MÉDAILLON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme souvent employé pour désigner une médaille. Mais la médaille qui représente un personnage ou un événement a une fonction essentiellement commémorative, alors que le médaillon, lui, offre une plus grande diversité d'usages ; il s'agit, en effet, soit d'un bijou, circulaire ou ovale, le plus souvent porté au cou, soit d'une médaille de grande taille ressemblant à un tableau en miniature, un portrait en particulier. Il peut être aussi employé comme élément de décor en architecture, ainsi que dans le mobilier, la vaisselle ou l'orfèvrerie. Le terme « médaillon » peut désigner, de façon plus générale, tout élément de décor inscrit dans une forme circulaire ou ovale. L'apparition de l'usage des médaillons dans le décor architectural semble dater de la Renaissance, époque au cours de laquelle la connaissance et l'appréciation des monnaies antiques se développent. Le décor du médaillon, généralement composé d'un ou de plusieurs éléments figurés, prouve d'ailleurs que son origine est bien l'agrandissement d'une médaille. Au Moyen Âge, bien qu'il y ait de nombreux médaillons comme éléments du décor de pièces de vaisselle ou d'orfèvrerie, l'appellation « médaillon » n'est pas retenue.

—  Catherine ARMINJON

Écrit par :

  • : conservateur de l'Inventaire, responsable des Objets mobiliers à l'Inventaire général

Classification


Autres références

«  MÉDAILLON  » est également traité dans :

ANDREA PISANO (1290 env.-1348)

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 370 mots
  •  • 2 médias

Malgré sa célébrité, Andrea de Pontedera — plus connu sous le nom d'Andrea Pisano, bien qu'il n'ait aucun lien de famille avec Nicola et Giovanni Pisano — reste un artiste assez énigmatique. Sculpteur, architecte, ingénieur militaire peut-être même, il semble, à l'origine, avoir été orfèvre ; sa première et seule œuvre absolument certaine, la première porte de bronze du baptistère de Florence — e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-pisano/#i_30257

AUGUSTE PRÉAULT, SCULPTEUR ROMANTIQUE (exposition)

  • Écrit par 
  • Pierre VAISSE
  •  • 1 274 mots

Dans les années 1960, la sculpture française du xix e  siècle méritait l'appellation de terra incognita . La situation a profondément changé par la suite, grâce aux publications et aux expositions qui se sont multipliées depuis lors. Le grand public, lui, n'a pourtant guère suivi, soit que la sculpture e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-preault-sculpteur-romantique/#i_30257

COYSEVOX ANTOINE (1640-1720)

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL
  •  • 364 mots
  •  • 4 médias

L'œuvre d'Antoine Coysevox forme une sorte de contrepartie à celle de l'autre grand sculpteur officiel de Louis XIV, Girardon. Celui-ci, attaché aux modèles antiques, pénétré de l'influence de Poussin, incarne en quelque sorte la tendance classique du règne ; Coysevox apparaît au contraire comme un sculpteur baroque. Collaborateur de Le Brun et de Mansart, il déploie sa virtuosité de décorateur da […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-coysevox/#i_30257

DAVID D'ANGERS PIERRE-JEAN DAVID dit (1788-1856)

  • Écrit par 
  • Jacques de CASO
  •  • 1 093 mots
  •  • 2 médias

Le sculpteur français David d'Angers reste une figure très originale, empreinte d'une certaine austérité. On associe généralement son art aux quelque sept cents médaillons-portraits qu'il exécuta, représentant des célébrités de l'Europe moderne, entre 1825 et 1850. Mais en ne retenant que cet aspect de l'œuvre de David, on a de son art une idée incomplète. La carrière de David d'Angers fut une car […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/david-d-angers/#i_30257

DELLA ROBBIA LES

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 724 mots
  •  • 4 médias

La famille des Della Robbia offre l'un des plus remarquables exemples de continuité au sein du Quattrocento puisqu'elle compta quatre générations d'artistes qui consacrèrent leur activité à une même technique, celle de la sculpture en terre cuite émaillée ( terracotta invetriata ). L'ancêtre, Luca di Simone di Marco (1399 env.-1482), avait connu d'abord des réussites éclatant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-della-robbia/#i_30257

ÉPICTÉTOS (dernier quart VIe-déb. Ve s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques MAFFRE
  •  • 1 269 mots

Parmi les peintres de vases athéniens appartenant à la première génération des artistes qui, à la suite du Peintre d'Andokidès, s'expriment principalement selon le langage nouveau dit de la (ou des) figure(s) rouge(s), certains, comme Épictétos, restent pendant quelque temps « bilingues », c'est-à-dire décorent le même vase en utilisant d'un côté la technique nouvelle et de l'autre le procédé anci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epictetos/#i_30257

GUCCIO DI MANNAIA (actif entre 1288 env. et 1320 env.)

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine GAUTHIER
  •  • 591 mots

GUCCIVS MANAIE DE SENIS FECIT NICCHO[L]AUS PAPA QVARTVS : « Guccio di Mannaia de Sienne [m' (ou : l')] a fait [au temps de] Nicolas IV pape [qui m' (ou : l') a fondé] . » Telle est en effet l'interprétation la plus plausible de l'inscription qui court, en caractères serrés, sur un listel émaillé autour de la tige du calice célèbre, conservé depuis l'origine au trésor de la basilique Saint-Françoi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guccio-di-mannaia/#i_30257

MÉDAILLE

  • Écrit par 
  • Josèphe JACQUIOT
  •  • 3 628 mots

Dans le chapitre « La médaille aux XVIIe et XVIIIe siècles en France ; son influence à l'étranger »  : […] On distingue quatre périodes : de 1590 à 1663, sous le règne de Henri IV, de Louis XIII, et le commencement du règne de Louis XIV, apparaissent de très grands médailleurs. Le premier, Guillaume Dupré (1574-1649), qui était sculpteur et fondeur, reprenait la tradition des médaillons coulés de l'Italie ; ses portraits sont caractérisés par l'accent vivant et vrai des physionomies. Outre les célèbre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaille/#i_30257

MOSAN ART

  • Écrit par 
  • Philippe VERDIER
  •  • 3 578 mots

Dans le chapitre « Les émaux »  : […] Cependant, les émaux vont à leur tour envahir les fonds sous forme de bandes rectilignes ou ondulées (autel portatif de Stavelot à Bruxelles, plaques provenant d'un autel portatif illustrant la parabole des vignerons au Bargello de Florence). Cette invasion des fonds par l'émail peut s'expliquer par un jeu complexe d'influences : manuscrits du type du Codex Aureus d'Echterna […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-mosan/#i_30257

NINI JEAN-BAPTISTE (1717-1786)

  • Écrit par 
  • Marie-Cécile FOREST, 
  • Barbara SIBILLE-PUCCINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « Nini et l'art du portrait en médaillon »  : […] À partir de 1762, Nini se spécialise dans la réalisation de portraits en médaillon qui représentent les personnages importants de son époque ou ses intimes. Si Charles Nicolas Cochin fils crée au milieu du xviii e  siècle une nouvelle formule de portraits gravés en profil dans un médaillon circulaire, Jean-Baptiste Nini a le mérite d'imposer une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-baptiste-nini/#i_30257

PILON GERMAIN (1525 env.-1590)

  • Écrit par 
  • Thomas Wolfgang GAEHTGENS
  •  • 1 814 mots

Dans le chapitre « Commandes privées »  : […] À partir de 1570, Pilon possédait à Paris un grand atelier et était un sculpteur très occupé. Malheureusement, la plupart des œuvres datant de cette époque ont été détruites pendant la Révolution. Ont été conservées la Vierge de Notre-Dame-de-la-Couture (Le Mans) et les principales sculptures du tombeau de Valentine Balbiani (morte en 1572), femme du chancelier René de Birag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germain-pilon/#i_30257

PORTRAIT

  • Écrit par 
  • Galienne FRANCASTEL
  •  • 6 167 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Représentation et commémoration »  : […] Le christianisme dissocie en principe le corps et l'âme tout en restant ambigu dans l'esprit de ses adeptes sur la forme et les délais de la résurrection finale. De toute manière, il ne suffisait plus, comme au temps des pharaons, de s'assurer une survie par le truchement d'une effigie. Le nouveau système spirituel n'admettait pas la possibilité d'une participation existentielle au monde non terre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portrait/#i_30257

ROME ET EMPIRE ROMAIN - L'art romain

  • Écrit par 
  • Gilbert-Charles PICARD
  •  • 14 633 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Les monuments triomphaux »  : […] Les reliefs de l' arc de Titus , construit tout de suite après la mort de cet empereur, en 80 après J.-C., ont été considérés par F. Wickhoff et son école comme l'œuvre la plus caractéristique de la recherche du mouvement et de l'expression spatiale, par laquelle l'art romain se serait opposé à la tradition grecque. Effectivement, le panneau représentant le char de l'empereur triomphant des Juifs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rome-et-empire-romain-l-art-romain/#i_30257

SCULPTURE - Catégories

  • Écrit par 
  • Jean-René GABORIT
  •  • 3 359 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les types »  : […] Très schématiquement, le type d'une sculpture se définit d'abord selon sa localisation : selon qu'elle est intégrée ou non à un ensemble plus vaste, en général de caractère architectural, elle sera qualifiée de sculpture monumentale ou de sculpture indépendante. Il peut aussi se définir en fonction d'un critère intrinsèque : si elle traduit pleinement le volume dans un espace à trois dimensions, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-categories/#i_30257

Pour citer l’article

Catherine ARMINJON, « MÉDAILLON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/medaillon/