POINCARÉ RAYMOND (1860-1934)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Issu d'un milieu bourgeois et intellectuel, Raymond Poincaré est élu conseiller général, puis député du département de la Meuse en 1887. Au Parlement, il est très rapidement un des hommes dont l'autorité égale la compétence. À trente-six ans, il a été déjà trois fois ministre : aux Finances en 1893 et en 1894, à l'Instruction publique en 1895. Il est ambitieux et sait être prudent. L'affaire Dreyfus divisant l'opinion, il se réserve et attend. La lutte anticléricale divisant les Français (1902-1905), il s'abstient de prendre parti. Avocat célèbre à Paris, on forge autour de lui l'image du patriote lorrain et du politique désintéressé. Il est d'une parfaite honnêteté, son prestige intellectuel est grand. Sincèrement laïque et rationaliste, il est accepté par la gauche ; partisan d'une orthodoxie économique et financière, il est adversaire de l'impôt sur le revenu et plaît aux modérés. Timide et froid a-t-on dit, pourtant il aime convaincre. Dès 1899, on lui avait offert la direction du gouvernement. En 1903, il préférait le Sénat à la Chambre des députés et allait y représenter la Meuse jusqu'en 1913. En 1906, il est élu à l'Académie française. En janvier 1912, Fallières le nomme président du Conseil. Il succède à Caillaux, qui dit de lui : « Il est armé pour exercer le pouvoir [...]. De haute culture, supérieur par le savoir à la plupart des politiques de sa génération, sinon à tous. Formidable puissance de travail... » À la politique pacifique de ce dernier Poincaré oppose une politique de fermeté à l'égard de l'Allemagne et, s'attribuant le portefeuille des Affaires étrangères, resserre les alliances françaises : l'Entente cordiale et l'alliance franco-russe. À l'intérieur, il fait aboutir une réforme électorale complexe comportant le scrutin de liste avec représentation proportionnelle. Homme d'autorité partisan d'un renforcement de l'influence du président de la République, il est élu le 17 janvier 1913 par le Congrès à la succession de Fallières. Barthou lui succède à la présidence du Conseil et Poincaré s'attache à poursuivre sa politique étrangère. Il est un des partisans de la loi sur le service militaire de trois ans. Les élections de 1914 amènent un succès de la gauche. Poincaré choisit Viviani pour la présidence du Conseil. En juillet 1914, au cours d'un voyage en Russie, il apprend que l'Autriche-Hongrie a adressé à la Serbie un ultimatum. Il revient en France, où il est le symbole de l'Union sacrée ; mais c'est son vieil adversaire Clemenceau qui sera le « Père la Victoire ». Impatient de jouer de nouveau un rôle politique, il renonce à solliciter un second mandat présidentiel en 1920. Réélu sénateur de la Meuse, il devient président de la commission des Réparations, dont il démissionnera par intransigeance à l'égard de l'Allemagne. En 1921, président de la commission des Affaires étrangères du Sénat, il provoque la démission de Briand, soupçonné de mollesse lors de la conférence de Cannes sur les réparations de guerre. Il redevient président du Conseil de janvier 1922 à juin 1924 et se présente comme l'homme de « l'exécution intégrale du traité de Versailles ». En janvier 1923, il décide l'occupation de la Ruhr par les troupes françaises, ce qui isole la France sur le plan international. À l'intérieur, la crise financière amène Poincaré à utiliser pour la première fois la procédure des décrets-lois à la place de mesures normalement adoptées par les Chambres. En 1924, le Cartel des gauches lui enlève le pouvoir, mais la question financière lui redonne en 1926 la possibilité de se présenter comme l'homme de l'union nécessaire. Il est solide, certes, mais habile ; André Siegfried a écrit de lui que « les propriétaires pouvaient lui confier la clef de la caisse et les purs la garde de la République ». Il reste à la tête d'un gouvernement d'union nationale (de juillet 1926 à juillet 1929) sans les socialistes, rétablit la confiance et obtient des élections législatives triomphales pour lui en 1928. La loi monétaire du 25 juin 1928 définit le franc à un cinquième de sa valeur de 1914. Abandonné des radicaux, il reforme un cabinet de centre droit qui verra l'élaboration du plan Young et le refus des Américains de lier les dettes de guerres aux réparations. [...]

Raymond Poincaré

Photographie : Raymond Poincaré

Député, sénateur, ministre et président du Conseil à plusieurs reprises, Raymond Poincaré fut, en tant que président de la République pendant la Première Guerre mondiale, le symbole de « l'union sacrée ». 

Crédits : Bibliothèque de l'Assemblée nationate - 2019

Afficher

Première Guerre mondiale, 1914-1918

Vidéo : Première Guerre mondiale, 1914-1918

Au mois d'août 1914, les peuples européens partent pour une guerre qu'ils imaginent non seulement " fraîche et joyeuse ", mais courte : tout le monde est persuadé de pouvoir être de retour au foyer " avant la chute des premières feuilles ". Pourtant, après quelques mois d'une guerre de... 

Crédits : National Archives

Afficher

Occupation de la Ruhr

Photographie : Occupation de la Ruhr

Soldats français à Düsseldorf. Partisan, contre Briand, d'une politique de fermeté envers l'Allemagne, alors que s'enlise le dossier des réparations de guerre, Raymond Poincaré décide l'occupation militaire de la Ruhr en janvier 1923. 

Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Raymond Poincaré

Raymond Poincaré
Crédits : Bibliothèque de l'Assemblée nationate - 2019

photographie

Première Guerre mondiale, 1914-1918

Première Guerre mondiale, 1914-1918
Crédits : National Archives

video

Occupation de la Ruhr

Occupation de la Ruhr
Crédits : General Photographic Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification

Autres références

«  POINCARÉ RAYMOND (1860-1934)  » est également traité dans :

BLOC NATIONAL (1919-1924)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 888 mots
  •  • 1 média

Coalition des partis du centre et de la droite, victorieuse aux élections de novembre 1919 des radicaux et des socialistes. Renversant la majorité de gauche élue à la veille de la guerre, les droites ont, pour la première fois depuis l'instauration de la III e  République, la majorité des élus. Les candidats du Bloc national disposent de quatre cent trente-trois sièges sur six cent treize, soit pl […] Lire la suite

CARTEL DES GAUCHES (1924-1926)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 750 mots

Coalition des partis de gauche, victorieuse aux élections du 11 mai 1924, le Cartel des gauches rassemble les socialistes S.F.I.O., les radicaux-socialistes, les républicains-socialistes et la gauche radicale contre les modérés et la droite, détenteurs de la majorité dans la Chambre « bleu horizon » élue en 1919. C'est le parti du mouvement le plus uni qui bénéficie de la prime à la majorité, assu […] Lire la suite

DÉVALUATION POINCARÉ

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 267 mots

La France connaît un regain d'inflation au lendemain de la Première Guerre mondiale. L'augmentation des prix, constante, a été alimentée par la spéculation contre le franc, elle-même liée à la faible confiance des détenteurs de capitaux à l'égard des gouvernements et de leur capacité à stabiliser la monnaie. La chute du franc sur le marché des changes précède ainsi la hausse des prix intérieurs. L […] Lire la suite

FRANC FRANÇAIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 9 671 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La stabilisation Poincaré »  : […] En 1926, les prix de gros sont huit fois plus élevés qu'en 1913 . À l'effondrement de la production de 30 à 40 p. 100 succèdent une crise de reconversion et une politique de reconstruction financée par le déficit budgétaire et la création de monnaie. L'écart inflationniste est alimenté par la multiplication de l'émission de billets en contrepartie des avances au Trésor consenties par la Banque de […] Lire la suite

GRANDE GUERRE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CRONIER
  •  • 3 538 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Un pays en armes »  : […] Le 1 er  août 1914, l’annonce de la déclaration de guerre de l’Allemagne à la Russie, alliée de la France, est suivie de la mobilisation française, qui tombe au moment où la population apprend la mort du leader socialiste Jean Jaurès, assassiné la veille. À l’annonce de la mobilisation générale, les Français sont saisis de stupeur. L’attentat de Sarajevo, le 28 juin 1914, était passé presque inape […] Lire la suite

MARSEILLAISE LA

  • Écrit par 
  • Guillaume MAZEAU
  •  • 2 973 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un hymne national disputé »  : […] Malgré les oppositions monarchistes, La   Marseillaise devient officiellement hymne national le 14 février 1879. C’est le bon moment : le chant s’installe dans le paysage sonore officiel d’une République qui, dans son décorum et ses nombreux rituels, rêve de s’enraciner dans le quotidien, en particulier à partir de 1880, lorsque le 14 juillet est choisi comme jour de fête nationale. En 1882, la v […] Lire la suite

TROISIÈME RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Louis GIRARD
  •  • 14 396 mots
  •  • 23 médias

Dans le chapitre « Locarno et la stabilisation du franc (1924-1931) »  : […] Le Cartel parut une résurrection du Bloc des gauches à ceux qui déploraient l'attiédissement de l'esprit républicain. La « République des professeurs » remplaçait celle des « princes lorrains ». Mais l'alliance des socialistes et des radicaux était loin d'être profonde. Gênés par les communistes, les socialistes refusèrent d'entrer dans un ministère radical. Les chefs du Cartel contraignirent Mill […] Lire la suite

Pour citer l’article

Armel MARIN, « POINCARÉ RAYMOND - (1860-1934) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/raymond-poincare/