MÉDITATIONS CARTÉSIENNES, Edmund HusserlFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'« ego » transcendantal à l'intersubjectivité

Définissant les Méditations de Descartes comme le « prototype du retour philosophique sur soi-même », Husserl fait sienne la « nécessité d'un recommencement radical en philosophie ». Cette nécessité entraîne au-delà de son illustre modèle : Descartes n'a pas suffisamment mis en cause l'idéal géométrique d'un « fondement axiomatique », car la science géométrique elle-même a besoin d'un fondement. Elle n'en aboutit pas moins, on l'a dit, à une reformulation de l'ego. Mais alors que les quatre premières Méditations de Husserl s'en tenaient pour l'essentiel à « la corrélation de l'être et de la conscience » (soit la relation bipolaire sujet-objet), la cinquième et dernière opère un changement de taille en se demandant si nous avons « poussé nos recherches assez loin pour nous rendre intelligible, dans sa structure générale et essentielle, la possibilité (très étrange, nous le sentons tous) de l'existence d'autrui pour nous ». Faute de quoi, « notre évidence ne deviendrait-elle pas chancelante ? »

Husserl est ainsi conduit à opérer une ultime « réduction », celle de l'expérience transcendantale à la « sphère de l'appartenance » (« ce qui m'appartient », « le non-étranger » ou sphère du propre). Alors que la fondation cartésienne de la science passait par le dualisme de l'âme et du corps, la refondation husserlienne comprend au contraire le « corps propre » (Leib, ce que les phénoménologues contemporains, à la suite en particulier de Merleau-Ponty, préfèrent appeler la chair) radicalement autrement que les corps en général, tels qu'ils nous sont donnés à connaître par la physique. Lorsque la conscience met le monde entre parenthèses, s'isolant comme solus ipse, elle produit une apparence d'elle-même, que l'explication phénoménologique, faisant retour sur « l'intuition » d'être au monde, permet de dissiper. Brisant net les frontières induites par une philosophie de la conscience psychologique, l'intentionnalité reconnaît ai[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MÉDITATIONS CARTÉSIENNES, Edmund Husserl  » est également traité dans :

ALTÉRITÉ, philosophie

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 5 372 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'intentionnalité husserlienne : une « reconstruction » de l'autre »  : […] Dans ses Méditations cartésiennes (1929), Husserl va remettre en cause l'interprétation du cogito comme res cogitans, cette substantialisation de l'ego transcendantal étant à ses yeux le pire des fourvoiements. Pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alterite-philosophie/#i_31836

HUSSERL EDMUND

  • Écrit par 
  • Gérard GRANEL
  •  • 8 638 mots

Dans le chapitre « Husserl le moderne »  : […] On peut ajouter enfin, malgré une apparence un peu limitée, les remarques sur les Méditations cartésiennes que Roman Ingarden fit parvenir à son ancien maître au lendemain de la parution de cette œuvre où se déclare, plus qu'en tout autre, l'idéalisme transcendantal phénoménologique dans son absoluité. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmund-husserl/#i_31836

MOI

  • Écrit par 
  • Catherine CLÉMENT, 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 12 469 mots

Dans le chapitre « Mirages de la pureté »  : […] du réel extérieur, effective dans les dernières Méditations. Husserl définit cette démarche en la généralisant : « Le grand retour sur soi-même, qui [...] mène à la subjectivité transcendantale : le retour à l'ego cogito, domaine ultime et apodictiquement certain sur lequel doit être fondée toute philosophie radicale » ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moi/#i_31836

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Husserl »  : […] Et pourtant, il est difficile d'appeler la phénoménologie husserlienne une ontologie. Dans les Idées (1912) et plus encore dans les Méditations cartésiennes (1929), Husserl donne une interprétation idéaliste de ces structures ; selon la thèse de la constitution, c'est la conscience qui constitue non seulement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_31836

PHÉNOMÉNOLOGIE

  • Écrit par 
  • Renaud BARBARAS, 
  • Jean GREISCH
  •  • 7 227 mots

Dans le chapitre « L'« épochè » phénoménologique »  : […] Jusqu'aux Méditations cartésiennes (1929), Husserl développe la phénoménologie dans le sens d'un idéalisme transcendantal. Celui-ci ne désigne pas une mise en cause de la réalité du monde extérieur mais plutôt le fait que « chaque forme de transcendance est un sens existentiel se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phenomenologie/#i_31836

Voir aussi

Pour citer l’article

François TRÉMOLIÈRES, « MÉDITATIONS CARTÉSIENNES, Edmund Husserl - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 septembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/meditations-cartesiennes/