MÉTACOGNITION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les sentiments métacognitifs

Les sentiments qui dictent ces décisions – appelés « métacognitifs » ou « noétiques » (du grec νoεῖν, connaître) – prédisent ou évaluent l'incertitude liée à la tâche cognitive en cours. Certains sont prédictifs, comme le « sentiment de facilité » ou d'effort lié à la tâche à exécuter, le « sentiment de savoir » (c'est-à-dire de pouvoir retrouver un élément mémorisé antérieurement dans un temps relativement court) ou encore l’impression d'avoir un mot « au bout de la langue ». D'autres sont évaluatifs, comme le sentiment d'avoir correctement retrouvé un mot, répondu à une question, ou résolu un problème. Certains sentiments sont à la fois prédictifs et évaluatifs, comme le sentiment de familiarité, qui mêle l'impression de connaître et la difficulté à identifier une personne, par exemple.

Comme ces quelques exemples le suggèrent, les fonctions prédictive et évaluative des sentiments noétiques vont de pair avec la fonction motivationnelle. Les sentiments varient dans leur valence – c'est-à-dire dans leur caractère hédonique, plaisant ou déplaisant – selon le degré d'incertitude prédictive ou évaluative qu'ils expriment. Le degré de la valence ressentie tend à guider la décision, sauf si le sujet a des raisons conscientes d'y résister. Un sentiment élevé de certitude de pouvoir discriminer, se rappeler, résoudre un problème motive le sujet à accomplir la tâche correspondante. Réciproquement, un sentiment élevé d'incertitude conduit l'agent à renoncer à exécuter la tâche considérée. De la même façon, si l'évaluation finale d'un calcul produit un sentiment de probable incorrection, le sujet tend à le refaire ou à changer de tâche.

Nous l'avons signalé, le sujet peut avoir des raisons conscientes – bonnes ou mauvaises – de ne pas tenir compte du sentiment noétique produit par son activité cognitive présente. Il peut, par exemple, avoir été prévenu par un tiers que, dans cette situation précise, le sentiment noétique ressenti est illusoire, parce qu'il est engendré par des indices sans rapport avec la tâche. Ou encore, on peut l'avertir que so [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉTACOGNITION  » est également traité dans :

APPRENTISSAGE, psychologie

  • Écrit par 
  • Daniel GAONAC'H, 
  • Jean-François LE NY
  •  • 5 932 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Depuis les années 1990 »  : […] Alors que, dans les années 1970-80, la psychologie cognitive a accordé plus d’attention à l’étude de la mémoire qu’à celle de l’apprentissage, l’évolution des connaissances à partir de la fin des années 1980 a conduit à une fusion des concepts et des théories de ces deux champs. En effet, les théories récentes qui cherchent à rendre compte des processus d’apprentissage s’appuient sur les conceptio […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-psychologie/#i_56973

APPRENTISSAGE DE LA PRODUCTION ÉCRITE DE TEXTES

  • Écrit par 
  • Denis ALAMARGOT, 
  • Lucile CHANQUOY
  •  • 1 910 mots

Dans le chapitre « Évolution de la production de textes »  : […] L’apprentissage de la production de textes et l’accès à l’expertise mobilisent à la fois les capacités de la mémoire de travail et les aptitudes métacognitives de réflexion sur l’écrit. Globalement, les processus rédactionnels n’apparaissent pas tous en même temps et se complexifient progressivement. Au début de la scolarité primaire, le premier processus à apparaître est l’exécution graphomotrice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apprentissage-de-la-production-ecrite-de-textes/#i_56973

DÉVELOPPEMENT MÉTALINGUISTIQUE, psychologie

  • Écrit par 
  • Jean Émile GOMBERT
  •  • 1 032 mots

Pour les psycholinguistes cognitivistes, les activités métalinguistiques constituent un sous-domaine de la métacognition qui concerne le langage et son utilisation. Ce sous-domaine comprend les activités de réflexion sur le langage ainsi que les activités de contrôle conscient et de planification intentionnelle par le sujet de ses propres processus de traitement linguistique (en compréhension ou e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/developpement-metalinguistique-psychologie/#i_56973

MÉMOIRE CHEZ L'ENFANT

  • Écrit par 
  • Francis EUSTACHE
  •  • 2 444 mots

Dans le chapitre « Connaissances, souvenirs et apprentissages »  : […] L’acquisition de connaissances peut se faire de manière implicite dès le premier contact avec l’information. Toutefois, de nombreuses connaissances sont acquises à partir de la répétition d’épisodes et de la manipulation des informations permettant d’améliorer la profondeur de l’encodage. La création de représentations mentales permet notamment un double codage, visuel et verbal par exemple (écou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/memoire-chez-l-enfant/#i_56973

NEUROSCIENCES COGNITIVES ET AGENTIVITÉ

  • Écrit par 
  • Elisabeth PACHERIE
  •  • 1 348 mots

Dans le chapitre « L’approche de la reconstruction cognitive »  : […] L'approche de la reconstruction cognitive met, quant à elle, l'accent sur le rôle d'indices cognitifs de haut niveau et de processus généraux d'inférence causale dans la production du sens de l'agentivité. Lorsqu'il y a correspondance entre les effets d'une action et une pensée de l'agent qui l'a immédiatement précédée, et en l'absence d'autres causes potentielles évidentes de cette action, l'age […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neurosciences-cognitives-et-agentivite/#i_56973

PSYCHOPATHOLOGIE COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martial VAN DER LINDEN
  •  • 2 365 mots

Dans le chapitre « Les croyances dysfonctionnelles  »  : […] Les croyances dysfonctionnelles sont constituées d’un ensemble complexe d’associations entre concepts, stockées en mémoire à long terme et qui influencent le fonctionnement cognitif, affectif et relationnel. Par exemple, en raison d’expériences précoces et de facteurs de personnalité, les personnes ayant reçu un diagnostic d’anxiété sociale ont développé des croyances problématiques sur elles-mêm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychopathologie-cognitive/#i_56973

RUMINATIONS MENTALES, psychologie

  • Écrit par 
  • Céline BAEYENS
  •  • 982 mots

Dans le chapitre « Le maintien des ruminations  »  : […] Pourquoi les ruminations se maintiennent-elles malgré leurs conséquences négatives ? D’une part, les personnes peuvent avoir des croyances (appelées « métacognitions ») positives concernant les ruminations : elles croient, à tort ou à raison, en leur utilité pour trouver un sens à ce qui arrive ou pour résoudre un problème. D’autre part, les ruminations auraient une fonction. Cette activité cogni […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ruminations-mentales-psychologie/#i_56973

Pour citer l’article

Joëlle PROUST, « MÉTACOGNITION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/metacognition/