MOLDAVIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
Nom officielRépublique de Moldavie (MD)
Chef de l'ÉtatMaia Sandu (depuis le 24 décembre 2020)
Chef du gouvernementNatalia Gavrilita (depuis le 6 août 2021)
CapitaleChisinau
Langue officiellemoldave (roumain)
Unité monétaireleu moldave (MDL) 1
Note : Le rouble de Transnistrie est l'unité monétaire officielle dans la région séparatiste de Transnistrie
Population2 954 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)33 843

La Moldavie est depuis longtemps située dans une zone tampon, aujourd'hui aux limites de l'aire d'influence russe, à l'est, et de l'Union européenne, à l'ouest. C'est l'État le plus pauvre d'Europe. Privée de nombreuses ressources, elle dépend presque totalement de la Russie pour soutenir une économie qui demeure insuffisamment diversifiée. Son développement est entravé depuis 1991, année de l'indépendance, par une crise politique due à la sécession de sa partie orientale (la Transnistrie), qui s'est autoproclamée entité souveraine.

Moldavie : carte physique

Carte : Moldavie : carte physique

Carte physique de la Moldavie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Moldavie : drapeau

Dessin : Moldavie : drapeau

Moldavie (nov. 1990). Cette République, indépendante depuis août 1991, arbore un drapeau tricolore à bandes verticales bleu-gris, jaune et rouge, avec en son centre les armes de Moldavie : un écu à deux bandes horizontales rouge et bleu-gris, orné d'une tête de taureau d'or stylisée et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Géographie

De nombreux facteurs de division dans un pays fragile

D'une surface de 33 843 kilomètres carrés, la Moldavie, dont le territoire correspond à l'ancienne Bessarabie, est l'un des plus petits pays européens, enclavé entre la Roumanie et l'Ukraine, et sans ouverture directe sur la mer. Sa frontière occidentale suit le cours du fleuve Prut, à l'ouest. Le Dniestr (Nistru en roumain), qui constitue de facto sa frontière orientale, se prolonge en Ukraine avant de se jeter dans la mer Noire.

La complexité de la composition ethnique de la population moldave contribue à l'instabilité de la République depuis la disparition de l'U.R.S.S. Selon le recensement de la population de 2004, dont les chiffres sont contestés, la répartition serait la suivante (pour la Moldavie sans la Transnistrie) : les Moldaves roumanophones seraient 75,8 p. 100, les Ukrainiens 8,3 p. 100, les Russes 5,9 p. 100, les Gazaouzes 4,4 p. 100, les Roumains 2,2 p. 100, les Bulgares 1,9 p. 100. En Transnistrie, on compterait 31,9 p. 100 de Moldaves, 30,3 p. 100 de Russes, 28,8 p. 100 d'Ukrainiens, 2 p. 100 de Gagaouzes et 2 p. 100 de Bulgares. Face au risque de division, le pouvoir central tente de renforcer son contrôle sur tous les échelons administratifs (lois de 2001), mais cette politique a suscité de nombreuses oppositions. Le pays est politiquement très divisé, comme le montrent la sécession de la Transnistrie et les revendications du mouvement séparatiste gagaouze. Les Gagaouzes, turcophones christianisés, demandent la création d'une entité autonome avec des pouvoirs plus étendus que ceux qui sont offerts par les lois de décentralisation en vigueur. Aussi les autorités sont-elles contraintes de reconnaître officiellement des autonomies qui existent déjà de facto.

Un espace économique fortement marqué par la période soviétique

Pays de gros villages accrochés aux flancs de collines peu élevées (point culminant : 430 m), la Moldavie bénéficie d'un climat continental modéré, souvent humide malgré quelques sécheresses sévères, avec des étés chauds et des hivers froids mais généralement plus cléments qu'en Russie. De telles conditions, ajoutées à la présence de sols favorables, ont permis le développement de l'élevage, ainsi qu'une riche palette de productions méridionales (céréales, betterave, vigne, horticulture, tabac). Cette vocation agricole fut renforcée par la planification soviétique, en particulier pendant la période brejnévienne. Moscou souhaitait faire de la Moldavie une base de production agroalimentaire pour l'ensemble de l'Union soviétique et, pour cela, a développé sur son territoire certaines expériences de gigantisme agricole. Mais l'extension inconsidérée des surfaces cultivées (vergers et vignes), l'intensification des pratiques agricoles, le développement de la monoculture et l'usage excessif d'intrants (pesticides, engrais) ont eu des effets écologiques désastreux (sols et eaux dégradés). De plus, l'agriculture doit faire face à des pénuries d'eau que les aménagements sur le Prut et le Dniestr ne parviennent pas à compenser.

L'industrie fut relativement négligée par la planification soviétique et les investissements industriels ont été réalisés pour la plupart dans l'est du pays, c'est-à-dire en Transnistrie. Outre l'industrie agroalimentaire très largement dominante, certaines branches ont été plus particulièrement développées pendant la période soviétique : production énergétique, construction de machines agricoles, d'appareils électroniques et électroménagers, production d'acier, fonderie, textile, chaussure, etc. En raison de cet héritage, la Transnistrie (4 163 km2) concentre depuis la partition de 1991 plus de 40 p. 100 de la production industrielle et 80 p. 100 de la production énergétique du pays (centrale électrique).

Des mutations postsoviétiques douloureuses

Comme la plupart des autres anciennes républiques soviétiques, la Moldavie a subi de notables transformations depuis le début des années 1990. Les autorités ont mis en œuvre un programme de réforme en 1993. La clé de voûte de ce programme, soutenu par le F.M.I., fut l'introduction d'une nouvelle monnaie, le leu moldave. Malgré ces efforts, la Moldavie peine à trouver sa voie vers le développement, car son économie est encore trop peu diversifiée et ses finances sont constamment déficitaires. Néanmoins, le poids de la dette a sensiblement diminué puisque celle-ci n'atteignait plus que 32,4 p. 100 du P.I.B. en 2005 (contre 73 p. 100 en 2000). De nouvelles réformes ont été mises en œuvre au début des années 2000 : nouvelle loi sur les privatisations, facilitation des investissements étrangers, lutte contre la corruption, réforme budgétaire, réforme du système de protection sociale... Mais les ratés ont été nombreux.

La réforme agraire décidée en 1991, par exemple, fut mal conçue et mal appliquée dans un premier temps. En 1993, les autorités décidèrent de donner aux citadins et aux paysans des lopins individuels et des terrains proches des villes. Les progrès de la privatisation de la terre agricole furent lents jusqu'en 1998, année où fut lancée une nouvelle réforme. Aujourd'hui, le processus de privatisation est pratiquement achevé ; la propriété d'État est marginale. L'agriculture ne semble cependant pas profiter de ces efforts : la productivité baisse, beaucoup d'exploitations conservent des pratiques soviétiques. Parallèlement, la part du secteur agricole dans le P.I.B. ne cesse de diminuer (51 p. 100 en 1992 et 21 p. 100 en 2004). Toutefois, l'agriculture représentait encore 38 p. 100 des exportations du pays en 2006. Inversement, on constate une croissance rapide du secteur des services (17,5 p. 100 du P.I.B. en 1992 et 62,1 p. 100 en 2006), ce qui témoigne de la modernisation de l'économie. Plus largement, dans l'ensemble de l'économie, les réformes structurelles et la privatisation des entreprises d'État, d'abord lentes, sont en voie d'accélération. La part des entreprises privées dans le P.I.B. est passée de presque 60 p. 100 en 2000 à 65 p. 100 en 2006.

L'économie moldave reste très fra [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Moldavie : carte physique

Moldavie : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Moldavie : drapeau

Moldavie : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Mircea Snegur

Mircea Snegur
Crédits : Jean-Loup Gautreau /AFP

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : rédacteur sur la région des Balkans, Institut royal des affaires internationales, Londres
  • : professeur d'histoire, université de l'Illinois, Urbana-Champaign
  • : rédacteur en chef de Lettre(s), titulaire d'un D.E.A. de roumain, Institut national des langues et civilisations orientales, doctorant à l'université de Paris-III
  • : maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  MOLDAVIE  » est également traité dans :

MOLDAVIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

C.E.I. (Communauté des États indépendants)

  • Écrit par 
  • Marie LAVIGNE
  •  • 3 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des partenaires aux intérêts divergents engagés dans des coopérations à géométrie variable »  : […] Les pays membres de la C.E.I. présentent une grande diversité de poids économique, démographique et territorial (tableau 1) . Ils n'ont pas tous les mêmes intérêts. On distingue généralement trois groupes de pays : – Les « intégrationnistes ». C'est la Biélorussie qui va le plus loin, en acceptant, voire demandant, une union avec la Russie, effectivement consacrée en plusieurs étapes entre avril 1 […] Lire la suite

CHISINAU

  • Écrit par 
  • Yann RICHARD
  •  • 377 mots
  •  • 1 média

La localité de Chisinau est apparue en 1466 dans la principauté de Moldavie. Elle passa au xvi e  siècle sous le contrôle de l'Empire ottoman, puis en 1812, de l'Empire russe, avec le rôle de centre administratif de la province de Bessarabie. Elle devint en 1917 la capitale éphémère de la Moldavie indépendante qui fut bientôt incorporée dans la Roumanie, ramenant la ville au rang de centre admin […] Lire la suite

GAGAOUZES

  • Écrit par 
  • Emmanuel ZAKHOS-PAPAZAKHARIOU
  •  • 562 mots

Chrétiens turcophones, les Gagaouzes vivaient en Bulgarie dans la région de Varna jusqu'à la fin du xviii e siècle. Ils partirent ensuite en masse vers le nord pour s'installer au-delà des bouches du Danube. Ils se fixèrent dans les régions de Bender et d'Ismaïl et continuèrent à affluer vers ces lieux par vagues successives pendant toute la première moitié du xix e siècle. En 1961-1962, une par […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

11 juillet 2021 Moldavie. Élections législatives.

Des élections législatives anticipées sont organisées à la suite de l’échec de deux candidats successifs au poste de Premier ministre à obtenir la confiance du Parlement, après la démission du gouvernement de Ion Chicu (Parti socialiste) en décembre 2020. Le parti Action et Solidarité (centre droit, pro-européen) de la présidente Maia Sandu, élue […] Lire la suite

1er-15 novembre 2020 Moldavie. Élection de Maia Sandu à la présidence.

Moldavie, soutenu par Moscou, qui obtient 32,6 p. 100 des voix. Renato Usatîi, candidat d’une autre formation prorusse, Notre Parti, recueille 16,9 p. 100 des suffrages. Le taux de participation est de 45,7 p. 100. Le 15, Maia Sandu, qui était déjà opposée à Igor Dodon lors du scrutin de novembre 2016, est élue à la présidence avec 57,7 p. 100 des  […] Lire la suite

12-13 novembre 2019 Moldavie. Chute du gouvernement de Maia Sandu.

Le 12, le Parlement adopte une motion de censure contre le gouvernement de Maia Sandu, formé à la suite des élections de février. La motion a été déposée par le Parti socialiste, membre de la coalition au pouvoir au côté du Bloc électoral ACUM de Maia Sandu. Le désaccord entre les deux formations porte sur la réforme du mode d’élection du procureur […] Lire la suite

8-20 juin 2019 Moldavie. Crise politique.

Moldavie comme le représentant du peuple de Moldavie ». La Russie fait de même. Le 11, Igor Dodon, de nouveau en fonction, annule la dissolution du Parlement. Le 14, Pavel Filip annonce la démission de son gouvernement. Les États-Unis saluent « le changement démocratique en Moldavie ». Le 15, Vladimir Plahotniuc fuit le pays. Déclarant avoir été «  […] Lire la suite

31 mai - 2 juin 2019 Vatican – Roumanie. Visite du pape François à Bucarest.

Moldavie roumaine et de Transylvanie, béatifiant sept évêques de l’Église gréco-catholique morts en détention sous le régime communiste. Enfin, François rencontre des représentants de la communauté rom à laquelle il demande pardon pour la responsabilité de l’Église dans les discriminations dont celle-ci a été et est encore victime. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Barbara BUCKMASTER, Keith Arnold HITCHINS, Philippe LOUBIÈRE, Yann RICHARD, « MOLDAVIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/moldavie/