MINNESANG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme allemand, que l'on trouve dans une poésie de Walther von der Vogelweide, a été conservé en français. Il est d'usage commode pour distinguer la poésie courtoise allemande de celle des troubadours et des trouvères ; il a, en outre, l'avantage de mettre en relief deux traits essentiels de cette poésie : Minnesang veut dire, en effet, « chant d'amour ». Or, la poésie des Minnesänger était destinée non pas à être lue, mais à être chantée, le minnesänger étant tenu d'en composer non seulement les paroles (Wort), mais aussi la mélodie (Wise). Le thème majeur en était d'autre part l'amour, et plus précisément l'amour courtois dont la doctrine, élaborée par les troubadours, s'était étendue rapidement à l'ensemble des pays de langue d'oc et de langue d'oïl, pour enfin gagner les terres de langue allemande. Par une extension abusive du sens, le terme est appliqué parfois à l'ensemble de la poésie allemande des xiie et xiiie siècles, y compris notamment la poésie didactique et politique (Spruchdichtung).

La question des origines de la poésie courtoise ne concerne donc pas directement le minnesang : l'Allemagne adopte, en effet, une doctrine et des genres déjà constitués. Leur pénétration dans les pays de langue allemande est liée au vaste courant d'influence qui, venu de l'ouest, déferle sur ces pays dans la seconde moitié du xiie siècle. Il s'était développé en effet, dans le midi, puis dans le nord de la France, un type de civilisation aristocratique, la civilisation courtoise. Or, on a pu dire que la littérature française n'a été accueillie en Allemagne que dans la mesure où elle exprimait les valeurs de cette civilisation. Cela vaut en particulier pour la poésie lyrique : des genres aussi répandus que les chansons de toile ou de mal mariées n'ont pas été repris par les poètes allemands, et la pastourelle elle-même n'a exercé qu'une influence limitée. Le genre particulièrement en faveur chez les minnesänger est la chanson court [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MINNESANG  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'essor de la culture bourgeoise (XIVe-XVe s.) »  : […] La fin du Moyen Âge est marquée par la montée des puissances territoriales et des villes (formation de la Hanse), par la colonisation des terres à l'est de l'Elbe et par le développement d'une civilisation dite bourgeoise parce qu'elle fleurit surtout dans les villes qui deviennent de véritables foyers culturels. L'aristocratie exerce encore son influence sur la vie culturelle, nobles et bourgeois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_12196

Chanson de mai, NEIDHART VON REUENTAL

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 523 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Minnesänger d'origine bavaroise, Neidhart von Reuental sert le duc Othon II de Bavière et participe à deux croisades, avec Léopold d'Autriche (1217-1219) et avec le duc Frédéric II (1228). Il s'installe en Autriche en 1232 et vit à Vienne au service de Frédéric II. Le nombre de textes que l'on possède de lui est exceptionnel : 68 pièces de danses, 29 chants d'été et 39 d'hiver (il s'agit de danses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chanson-de-mai-neidhart-von-reuental/#i_12196

HARTMANN VON AUE (1160 env.-entre 1205 et 1215)

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT
  •  • 1 393 mots

Le premier en date des grands classiques du roman courtois en Allemagne (G. Zink). D'après les quelques témoignages littéraires qui nous sont parvenus (Wolfram d'Eschenbach, Gottfried de Strasbourg) et les renseignements qu'il nous a fournis lui-même dans ses œuvres, nous savons que Hartmann von Aue était d'origine souabe, chevalier de naissance non libre ( dienstmann ), mini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hartmann-von-aue/#i_12196

HEINRICH VON MORUNGEN (mort en 1222)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 595 mots

Originaire du château de Morungen, près de Sangerhausen, en Thuringe, le ministérial Henrich von Morungen, un des grands représentants de l'été du Minnesang , fait ses débuts poétiques vers 1190. Des documents attestent son existence en 1217-1218. Ce sont là les seuls éléments sûrs dont nous disposons. À la charnière du xv e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-morungen/#i_12196

HEINRICH VON OFTERDINGEN (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Pierre SERVANT
  •  • 583 mots

C'est grâce à Novalis que le nom de Heinrich von Ofterdingen a gardé aujourd'hui toute sa puissance d'évocation ; comme il veut répliquer par un roman poétique au Wilhelm Meister de Goethe, qu'il juge trop réaliste et bourgeois, ce romantique de la première génération choisit tout naturellement de donner à son héros le nom d'un ménestrel. Mais le roman, d'ailleurs resté inac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-ofterdingen/#i_12196

HEINRICH VON VELDEKE (1140-1190)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 169 mots

Le principal ouvrage de Heinrich von Veldeke, originaire du Limbourg (sud des Pays-Bas et nord-est de la Belgique), est l' Énéide ( Eneit ) considéré par Wolfram d'Eschenbach et Gottfried de Strasbourg comme un modèle sur le plan formel (la rime s'y affirmait et remplaçait l'assonance utilisée jusqu'alors). Inspirée directement du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-veldeke/#i_12196

KONRAD VON WÜRZBURG (1230 env.-1287)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 589 mots

Écrivain le plus marquant de la seconde moitié du xiii e siècle, Konrad von Würzburg a laissé une œuvre considérable. Nous sommes peu renseignés sur sa vie, que seuls les noms de ses mécènes permettent de retracer à peu près. Konrad vit le jour à Wurzbourg vers 1230 ; ce n'est pas un aristocrate et il est appelé Meister ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/konrad-von-wurzburg/#i_12196

MAÎTRES CHANTEURS ou MEISTERSINGER

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 346 mots

Confréries citadines de poètes compositeurs (en allemand Meistersinger ) en général artisans de profession, les maîtres chanteurs appartiennent à la bourgeoisie et cultivent encore, au xv e et au xvi e siècle, la tradition de chant monodique des Minnesänger du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maitres-chanteurs-meistersinger/#i_12196

POÉSIES, Heinrich von Morungen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick DEL DUCA
  •  • 1 030 mots

Heinrich von Morungen (mort en 1222) est sans nul doute, avec Walther von der Vogelweide, l'un des plus brillants représentants du Minnesang (littéralement chant d'amour dans la poésie courtoise médiévale allemande) même si ses contemporains lui préféraient le poète attitré de la cour de Vienne, Reinmar l'Ancien. Heinrich est originaire de Thuringe – le château de famille se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-heinrich-von-morungen/#i_12196

POÉSIES, Walther von der Vogelweide - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick DEL DUCA
  •  • 997 mots

Walther von der Vogelweide (né vers 1170-mort vers 1228) est sans doute le plus complet des poètes allemands du Moyen Âge. Dans ses poèmes lyriques, il chante aussi bien l'amour pour une dame noble que pour une femme du peuple. Ses poèmes politiques et gnomiques (réflexions morales sous forme de sentences) sont marqués par l'attachement à un pouvoir impérial souvent chancelant et par une grande dé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-walther-von-der-vogelweide/#i_12196

REINMAR DE HAGUENAU (1170 env.-env. 1208/1209)

  • Écrit par 
  • Claude LECOUTEUX
  •  • 549 mots

Nous ignorons pratiquement tout de la vie de Reinmar l'Ancien, que Gottfried de Strasbourg surnomme « le rossignol de Haguenau ». On pense qu'il est né vers 1170, et on a de bonnes raisons de situer sa mort vers 1208-1209. Si Reinmar a passé la plus grande partie de sa vie à Vienne, à la cour des ducs d'Autriche, les Babenberg, on doute aujourd'hui qu'il en fut le poète officiel ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reinmar-de-haguenau/#i_12196

TANNHÄUSER

  • Écrit par 
  • Françoise AURIVAUD
  •  • 754 mots

Avant de devenir un héros wagnérien, Tannhäuser a été un Minnesänger, dont l'existence réelle est bien attestée. Né vers 1205, noble bavarois, croisé dans sa jeunesse, protégé de la cour d'Autriche, dépouillé de ses biens et menant ensuite une vie de poète errant à travers l'Allemagne et l'Italie, il ne laisse plus de trace après 1268. Ces accidents d'une vie tourmentée et voyageuse pouvaient offr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tannhauser/#i_12196

WALTHER VON DER VOGELWEIDE (1170 env.-env. 1230)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 623 mots

Considéré comme le plus grand poète allemand du Moyen Âge, Walther von der Vogelweide défendait les vertus d'une vie équilibrée, en société comme dans la sphère privée, dans une œuvre qui reflète sa désapprobation à l'égard des individus, des actions et des croyances qui viennent troubler cette harmonie. Walther von der Vogelweide naît vers 1170. Son lieu de naissance n'a jamais pu être identifié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/walther-von-der-vogelweide/#i_12196

Voir aussi

Pour citer l’article

Georges ZINK, « MINNESANG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/minnesang/