Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MARS, planète

Bilan d'une décennie d'exploration martienne

Depuis 1997 et la reprise des missions martiennes, après une interruption de presque deux décennies, des progrès considérables ont été accomplis dans notre connaissance de la planète rouge. L'existence d'une période chaude et humide sur Mars semble désormais acquise, ce qui accroît la probabilité qu'une forme de vie ancienne y soit un jour apparue. Si des traces de cette vie existent encore aujourd'hui, une décennie devrait cependant être nécessaire pour les découvrir. Ensuite, une mission de retour d'échantillons s'imposera logiquement, afin de pouvoir analyser sur Terre ces précieux indices et déterminer quel type de vie a pu exister ailleurs que sur notre planète. Peut-être alors obtiendrons-nous une réponse à la question que se pose l'homme depuis qu'il a levé les yeux vers le ciel : sommes-nous seuls dans l'Univers ?

Un engouement ancestral

Sonde martienne <em>Mariner 4</em>

Sonde martienne Mariner 4

De toutes les planètes du système solaire, Mars est sans conteste celle qui a toujours présenté un attrait particulier pour les astronomes et le public. La cause de cet engouement provient du fait que, dès la fin du xviiie siècle et, surtout, au xixe, des observateurs ont découvert que la planète rouge possédait des calottes polaires aux dimensions très variables selon les saisons. Cette glace aux pôles ne pouvait être que de l'eau gelée (nous verrons que ce n'est pas tout à fait exact). Or, s'il y avait de l'eau, le raisonnement de l'époque impliquait qu'il y avait « certainement » de la vie. À la fin du xixe siècle, de nombreux observateurs – au premier rang desquels l'astronome italien Giovanni Schiaparelli, qui élabora une carte très détaillée de la planète rouge – prétendront même avoir discerné des canaux artificiels creusés par les Martiens. La thèse alors soutenue par Percival Lowell aux États-Unis, et abondamment diffusée en France sous la plume enthousiaste de Camille Flammarion (notamment dans son ouvrage La Planète Mars, publié en 1896), était la suivante : les Martiens vivent une catastrophe climatique entraînant la sécheresse des régions des latitudes moyennes et ils déploient par conséquent des efforts extraordinaires afin de faire fondre la glace des pôles et d'envoyer l'eau de fonte irriguer les terres grâce à un gigantesque réseau de canaux. La théorie de Lowell – qui publiera notamment Mars and Its Canals, en 1906 – suscitera une vive controverse mais sera finalement abandonnée au vu des clichés de la surface de Mars réalisés par la sonde américaine Mariner-4, qui, lancée le 28 novembre 1964, passera le 15 juillet 1965 à moins de 10 000 kilomètres de la surface de Mars, et transmettra 21 images révélant pour la première fois des détails de cette surface. Les « canaux » n'étaient que des illusions d'optique, mais le mythe des Martiens était né, et perdurera jusqu'à nos jours.

Avec l'émergence de l'ère spatiale, l'évolution des connaissances de Mars a connu deux phases importantes : d'une part, dans les années 1970, d'autre part, depuis 1997. Trois missions américaines – Mariner-9 (1971-1972), Viking-1 (1976-1982) et Viking-2 (1976-1980) – vont apporter un grand nombre de résultats dont l'exploitation prendra une vingtaine d'années. Nous nous limiterons volontairement ici aux découvertes liées à la problématique de l'eau. La cartographie globale de Mars est établie avec une résolution d'un kilomètre, voire 100 mètres localement. Les images acquises par les sondes orbitales apportent les preuves indiscutables qu'un liquide a coulé jadis sur Mars. Des lits de fleuves asséchés semblables à ceux de nos fleuves terrestres sont mis en évidence, et des régions ayant subi des débâcles dévastatrices sont découvertes ; ces débâcles ont[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : docteur en physique, directeur adjoint du service d'aéronomie du C.N.R.S., Verrières-le-Buisson, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : secrétaire de la Commission de l'exploration spatiale, Société astronomique de France
  • : doyen de l'U.F.R. sciences, université de Paris-XI-Sud
  • : docteur ès sciences, responsable des programmes d'exploration du système solaire au Centre national d'études spatiales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Mars

Mars

Mars au printemps

Mars au printemps

Terre et Mars : caractéristiques physiques et orbitales

Terre et Mars : caractéristiques physiques et orbitales

Autres références

  • MISSIONS MARTIENNES - (repères chronologiques)

    • Écrit par Olivier de GOURSAC
    • 835 mots
    • 2 médias

    1965 Lancée le 28 novembre 1964, la sonde américaine Mariner-4 passe le 15 juillet 1965 à 9 780 kilomètres de la surface de Mars ; elle transmet 21 images, qui révèlent pour la première fois des détails de cette surface.

    1969 Lancée le 25 février 1969, la sonde américaine Mariner-6...

  • ARGILES

    • Écrit par Daniel BEAUFORT, Maurice PAGEL
    • 2 654 mots
    • 7 médias
    Les argiles martiennes (smectites, kaolinite, illite, chlorite...) ont été découvertes en 2004 par l'analyse spectrale (spectrométrie infrarouge) de la surface de la planète Mars au cours de la mission Mars Express. Depuis lors, les missions d'exploration ont confirmé l'existence d'argiles sur de grandes...
  • ASTROLOGIE

    • Écrit par Jacques HALBRONN
    • 13 311 mots
    ...on nomme les nouveaux astres en puisant dans un panthéon inépuisable de dieux et de déesses, voire de figures littéraires. On n'a pas inventé le dieu Mars parce qu'il y avait une planète rouge (l'Horus rouge des Égyptiens), on a nommé cette planète Mars à cause de sa couleur. Il est généralement assez...
  • ASTRONOMIE

    • Écrit par James LEQUEUX
    • 11 339 mots
    • 20 médias
    ...alors jamais atteinte. Il fournit en particulier les images les plus profondes de l'Univers. Les années 1990 voient aussi les États-Unis triompher sur Mars : la sonde spatiale Mars Global Surveyor est placée le 11 septembre 1997 sur une orbite martienne afin de cartographier la surface de cette planète...
  • DÔME DE THARSIS, Mars

    • Écrit par Gabriel TOBIE
    • 1 685 mots
    • 1 média

    La région de Tharsis, caractérisée par un vaste soulèvement d’environ 5 500 kilomètres de diamètre, est le plus grand complexe volcanique de la planète Mars et du système solaire. Dix mille fois plus massif que le plus grand volcan terrestre (le Mauna Loa à Hawaii), ce dôme volcanique...

  • Afficher les 21 références

Voir aussi