Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MÉIOSE

La reproduction d'un être vivant peut s'effectuer selon deux voies. L'une, dite végétative, constitue la voie de reproduction conforme de l'organisme ou d'une partie de celui-ci, qui peut être représentée par une seule cellule. L'autre voie, dite sexuée, permet la réunion (par fusion de cellules spécialisées dites sexuelles ou gamètes) de deux patrimoines génétiques issus de deux clones cellulaires ou d'individus distincts, les parents. La reproduction sexuée permet donc un brassage constant des potentialités héréditaires à l'intérieur d'une même espèce.

Chaque réunion entre deux gamètes de sexe opposé, ou fécondation, produit une cellule nommée zygote, ou, plus couramment, œuf. Elle est diploïde, c'est-à-dire qu'elle contient chacun des chromosomes caractéristiques de l'espèce en deux exemplaires (2 n) puisqu'ils proviennent des deux parents.

Il est donc indispensable que, préalablement à la formation des gamètes de l'individu diploïde, se produise toujours un mécanisme régulateur qui confère aux cellules sexuelles leur contenu chromosomique haploïde.

Ploïdie et méiose

Ploïdie et méiose

Le mécanisme de ce processus, que l'on appelle la méiose, est un enchaînement de deux divisions cellulaires consécutives ne mettant en œuvre qu'une seule duplication du matériel chromosomique. La cellule diploïde (2 n) qui subit la méiose donne naissance à quatre cellules haploïdes (n). Non seulement ce mécanisme connu chez tous les Eucaryotes préserve le nombre de chromosomes de l'espèce, mais il permet l'apparition de nouveaux types génétiques.

Déroulement de la méiose

L'histoire des chromosomes au cours de la méiose est remarquablement constante chez tous les Eucaryotes (alors que rien de tel n'intervient dans le cas des Procaryotes). La méiose est composée de deux divisions successives, mais les chromosomes – donc l' ADN, c'est-à-dire l'acide désoxyribonucléique dont ils sont formés – ne subissent qu'une seule duplication, effectuée au moins en grande partie lorsque commence la prophase de première division.

Pendant la prophase de la première division, les chromosomes s'associent par paires, chaque chromosome étant lui-même formé de deux chromatides. À ce stade se produisent les échanges entre le chromosome venant de la mère et celui qui provient du père. Les chromosomes de chaque paire migrent ensuite en sens opposé, et les deux noyaux formés à la fin de la première division contiennent ainsi un jeu haploïde (n) de chromosomes dont chacun reste clivé en deux chromatides. Comme il n'y a pas de nouvelle duplication chromosomique par la suite, lors de la deuxième division les deux chromatides de chaque chromosome se séparent, et on aboutit ainsi à la formation de quatre noyaux possédant chacun un jeu haploïde de chromosomes. Ce comportement chromosomique est semblable dans les deux sexes mais, dans la lignée femelle des animaux et celle des végétaux supérieurs, un seul des quatre noyaux haploïdes subsiste. Après la première division, un des deux noyaux est expulsé dans une petite cellule globule polaire (appelée chez les animaux), et ne se divisera plus. Il en sera de même pour un des noyaux de deuxième division. Des quatre cellules produites par la méiose une seule subsistera pour devenir le gamète femelle.

Prophase de première division

Les cinq stades

Cette prophase, longue et totalement différente d'une prophase mitotique, a été divisée en cinq stades. Le leptotène (du grec leptos, « mince ») correspond à l'individualisation des chromosomes sous forme de longs filaments (fig. 1a) jalonnés d'épaississements très colorables appelés chromomères. Chaque chromosome est déjà dupliqué et donc formé de deux chromatides. Les extrémités chromosomiques ou télomères sont attachées à l'enveloppe nucléaire, le plus souvent (surtout chez les[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Ploïdie et méiose

Ploïdie et méiose

Méiose

Méiose

Ségrégation d'un couple d'allèles

Ségrégation d'un couple d'allèles

Autres références

  • ANIMAUX MODES DE REPRODUCTION DES

    • Écrit par Catherine ZILLER
    • 4 447 mots
    • 4 médias
    ...individu. Cette fusion est précédée (fig. 1), dans les cellules qui formeront les gamètes, d'une modification de la garniture chromosomique : la méiose transforme le nombre diploïde (2 n) des chromosomes en nombre haploïde (n), de telle sorte que l'assemblage de deux gamètes de sexe opposé...
  • CARYOTYPE HUMAIN

    • Écrit par Gabriel GACHELIN, Jean-François MATTEI, Marie-Geneviève MATTEI, Anne MONCLA
    • 4 792 mots
    • 10 médias
    ...réductionnel du nombre chromosomique. Il consiste dans la disjonction des paires de chromosomes homologues. En subissant cette disjonction, chaque cellule mère des gamètes engendre, au cours d'un processus appelé méiose, deux cellules filles à caryotype haploïde, ne comportant que 23 chromosomes.
  • CELLULE - L'organisation

    • Écrit par Pierre FAVARD
    • 11 028 mots
    • 15 médias
    ...diploïdes (qui possèdent deux jeux de chromosomes semblables deux à deux), les échanges se font entre les ADN de deux chromosomes d'une même paire. Lors de la méïose, phénomène qui à partir d'une cellule diploïde conduit à la formation de quatre cellules reproductrices haploïdes (un seul jeu de chromosomes un...
  • CELLULE - La division

    • Écrit par Marguerite PICARD
    • 4 983 mots
    • 3 médias
    ...qui permet de passer d'une cellule diploïde (contenant deux exemplaires de chaque chromosome) à quatre cellules haploïdes (un seul exemplaire de chaque chromosome). Il s'agit de la méiose où un tour de réplication est suivi de deux divisions. L'état diploïde est restauré par la fécondation.
  • Afficher les 20 références

Voir aussi