THOREZ MAURICE (1900-1964)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après le décès de Maurice Thorez le 12 juillet 1964 sur le paquebot Litva qui l’emmenait pour ses vacances sur les bords de la mer Noire, Jeannette Vermeersch, sa seconde épouse, écrivait à Nikita Khrouchtchev, alors premier secrétaire du Parti communiste de l’Union soviétique : « Maurice est mort à Istanbul. C’est comme le symbole de sa vie, d’une vie entre deux mers, d’une vie entre les deux pays qu’il aimait le plus au monde : sa France et le premier pays socialiste, l’Union soviétique ».

Maurice Thorez est né le 28 avril 1900, à Noyelles-Godault, une petite ville proche d’Hénin-Beaumont, au cœur du bassin minier du Pas-de-Calais. « Fils et petit-fils de mineur, aussi loin que remontent mes souvenirs, je retrouve la rude vie du travailleur : beaucoup de peines et peu de joie », écrit-il dans son autobiographie. L’historien du Parti communiste français (PCF) Philippe Robrieux a découvert que Maurice Thorez était né hors mariage. Si son père biologique était épicier, l’homme qui épousa sa mère et le reconnut comme son fils, Louis Thorez, était mineur et l’éleva dans ce monde de corons et de « mineurs accablés par l’effort à plusieurs centaines de mètres sous terre ». Excellent élève à l’école primaire, il travaille dès l’obtention de son certificat d’études en 1912 comme trieur de pierres aux mines de Dourges. À l’automne de 1914, en compagnie de son grand-père Clément Baudry, mineur et militant guesdiste qui l’initia à la politique, il est évacué comme tous les hommes quand le Nord est envahi par les Allemands et trouve refuge dans une petite ville de la Creuse, Clugnat, de 1914 à 1917. Il y travaille comme valet de ferme. En mars 1917, Maurice et son grand-père quittent la Creuse. Dans la Somme, le jeune homme travaille comme marinier puis, après avoir été évacué dans l’Oise, comme boulanger. Après la signature de l’armistice, il regagne Noyelles-Godault et travaille à la mine jusqu’à son départ en mars 1920 pour un service militaire de vingt-quatre mois.

Maurice Thorez est séduit par la « grande lueur » qui s’est levée à l’Est avec la révolution bolchevique. Adhérent de la SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière), il prend parti pour l’adhésion à la IIIe Internationale, le Komintern. Dès lors, il est un militant de la Section française de l’Internationale communiste, le Parti communiste, et, très vite après son retour du service militaire, un « révolutionnaire professionnel », c’est-à-dire un fonctionnaire du parti, un permanent des organisations communistes, dont la ligne d’action est décidée à Moscou. Son ascension est rapide : membre du comité central en 1924, du bureau politique en 1925, il siège au secrétariat la même année. Le séjour qu’il effectue à Moscou à l’été de 1930, après avoir passé onze mois en prison (juin 1929-avril 1930), principalement à Nancy, est décisif. Il devient de fait le secrétaire général du parti. Alors qu’il est marié à Aurore Membœuf dont il a un fils, Maurice Junior, il rencontre au Lux, l’hôtel du Komintern, une jeune ouvrière en stage, Jeannette Vermeersch. Ils vivent ensemble à partir de 1934, ont trois enfants (Jean, Paul et Pierre) et se marient en 1947, quand Maurice obtient d’Aurore le divorce.

Avec le Front populaire, Thorez devient une personnalité d’envergure nationale et le Parti communiste un mouvement qui compte dans la vie politique. En 1937, il publie son autobiographie, Fils du peuple, rédigée par sa plume Jean Fréville, qui sera rééditée en 1949 et en 1960, et deviendra un manuel d’histoire du PCF et le support du culte dont il est l’objet, surtout lors de la grandiose célébration organisée pour son cinquantième anniversaire. Car Maurice Thorez incarne le Parti communiste français, « le Parti » avec une majuscule, comme pour signifier qu’il est le seul. Son destin est emblématique d’une génération de très jeunes ouvriers nés avec le siècle qui s’est élevée dans la société non grâce à la méritocratie de l’école républicaine, puisqu’ils ne peuvent la fréquenter au-delà du certificat d’études primaires, mais par la politique. Ces hommes lui doivent tout : l’éducation, le travail, le logement, les loisirs, les amours. En servant « le Parti », qui promet à la classe ouvrière « des lendemains qui chantent », ils ont le sentiment d’être fidèles à leurs origines, de servir leur classe sociale, même si leur mode de vie n’a plus rien à voir avec celui du milieu dont ils sont issus.

Le 23 août 1939, l’Union soviétique et l’Allemagne nazie signent un pacte de non-agression et se partagent notamment la Pologne. La guerre, qualifiée par Staline d’impérialiste, ne concerne donc pas les communistes. À la fin de septembre, le PCF est interdit. Le 3 octobre 1939, Thorez, qui comme tous les communistes a répondu à la mobilisation et se trouve à Chauny (Aisne), déserte, passe clandestinement la frontière avec la Belgique et arrive, le 8 novembre 1939, en Union soviétique. Il y reste le temps de la guerre, à Moscou d’abord, puis quand le Komintern est évacué, à Oufa (Bachkirie), avant de regagner Moscou. Sa désertion comme son long séjour en URSS resteront jusqu’au début des années 1980 un secret du Parti. Après que sa condamnation pour désertion a été amnistiée par de Gaulle, qui s’apprête à se rendre en Union soviétique, il retrouve le 26 novembre 1944 la France et la direction du PCF. Il s’est auparavant entretenu avec Staline, qui lui a conseillé de trouver des alliés parmi les socialistes et les radicaux, car l’heure n’est pas à la révolution, mais à la reconstruction du pays. Le Parti communiste, dont le rôle fut important dans la Résistance, est puissant, recueillant plus d’un quart des suffrages lors de chaque élection. Maurice Thorez est successivement ministre d’État dans le gouvernement de Gaulle et vice-président du Conseil dans ceux de Félix Gouin, Georges Bidault et Paul Ramadier qu'il quitte à regret, avec les autres ministres communistes en mai 1947. On lui doit notamment le statut de la fonction publique. L’historienne Annie Kriegel appellera la ligne politique adoptée par Thorez pendant cette période qui suit la Seconde Guerre mondiale « le national-thorézisme ».

La guerre froide rejette le Parti communiste dans une opposition radicale et parfois violente comme pendant la guerre d’Indochine ou lors de la manifestation contre la visite du général Ridgway (28 mai 1952), accusé d’user d’armes bactériologiques dans la guerre de Corée. Thorez n’est alors pas en France. Victime d’une attaque cérébrale en octobre 1950, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directrice de recherche émérite au C.N.R.S., U.M.R. identités, relations internationales et civilisations de l'Europe, université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  THOREZ MAURICE (1900-1964)  » est également traité dans :

BRUHAT JEAN (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Madeleine REBÉRIOUX
  •  • 1 610 mots

Né le 24 août 1905 à Pont-Saint-Esprit, l'historien Jean Bruhat est mort à Paris le 11 février 1983. Pendant ses dernières années, il avait montré devant la maladie non seulement un grand courage, mais une grande vitalité : à la veille de sa disparition, il signait le service de presse d'un volume de souvenirs, Il n'est jamais trop tard et, désireux de collaborer à l'édition en vingt volumes des […] Lire la suite

FRIED EUGEN (1900-1943)

  • Écrit par 
  • Stéphane COURTOIS
  •  • 1 003 mots

Eugen Fried est né le 13 mars 1900 à Trnava (Tyrnau en allemand et Nagyszombat en hongrois), ville de l'ancien Empire austro-hongrois, actuellement en Slovaquie. Né dans une famille juive de petits commerçants, Eugen (Jenö) fait de brillantes études secondaires et obtient son baccalauréat en 1917. Mais il est happé par le mouvement révolutionnaire qui traverse dès 1918 l'Europe centrale à la suite […] Lire la suite

FRONT POPULAIRE

  • Écrit par 
  • Serge BERSTEIN
  •  • 4 922 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Origines et formation du Front populaire (1934-1936) »  : […] Le Front populaire apparaît comme la réponse à une triple crise. Tout d'abord, une crise économique qui, partie des États-Unis en 1929, atteint la France en 1931 et se caractérise par une chute de la production et des exportations à laquelle les gouvernements tentent de remédier par la déflation, c'est-à-dire par la diminution des dépenses publiques destinée à faire baisser les prix. Or celle-ci […] Lire la suite

GAUCHE EN FRANCE DANS L'ENTRE-DEUX-GUERRES (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 521 mots

Décembre 1920 Réunie en congrès à Tours, la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO) se scinde en deux partis. Majoritaires, les partisans de l'adhésion à la III e  Internationale créent la Section française de l'Internationale communiste (rebaptisée Parti communiste, PC, en 1921), tandis que la minorité menée par Léon Blum demeure au sein de la SFIO. Mai 1924 Le Cartel des gauches, […] Lire la suite

PCF (Parti communiste français)

  • Écrit par 
  • Bernard PUDAL
  •  • 7 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'apprentissage de la politique (1934-1956) »  : […] Durant les années 1920 et au début des années 1930, tout se passe comme si la formation d'un parti de type nouveau occupait l'essentiel des énergies militantes et n'avait pu s'opérer que dans une relative indifférence aux enjeux électoraux et à ceux du champ politique lui-même. À partir de 1933-1934, après l'échec historique du Parti communiste allemand (K.P.D.), l'arrivée d'Hitler au pouvoir et […] Lire la suite

ROCHET WALDECK (1905-1983)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 1 672 mots

Le crâne chauve et bosselé, le visage massif et taillé comme à coups de serpe, l'allure d'un personnage de Tourgueniev, l'éloquence lente marquée de l'accent rocailleux du terroir bourguignon, Waldeck Rochet, secrétaire général du Parti communiste français de 1964 à 1972, puis président d'honneur jusqu'en 1979, apparaît comme une personnalité marquante de l'histoire duP.C.F., qu'il contribuera à […] Lire la suite

Pour citer l’article

Annette WIEVIORKA, « THOREZ MAURICE - (1900-1964) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-thorez/