MODALITÉS, logique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La logique modale traditionnelle

La logique modale est née de l'intérêt qu'ont manifesté les philosophes, dès l'Antiquité, pour les notions de nécessité et de possibilité, et pour une élucidation de leurs fonctions dans le discours. Le fondateur de la logique modale proprement dite est Aristote, qui l'aborde dans le De interpretatione (paragr. 12 et 13) et dans les Premiers Analytiques (I, 3 et 13 ; I, 8-22). Dans le De interpretatione, Aristote se demande quelles sont les négations d'énoncés modaux et soulève, à ce propos, la question de savoir si la modalité porte sur le prédicat ou sur la phrase entière. Sa réponse sur ce second point n'est pas nette. Les médiévaux distingueront clairement le cas où les modalités modifient une proposition complète (« nécessairement l'homme est animal ») – en ce sens, la modalité est dite de dicto (ou in sensu composito) – du cas où la modalité porte sur le prédicat (« l'homme est nécessairement animal ») – en ce sens la modalité est de re (ou in sensu diviso) et qualifie le type d'inhérence du prédicat au sujet. Mais Aristote ne formule pas explicitement cette distinction et adopte tantôt la première, tantôt la seconde interprétation, qui lui ont été respectivement attribuées par les commentateurs. Une autre possibilité, suggérée par Granger (1976), serait qu'Aristote traite les modalités non pas comme des opérateurs, mais comme des prédicats métalinguistiques portant sur ce qui peut être dit d'un sujet, et non pas sur ses propriétés inhérentes. Aristote distingue néanmoins toujours la nécessité comme apodicticité, qui qualifie le lien entre les prémisses et la conclusion d'un raisonnement syllogistique, et qui est une relation entre des propositions, de la nécessité ontologique, qualifiant des relations d'inhérence entre les entités dénotées par des termes, c'est-à-dire des substances et leurs attributs.

Aristote établit les combinaisons des propositions modales et, en particulier, les équivalences et implications auxquelles elles donnent lieu, que les médiévaux figureront dans un « carré des modalités ».

Carré des modalités

Tableau : Carré des modalités

Carré des modalités. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Aristote distingue deux sens du possible, le possible au sens large, ou l'absence de nécessité (au sens où on dit qu'un homme peut marcher ou ne pas marcher), du possible au sens étroit, qui désigne ce qui arrive « le plus souvent » (au sens où on dit que le feu peut chauffer), sans que les termes (endekomenon et dunaton) qu'il emploie désignent toujours l'un ou l'autre. Les médiévaux appelleront contingent (contingens) tantôt l'un (au sens (5) de la conjonction de (3) et (4)), tantôt l'autre. (1) implique (3), et (2) implique (4), mais pas conversement (subalternation), et (1) implique que p est vrai (ab oportere esse ad esse valet consequentia) ; (2) implique que p est faux, et la fausseté de p implique (3) (ab esse ad posse valet consequentia). (1) et (4), et (2) et (3) respectivement sont contradictoires (si l'un est vrai, l'autre est faux).

Aristote reconnaît l'existence de nombreuses autres lois modales (comme la non-équivalence de « Il est nécessaire que p ou q » et de « Il est nécessaire que p ou il est nécessaire que q »), mais sa contribution principale est la théorie des syllogismes modaux, répertoire de toutes les formes valides de raisonnement syllogistique combinant des prémisses modales ou non modales (assertoriques) ayant une certaine quantité et qualité pour obtenir des conclusions modales ou assertoriques, comme la forme en BARBARA : « Nécessairement, tout A est B ; tout B est C ; donc nécessairement tout A est C. » Le nombre de ces combinaisons est vaste (812), et la théorie de la conversion parallèle à celle des syllogismes ordinaires est complexe et révèle beaucoup d'ambiguïtés (voir Kneale& Kneale, 1962 ; Granger, 1976 ; Seel, 1982). Certaines sont dues au fait qu'Aristote ne dispose pas, comme plus tard les stoïciens, d'une théorie du calcul des propositions modales non analysées.

La logique modale sera ultérieurement développée par ceux-ci et par les mégariques, qui cherchent en particulier à définir l'implication en termes modaux. Celle-ci se distingue, pour Diodore Cronos, du conditionnel (implication matérielle) tel que [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences de philosophie, université de Grenoble-II et C.N.R.S

Classification

Autres références

«  MODALITÉS, logique  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche sémiotique »  : […] Avec A. J. Greimas, dans la Sémantique structurale (1965), Du sens I (1970), Maupassant (1976), et Du sens II (1983), une nouvelle tentative de mise en ordre des structures élémentaires de la croyance se fait jour, qui, à l'opposé de la phénoménologie, ne repose sur aucune intuition du vécu, mais sur la structure de l' énonciation , telle qu'elle est investie dans le discours oral ou écrit et […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique, servante et non maîtresse des sciences »  : […] On peut faire ici plusieurs remarques. D'abord, le recours à la synonymie accentue la dépendance de la logique à l'égard du langage. On a vu plus haut que, selon Quine, la logique dépend de la grammaire mais non du lexique. La grammaire logique se construit récursivement à partir d'un nombre fini de constantes logiques (connecteurs, quantificateurs, symbole d'identité). Peut-on admettre que la syn […] Lire la suite

NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 1 126 mots

L'usage courant rapproche la nécessité de l'idée de destin, c'est-à-dire de l'advenue d'un événement inévitable. Est « nécessaire », en effet, ce qui ne peut pas ne pas être ou ce qui ne peut pas être autrement qu'il n'est. Dans le Timée , Platon (428-347 av. J.-C.) rencontre déjà la nécessité ( anankè ) sous la figure de l'inexorable : le démiurge qui se trouve à l'origine de l'ordre du monde est […] Lire la suite

PRAGMATIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 6 532 mots

Dans le chapitre « Le grand bond »  : […] Avec le souci des interlocuteurs, on pouvait s'attendre à voir entrer en jeu la notion d' interaction verbale . Longtemps la question ne fut même pas posée. Et puis elle s'avança enfin à pattes de colombe, transformant notre idée du contexte. Un certain silence travaille, en effet, le discours pragmatique, dont on détermine peu à peu les contours. Que le contexte langagier soit essentiellement int […] Lire la suite

RUSSELL BERTRAND lord (1872-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 6 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Implication stricte »  : […] À Clarence Irving Lewis ( A Survey of Symbolic Logic , 1918) est due, par ailleurs, la symbolisation de l'implication stricte ( p  →  q ), introduite en vue de justifier la déduction et de rendre légitime, effectif et naturel le modus ponens. Cette modification réintègre le modal dans la logique, alors qu'il en a été expulsé par Frege et Russell. Il ne sera récupéré que plus tard par la théorie d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal ENGEL, « MODALITÉS, logique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/