Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LOWELL PERCIVAL (1855-1916)

L'astronome américain Percival Lawrence Lowell naît le 13 mars 1855 à Boston. Membre d'une célèbre famille du Massachusetts (il est le frère de la femme de lettres Amy Lowell), il fait parallèlement carrière dans les littérature et la diplomatie de 1883 à 1893. Il décrit ses nombreux voyages en Extrême-Orient dans Chosön (1886), The Soul of the Far East (1888), Noto (1891) et Occult Japan (1895).

Dans les années 1890, intrigué par les « canaux » découverts sur Mars par Giovanni Schiaparelli, Lowell décide de consacrer son temps et sa fortune à l'étude de cette planète. Après avoir évalué longuement différents sites, il construit un observatoire privé à Flagstaff, en Arizona. Il devient alors le plus ardent défenseur d'une théorie interprétant ces traces de canaux comme de très larges bandes de végétation longeant des fossés d'irrigation creusés par des êtres intelligents pour utiliser l'eau des calottes polaires d'une planète qui, sans cela, serait condamnée. Parmi ses nombreux ouvrages sur le sujet, citons Mars and Its Canals (1906). La théorie de Lowell suscite une vive controverse mais sera finalement abandonnée au vu des clichés de la surface de Mars réalisés par la sonde américaine Mariner-4 en juillet 1965.

Au début du xxe siècle, Lowell réalise une étude mathématique approfondie de l'orbite d'Uranus. Il attribue certaines de ses irrégularités à l'action d'une planète invisible située au-delà de Neptune et calcule sa position probable. En 1905, il demande au personnel de son observatoire de faire une recherche systématique de cette planète et, en 1915, publie un article intitulé « Memoir on a Trans-Neptunian Planet ». Ces recherches aboutiront, 14 ans après sa mort (le 12 novembre 1916, à Flagstaff), à la découverte de Pluton, le 18 février 1930, par Clyde William Tombaugh.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • MARS, planète

    • Écrit par Éric CHASSEFIÈRE, Olivier de GOURSAC, Philippe MASSON, Francis ROCARD
    • 18 460 mots
    • 63 médias
    ...Schiaparelli, qui élabora une carte très détaillée de la planète rouge – prétendront même avoir discerné des canaux artificiels creusés par les Martiens. La thèse alors soutenue par Percival Lowell aux États-Unis, et abondamment diffusée en France sous la plume enthousiaste de Camille Flammarion (notamment...

Voir aussi