducrey (1889). Assez fréquente en Asie et en Afrique, cette maladie persiste à l'état endémique dans certains pays, ce qui fait toujours craindre sa recrudescence. Après une période d'incubation de deux à cinq jours, parfois de dix...

  • CHANCRES

    • Écrit par Pierre de GRACIANSKY
    • 436 mots
    • 1 média

    Désignation traditionnelle de certaines ulcérations cutanées ou muqueuses qui accompagnent l'inoculation de certains microbes : tréponème de la syphilis, bacille de Ducrey, bacille de Koch. Le chancre syphilitique survient trois semaines après la contagion. Sur les muqueuses,...

  • GÉNITAL APPAREIL

    • Écrit par Universalis, Claude GILLOT, Bernard JAMAIN, Maurice PANIGEL
    • 14 769 mots
    • 12 médias
    ...califourchon, et se manifestent par un écoulement sanglant par le méat, l'urétorragie, et un hématome périnéal. Le danger est le rétrécissement de l'urètre. Les contaminations vénériennes se localisent essentiellement à la verge. Il peut s'agir d'une urétrite aiguë à gonocoques, avec ses vives douleurs à la miction...
  • Afficher les 13 références

Voir aussi