UROLOGIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les progrès de l'urologie, comme ceux des autres branches de la médecine, sont parallèles à ceux des sciences fondamentales et à leur application à l'étude des maladies des voies urinaires. L'accélération de ces progrès à partir des années 1950 a transformé la pratique de l'urologie.

Longtemps confinée à l'étude des maladies des voies urinaires basses, urètre et vessie, et des organes génitaux de l'homme, l'urologie est devenue une spécialité très vaste qui fait appel à toutes les ressources diagnostiques et thérapeutiques.

Les progrès se sont manifestés dans deux domaines : celui des moyens d'exploration et celui des procédés de traitement.

Progrès des moyens d'exploration et de diagnostic

La caractéristique de l'urologie a été l'exploration par endoscopie du conduit urétral et de la cavité vésicale. Si Bozzini en fut l'initiateur en 1807, ce n'est qu'après la découverte par Edison des lampes électriques à incandescence que la cystoscopie et l'urétroscopie ont pu se développer. Ce sont les progrès de l'endoscopie urinaire qui ont permis l'étude directe des autres cavités naturelles.

L'endoscopie urinaire a bénéficié des progrès de l'optique, notamment des nouvelles combinaisons de lentilles qui augmentent à la fois la surface du champ observé et sa profondeur, et suppriment les aberrations. À la lampe électrique à incandescence, qui avait été perfectionnée depuis le xixe siècle, s'est substitué l'éclairage dit à lumière froide. D'une source extérieure d'éclairage par une lampe à vapeur d'iode, la lumière est transmise par un câble souple de fibres de verre, réunies en faisceau jusqu'au cystoscope rigide. L'éclairement réglable de la cavité examinée a permis la photographie, la cinématographie et l’examen vidéo en couleurs des lésions. Il est devenu possible d'examiner la muqueuse vésicale à la lumière de Wood et, après injection ou absorption de produits qui se fixent sur les tissus néoplasiques, d'étudier la luminescence de certaines lésions. Mieux encore, le système optique rigide d'observation endoscopique a pu être monté sur des câbles souples en fibres de verre ; on dispose alors d'ins [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  UROLOGIE  » est également traité dans :

BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 900 mots

Dans le chapitre « Clinique »  : […] La bilharziose urinaire se traduit par l'émission répétée d'urines sanglantes, les hématuries. Dans certaines régions, ces hématuries sont si fréquentes que leur absence est considérée comme une disgrâce : chez le jeune garçon, elles sont tenues pour un signe de virilité, chez la fillette pour une assurance de fécondité. L' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bilharzioses-schistosomiases/#i_44513

CYSTITE

  • Écrit par 
  • Marie-Christine STÉRIN
  •  • 179 mots

État d'irritation de la muqueuse vésicale, la cystite peut être aiguë ou chronique et se traduit cliniquement par une pollakiurie, par des brûlures mictionnelles et, à l'analyse biologique des urines, par une pyurie (présence de pus). Ce tableau rend nécessaire un examen cytobactériologique des urines (recherche d'un germe pathogène) et une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cystite/#i_44513

KALIÉMIE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 762 mots

Concentration du cation potassium (K+) dans le plasma, exprimée en milliéquivalent par litre (mEq/l). La mesure par photométrie de flamme est soumise à des causes d'erreurs nombreuses, la plus fréquente étant la lyse des hématies, riches en potassium, qui donne de fausses hyperkaliémies. Une prise d'aliments glucidiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kaliemie/#i_44513

LITHIASE

  • Écrit par 
  • Georges TORRIS
  •  • 509 mots

Maladie calculeuse. En grec hippocratique, et en français à partir de 1611 (Cotgrave), lithiase évoquait la « pierre » (comme le font aussi les mots calcul pour caillou, et gravelle pour gravier) et uniquement les pierres qui se développent dans la vessie par précipitation de sels de chaux. Quand on découvrit progressivement les autres calculs, d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lithiase/#i_44513

MÉGA-URETÈRE

  • Écrit par 
  • François BOURNÉRIAS
  •  • 59 mots

Dilatation totale ou partielle, primitive en apparence et souvent bilatérale, de l'uretère. La forme typique est une anomalie congénitale que l'on découvre chez l'enfant à la suite de manifestations douloureuses ou infectieuses au niveau des voies urinaires. Elles amènent en effet à pratiquer l'urographie intraveineuse […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mega-uretere/#i_44513

M.S.T. (maladies sexuellement transmissibles)

  • Écrit par 
  • Michel POITEVIN, 
  • André SIBOULET
  •  • 3 629 mots

Dans le chapitre « Gonococcie masculine »  : […] Chez l'homme, la gonococcie est essentiellement localisée au niveau de l'urètre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maladies-sexuellement-transmissibles/#i_44513

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 881 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Rein et voies urinaires »  : […] L'imagerie scintigraphique du rein et des voies urinaires apporte des informations fonctionnelles qui s'intègrent dans la stratégie générale du diagnostic des affections de ces organes. Citons en particulier la mesure de la fonction séparée relative de chaque rein, la détection et la surveillance de reflux vésico-urétéral, la surveillance d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_44513

REIN

  • Écrit par 
  • Paul JUNGERS
  •  • 15 500 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Structure »  : […] Le rein des mammifères est composé de deux zones distinctes (fig. 1) : l'une superficielle, ou corticale ; l'autre profonde, ou médullaire, qui fait saillie dans les voies excrétrices par plusieurs papilles. L'épaisseur relative de la corticale et de la médullaire varie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rein/#i_44513

URÉTHROSCOPE

  • Écrit par 
  • Alain SÉGAL
  •  • 333 mots

Le 23 novembre 1853 voit la présentation à l'Académie de médecine par Antonin-Jean Desormeaux (1815- 1894) du contenu de son pli cacheté déposé à la fin de l'année 1852, la « Description de l'Uréthroscope ou spéculum uréthral, instrument qui permet d'appliquer la vue au diagnostic et au traitement des affections de l'uréthre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/urethroscope/#i_44513

URINAIRE APPAREIL

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 5 143 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Structure et fonction du tractus urinaire humain »  : […] Les deux extrémités du tractus urinaire peuvent être schématiquement opposées en raison de leur rôle bien différent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appareil-urinaire/#i_44513

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre ABOULKER, « UROLOGIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/urologie/