MORO ANTHONIUS MOR dit ANTONIO (entre 1517 et 1519-1576/77)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Malgré une carrière internationale, Anthonius Mor est le grand portraitiste des Pays-Bas au xvie siècle. Après avoir été à Utrecht, sa ville natale, l'élève de Jan van Scorel, romaniste nordique, il est inscrit comme franc-maître à la Gilde de Saint-Luc de la ville d'Anvers, alors centre artistique des Pays-Bas. En 1549, l'artiste travaille pour Antoine Perrenot de Granvelle, évêque d'Arras et bientôt diplomate au service de l'empereur Charles Quint, qui sera son protecteur et qui va l'introduire à la Cour : de Granvelle au duc d'Albe, de Philippe II à Guillaume d'Orange et de Marguerite d'Autriche à Marguerite de Parme, Mor va laisser l'effigie de tous les membres de la famille impériale et des principaux acteurs des terribles luttes politiques et religieuses qui vont opposer les Pays-Bas à l'Espagne. Il est très probable que Mor a suivi le cardinal Granvelle à Augsbourg en 1548, lors de la convocation solennelle par Charles Quint de tous les Grands du Saint Empire romain germanique, et qu'il y a rencontré Titien, lui aussi convoqué par l'empereur, et dont l'influence sur l'artiste va être décisive à partir de 1649. De Rome où il séjourne en 1550 et en 1551, il passe à la cour du Portugal où il peint les portraits du roi et de la reine, puis en Espagne, à la cour de Philippe II dont il devient le portraitiste attitré ; il prend alors le nom d'Antonio Moro sous lequel on le connaît surtout. En 1554, il assiste à Londres au mariage de son maître avec Marie Tudor dont il exécute le portrait, son chef-d'œuvre (Prado, Madrid). Vers 1555, il retourne à Utrecht et en 1568 il se fixe à Anvers où il mourra.

Si sa première œuvre connue, signée et datée de 1554, le portrait de deux chanoines d'Utrecht (musée de Berlin), marque clairement la dette de Moro envers Jan van Scorel, dès 1549, avec les portraits du cardinal Granvelle (Kunsthistorisches Museum, Vienne) et du duc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MORO ANTHONIUS MOR dit ANTONIO (entre 1517 et 1519-1576/77)  » est également traité dans :

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 282 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Retard de la peinture »  : […] Le parallélisme observé dans le développement de l'architecture et de la sculpture ne se poursuit pas dans le domaine de la peinture. Un très bel ensemble de fresques, réalisé dans la salle capitulaire de Tolède par Juan de Borgoña dans le style du Quattrocento finissant, aurait pu constituer au début du siècle l'heureux départ de la Renaissance. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_12069

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 164 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] La plus grande innovation iconographique est certainement l'apparition des genres qui sont indépendants du contexte de l'art religieux du xv e  siècle. On a déjà remarqué que le paysage indépendant s'est développé à partir des arrière-plans des retables. Une même tendance a stimulé l'art du portrait qui avait commencé, avec hésitation, à mener ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_12069

Pour citer l’article

Françoise HEILBRUN, « MORO ANTHONIUS MOR dit ANTONIO (entre 1517 et 1519-1576/77) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/moro-anthonius-mor-dit-antonio/