THOREZ MAURICE (1900-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après le décès de Maurice Thorez le 12 juillet 1964 sur le paquebot Litva qui l’emmenait pour ses vacances sur les bords de la mer Noire, Jeannette Vermeersch, sa seconde épouse, écrivait à Nikita Khrouchtchev, alors premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique : « Maurice est mort à Istanbul. C’est comme le symbole de sa vie, d’une vie entre deux mers, d’une vie entre les deux pays qu’il aimait le plus au monde : sa France et le premier pays socialiste, l’Union soviétique ».

Maurice Thorez est né le 28 avril 1900, à Noyelles-Godault, une petite ville proche d’Hénin-Beaumont, au cœur du bassin minier du Pas-de-Calais. « Fils et petit-fils de mineur, aussi loin que remontent mes souvenirs, je retrouve la rude vie du travailleur : beaucoup de peines et peu de joie », écrit-il dans son autobiographie. L’historien du Parti communiste français (PCF) Philippe Robrieux a découvert que Maurice Thorez était né hors mariage. Si son père biologique était épicier, l’homme qui épousa sa mère et le reconnut comme son fils, Louis Thorez, était mineur et l’éleva dans ce monde de corons et de « mineurs accablés par l’effort à plusieurs centaines de mètres sous terre ». Excellent élève à l’école primaire, il travaille dès l’obtention de son certificat d’études en 1912 comme trieur de pierres aux mines de Dourges. À l’automne de 1914, en compagnie de son grand-père Clément Baudry, mineur et militant guesdiste qui l’initia à la politique, il est évacué comme tous les hommes quand le Nord est envahi par les Allemands et trouve refuge dans une petite ville de la Creuse, Clugnat, de 1914 à 1917. Il y travaille comme valet de ferme. En mars 1917, Maurice et son grand-père quittent la Creuse. Dans la Somme, le jeune homme travaille comme marinier puis, après avoir été évacué dans l’Oise, comme boulanger. Après la signature de l’armistice, il regagne Noyelles-Godault et travaille à la mine jusqu’à son départ en mars 1920 pour un service militaire de vingt-quatre mois.

Maurice Thorez est séduit par la « grande lueur » qui [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directrice de recherche émérite au C.N.R.S., U.M.R. identités, relations internationales et civilisations de l'Europe, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  THOREZ MAURICE (1900-1964)  » est également traité dans :

BRUHAT JEAN (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 1 610 mots

Né le 24 août 1905 à Pont-Saint-Esprit, l'historien Jean Bruhat est mort à Paris le 11 février 1983. Pendant ses dernières années, il avait montré devant la maladie non seulement un grand courage, mais une grande vitalité : à la veille de sa disparition, il signait le service de presse d'un volume de souvenirs, Il n'est jamais trop […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-bruhat/#i_3752

COMMUNISME EN FRANCE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 833 mots

jours seulement après la signature du pacte germano-soviétique, la déclaration de guerre de la France à l'Allemagne place les militants communistes, partagés entre leur fidélité à Moscou et les exigences de l'antifascisme, dans une position ambiguë. Le secrétaire général du P.C., Maurice Thorez, choisit de déserter et part en exil en U.R.S.S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/communisme-en-france-reperes-chronologiques/#i_3752

FRIED EUGEN (1900-1943)

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 1 003 mots

comme « fractionnel » puis bientôt un « provocateur » de la police – deux allégations imaginaires –, permet à Fried de propulser à la direction les hommes qu'il a choisis et qui assureront la fidélité stalinienne du P.C.F. pendant plusieurs décennies : Maurice Thorez (secrétaire général), Jacques Duclos, Benoît Frachon, Raymond Guyot […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eugen-fried/#i_3752

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines et formation du Front populaire (1934-1936) »  : […] Paris, les dirigeants nationaux des Partis communiste, socialiste, radical, respectivement Maurice Thorez, Léon Blum et Édouard Daladier, défilent côte à côte. Le succès est tel que le Comité d'organisation de la manifestation se transforme en Comité national du Rassemblement populaire pour préparer, sur la base de l'alliance […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/front-populaire/#i_3752

P.C.F. (Parti communiste français)

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 7 067 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'apprentissage de la politique (1934-1956) »  : […] un des plus lourds tributs à la victoire des forces alliées. Les différents gouvernements de la Libération comprennent des ministres communistes, Maurice Thorez lui-même sera vice-président du conseil. Le P.C.F. s'enorgueillit enfin de compter de « grands » intellectuels comme Picasso, Paul Eluard, Paul Langevin, Frédéric Joliot-Curie. Il n'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/parti-communiste-francais/#i_3752

ROCHET WALDECK (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 1 672 mots

lente mais continue qui fera de lui l'homme de confiance puis le dauphin de Maurice Thorez. C'est ainsi qu'il sera chargé de présenter au comité central un certain nombre de rapports sur les sujets les plus divers. 1956 marque une étape importante dans sa progression vers le sommet. Après le XXe congrès du Parti communiste […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/waldeck-rochet/#i_3752

Pour citer l’article

Annette WIEVIORKA, « THOREZ MAURICE - (1900-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thorez-maurice-1900-1964/