MARCION (85 env.-env. 160)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Hérétique chrétien, né à Sinope (Pont). Marcion vint à Rome vers 140, eut des démêlés avec l'Église locale et en fut chassé en 144. Influencé par le gnostique Cerdon, Marcion fonda une Église fortement hiérarchisée, qui regroupa un grand nombre de fidèles en Orient au moins jusqu'au ve siècle. L'historien allemand Adolf von Harnack a donné de l'œuvre de Marcion une reconstitution et une interprétation dans lesquelles il projetait beaucoup de ses sentiments de protestant libéral.

Marcion semble avoir été marqué par l'opposition paulinienne de la Loi et de l'Évangile, telle qu'elle apparaît dans les Épîtres aux Romains et aux Galates. La prise de conscience de cette opposition entre la justice vindicative de l'Ancien Testament et l'amour miséricordieux du Nouveau Testament a eu chez Marcion valeur d'illumination. Le Christ a révélé un Dieu radicalement différent du Dieu de l'Ancien Testament. Le surgissement de la révélation du Dieu de miséricorde discrédite irrévocablement l'ancienne disposition. L'Église chrétienne ne doit pas, selon la métaphore évangélique, mettre « le vin nouveau dans de vieilles outres ». Marcion ressent comme une vocation impérieuse le devoir de purifier la foi chrétienne de sa gangue hébraïque et de libérer l'homme de la domination du Dieu justicier. Or, dès les origines chrétiennes, il s'est opéré un mouvement de judaïsation du christianisme qui n'a pas épargné le milieu apostolique, de sorte que la révélation du Christ a été falsifiée par une identification du Père de Jésus-Christ avec le Dieu de l'Ancien Testament. Guidé par les invectives de Paul contre ceux qui retournent à la Loi et oublient l'Évangile, Marcion essaie d'éliminer du Nouveau Testament toutes les « interpolations » judaïsantes. Il choisit parmi les Évangiles celui de Luc, qui accentue au maximum la rupture avec l'Ancien Testament, tandis q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, chargé de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  MARCION (85 env.-env. 160)  » est également traité dans :

BARDESANE (154 env.-env. 222)

  • Écrit par 
  • Richard GOULET
  •  • 299 mots

Philosophe, astrologue et poète d'Édesse. Converti au christianisme, Bardesane (Bar Dīṣān, en syrien Ibn Dayṣān) vécut à la cour Abgar IX d'Édesse. Il composa en langue syriaque de nombreux ouvrages, dont il reste peu de chose : un Dialogue des lois du pays , retrouvé dans son texte syriaque original et peut-être identique au traité Sur le destin qui fu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bardesane/#i_3923

BIBLE - Ancien et Nouveau Testament

  • Écrit par 
  • Paul BEAUCHAMP, 
  • Xavier LÉON-DUFOUR, 
  • André PAUL
  •  • 10 302 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La formation du Nouveau Testament »  : […] À la différence de l'Ancien Testament, qui, selon les confessions protestante ou catholique, comporte un nombre varié d'ouvrages, le Nouveau Testament a aux yeux de tous les croyants la même extension. Les seules divergences actuelles sont motivées par des considérations de critique textuelle. Ainsi en va-t-il pour la finale de Marc, xvi , 9-20, le passage sur la sueur de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bible-ancien-et-nouveau-testament/#i_3923

ÉVANGILES

  • Écrit par 
  • Xavier LÉON-DUFOUR
  •  • 8 254 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Questions de critique littéraire »  : […] Les évangiles ne sont pas des comptes rendus qui se veulent d'une objectivité dite scientifique : ce sont des œuvres écrites par des hommes de foi, pour susciter ou fortifier la foi des lecteurs. Une double question surgit aussitôt : offrent-ils dès lors un rapport objectif des faits tels qu'ils se sont passés ? Le « Christ de la foi » (c'est-à-dire le Christ vu par les évangélistes) est-il ident […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evangiles/#i_3923

GNOSTICISME

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT, 
  • Michel TARDIEU
  •  • 10 629 mots

Dans le chapitre « Un terme ambigu »  : […] Le premier usage du mot « gnostique » a été fixé par les Pères de l'Église, de Justin et Irénée à Théodoret. Ce terme n'a pas été inventé par eux, puisque Épiphane mentionne, à l'intérieur de la communauté chrétienne d' Alexandrie, l'existence d'un groupe de gens s'appelant eux-mêmes gnostiques. Des non-chrétiens, tels Plotin, Porphyre, Jamblique, connaissent aussi de semblables groupes. Les héré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnosticisme/#i_3923

TERTULLIEN (155 env.-env. 225)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude FREDOUILLE
  •  • 3 943 mots

Dans le chapitre « Écrits de controverse doctrinale »  : […] Reste un troisième ensemble d'ouvrages portant essentiellement sur la « règle de foi » : Contre les juifs d'abord ( Adversus Judaeos , env. 198), et surtout contre les gnostiques et les marcionites. Au cours de ces polémiques antihérétiques, Tertullien fit l'expérience des longues discussions, souvent stériles, généralement sans vainqueur ni vaincu. Pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tertullien/#i_3923

Pour citer l’article

Richard GOULET, « MARCION (85 env.-env. 160) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marcion/