HEINRICH VON MORUNGEN (mort en 1222)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire du château de Morungen, près de Sangerhausen, en Thuringe, le ministérial Henrich von Morungen, un des grands représentants de l'été du Minnesang, fait ses débuts poétiques vers 1190. Des documents attestent son existence en 1217-1218. Ce sont là les seuls éléments sûrs dont nous disposons. À la charnière du xve et du xvie siècle, une tradition prétend que Heinrich von Morungen serait entré au monastère Saint-Thomas de Leipzig, qu'il aurait fait un voyage en Inde et serait décédé en 1222.

La Ballade du noble sire de Morungen, attestée pour la première fois en 1459 et reprenant les éléments d'un exemplum de Césaire de Heisterbach (vers 1220-1225), pourrait confirmer ces informations. On pense plutôt qu'il s'agit là d'une légende qui s'est attachée au poète, comme d'autres s'attachèrent au Tannhäuser, à Neidhart et à Konrad von Würzburg.

Heinrich von Morungen incarne le minnesang dans ce qu'il a de meilleur, et il reprend les grands thèmes connus du vasselage d'amour, de la guerre amoureuse et du « chanter ou se taire » (XIII). Il nous a laissé cent quinze strophes qui se répartissent en trente-cinq tons, le ton étant l'édifice musical et rythmique d'une strophe. Trois grandes influences se distinguent dans son œuvre : celle de l'Antiquité classique, d'Ovide notamment auquel il emprunte les thèmes de Narcisse et d'Écho, de Procné et de Philomèle ; celle du lyrisme religieux et marial ; celle du lyrisme des troubadours, surtout de Bernard de Ventadour, Guilhem de Cabestanh et de Peirol.

Mais il a aussi été marqué par ses prédécesseurs, Henri de Veldeke, Frédéric de Hausen et Rodolphe de Fenis. Heinrich von Morungen utilise exclusivement la forme de la canzone, et se révèle un virtuose de la rime et un maître du dactyle. Sur le plan de la métrique et des images, ses poèmes offrent un tissu dense de répons ( [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur de langues et littératures allemandes et germaniques à l'université de Caen

Classification


Autres références

«  HEINRICH VON MORUNGEN (mort en 1222)  » est également traité dans :

MINNESANG

  • Écrit par 
  • Georges ZINK
  •  • 2 970 mots

Dans le chapitre « Printemps du minnesang »  : […] Il est d'usage d'englober sous le terme de « printemps du minnesang » tous les minnesänger antérieurs à Walther. Mais il y a lieu d'établir, à l'intérieur de ce groupe d'une vingtaine de poètes, des distinctions dont la plus importante concerne les textes les plus anciens. Il s'agit de strophes en général isolées qui ne répondent ni par le fond ni par la forme à la définition qui a été donnée de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/minnesang/#i_12202

POÉSIES, Heinrich von Morungen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Patrick DEL DUCA
  •  • 1 030 mots

Heinrich von Morungen (mort en 1222) est sans nul doute, avec Walther von der Vogelweide, l'un des plus brillants représentants du Minnesang (littéralement chant d'amour dans la poésie courtoise médiévale allemande) même si ses contemporains lui préféraient le poète attitré de la cour de Vienne, Reinmar l'Ancien. Heinrich est originaire de Thuringe – le château de famille se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poesies-heinrich-von-morungen/#i_12202

Pour citer l’article

Claude LECOUTEUX, « HEINRICH VON MORUNGEN (mort en 1222) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/heinrich-von-morungen/