MODALITÉS, logique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les logiques modales contemporaines

Les fondateurs de la logique contemporaine, au début du xxe siècle – Frege, Russell et leurs successeurs –, ignorèrent la logique modale parce qu'ils entendaient limiter le domaine de la logique à la logique extensionnelle. Le renouveau de la logique modale au xxe siècle vint de l'application à l'étude des notions de nécessité et de possibilité des méthodes axiomatiques de la nouvelle logique. Ce qui distingue essentiellement la logique modale contemporaine de la syllogistique modale est le traitement syntaxique du nécessaire (dénoté « L ») et du possible (dénoté « M ») comme opérateurs sur des propositions (dans le style stoïcien plutôt qu'aristotélicien), permettant l'itération de ces opérateurs (par exemple : « L M p », « il est nécessairement possible que p »), qui permet de définir divers systèmes axiomatiques des modalités. Le fondateur de cette approche syntaxique, C. I. Lewis (1918), cherche à définir la notion d'implication stricte des Anciens ou celle de conséquence (consequentia) des médiévaux : « p implique strictement q » = non M (p et non q), afin notamment d'éviter les « paradoxes » de l'implication matérielle (par exemple : « non p ↦ (p ↦ q) ». Il y a une hiérarchie de systèmes modaux dont le plus simple (qui sera appelé T) comporte les trois axiomes :

(1) L pp (où « ↦ » dénote le conditionnel « si... alors »),

(2) L (pq) ↦ (L p ↦ L q),

(3) Si ⊢ A est un théorème, alors L A est un théorème (règle de nécessitation).

D'autres systèmes sont obtenus en ajoutant des axiomes à T. Parmi les plus courants, le système S4 de Lewis provient de l'adjonction aux axiomes de T de :

(4) L p ↦ LL p.

En d'autres termes, dans S4, tout ce qui est en fait nécessaire est nécessairement nécessaire, et tout ce qui est possible en fait pourrait être possible, ce qui est beaucoup plus fort que ce qu'on asserte dans T. On peut aussi soutenir que tout ce qui est possible est nécessairement possible, et que tout ce qui pourrait être nécessaire est en fait nécessaire. Ces principes sont inclus dans le système S5, qui provient de S4 et de l'axiome :

(5) M p ↦ LM p.

Un autre système, dit « de Brouwer » (B), provient de T et de l'axiome :

(6) p ↦ LM p.

Ainsi, B est plus fort que T, S4 plus fort que B, et S5 plus fort que S4, au sens où l'on peut démontrer plus de théorèmes modaux dans chaque membre de la série, et au sens où chacun est une extension du précédent. On pourrait aussi soutenir que, bien que tout ne soit pas en fait possible, tout pourrait être possible, ce qui forme la base des systèmes

S6, S7 et S8 de Lewis.

La diversité des systèmes modaux suggère que les notions modales élémentaires désignent quelque chose d'obscur et que leur sens doit être élucidé si une logique des modalités peut être constituée. D'où l'importance, au-delà de leurs combinaisons axiomatiques, d'une interprétation de ces notions. On peut, tout d'abord, faire de la nécessité un opérateur sur des entités linguistiques – en l'occurrence des phrases. En ce sens, la nécessité est équivalente à la démontrabilité d'une proposition (Lp = ‘p' est prouvable), et est ainsi toujours relative aux règles et axiomes du système dans lequel cette proposition peut être assertée. Mais, selon cette analyse suggérée par Gödel dans les années 1930, on ne peut, en raison de la non-démontrabilité de la non-contradiction de l'arithmétique élémentaire, asserter la loi modale usuelle « Nécessairement (si nécessairement p, alors p) ». Si on écarte cette interprétation « syntaxique », ainsi qu'une autre, initiée par Lukasiewicz dans les années 1920, qui interprète les modalités dans le cadre d'une logique trivalente (où le possible est une tierce valeur de vérité), celle qui a prévalu, depuis les années 1950, est l'interprétation « sémantique » des modalités, fondée sur la théorie logique des modèles, et dont les principaux initiateurs sont Carnap (1947), Kanger (1957), Hintikka (1963) et Kripke (1963). La vérité ou la fausseté des propositions modales est alors évaluée relativement à certains modèles, ou domaines d'objets, indexés à des « mondes possibles ».

On peut définir (retrouvant une idée leibnizienne) le possible comme ce qui est vrai dans le monde réel ou dans un monde possible, et le nécessaire comme ce qui est vrai dans tous les mondes possibles, y compris le monde réel. L'ensemble des mondes possibles est ordonné selon une relation d'« accessibilité » (un monde est accessible à partir d'un autre si ce qui est possible relativement à l'un e [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences de philosophie, université de Grenoble-II et C.N.R.S

Classification

Autres références

«  MODALITÉS, logique  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche sémiotique »  : […] Avec A. J. Greimas, dans la Sémantique structurale (1965), Du sens I (1970), Maupassant (1976), et Du sens II (1983), une nouvelle tentative de mise en ordre des structures élémentaires de la croyance se fait jour, qui, à l'opposé de la phénoménologie, ne repose sur aucune intuition du vécu, mais sur la structure de l' énonciation , telle qu'elle est investie dans le discours oral ou écrit et […] Lire la suite

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 314 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La logique, servante et non maîtresse des sciences »  : […] On peut faire ici plusieurs remarques. D'abord, le recours à la synonymie accentue la dépendance de la logique à l'égard du langage. On a vu plus haut que, selon Quine, la logique dépend de la grammaire mais non du lexique. La grammaire logique se construit récursivement à partir d'un nombre fini de constantes logiques (connecteurs, quantificateurs, symbole d'identité). Peut-on admettre que la syn […] Lire la suite

NÉCESSITÉ

  • Écrit par 
  • Michaël FOESSEL
  •  • 1 126 mots

L'usage courant rapproche la nécessité de l'idée de destin, c'est-à-dire de l'advenue d'un événement inévitable. Est « nécessaire », en effet, ce qui ne peut pas ne pas être ou ce qui ne peut pas être autrement qu'il n'est. Dans le Timée , Platon (428-347 av. J.-C.) rencontre déjà la nécessité ( anankè ) sous la figure de l'inexorable : le démiurge qui se trouve à l'origine de l'ordre du monde est […] Lire la suite

PRAGMATIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES
  •  • 6 532 mots

Dans le chapitre « Le grand bond »  : […] Avec le souci des interlocuteurs, on pouvait s'attendre à voir entrer en jeu la notion d' interaction verbale . Longtemps la question ne fut même pas posée. Et puis elle s'avança enfin à pattes de colombe, transformant notre idée du contexte. Un certain silence travaille, en effet, le discours pragmatique, dont on détermine peu à peu les contours. Que le contexte langagier soit essentiellement int […] Lire la suite

RUSSELL BERTRAND lord (1872-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 6 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Implication stricte »  : […] À Clarence Irving Lewis ( A Survey of Symbolic Logic , 1918) est due, par ailleurs, la symbolisation de l'implication stricte ( p  →  q ), introduite en vue de justifier la déduction et de rendre légitime, effectif et naturel le modus ponens. Cette modification réintègre le modal dans la logique, alors qu'il en a été expulsé par Frege et Russell. Il ne sera récupéré que plus tard par la théorie d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pascal ENGEL, « MODALITÉS, logique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/modalites-logique/