FUMAROLI MARC (1932- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Marc Fumaroli est né en 1932 à Marseille. C'est à Fès qu'il commence des études qui le prépareront à l'enseignement des lettres. Sa carrière universitaire est un modèle de régularité. L'université d'Aix-en-Provence et la Sorbonne le conduisent à l'agrégation de lettres classiques puis au doctorat ès lettres. De 1965 à 1976, il enseigne à la faculté de Lille puis à Paris-IV où il est nommé professeur en 1978. En 1986, le Collège de France lui confie la chaire de rhétorique et société en Europe (xvie-xviie siècle).

Tout au long de son enseignement, Marc Fumaroli s'est imposé comme un penseur des plus originaux ; remettant en question une histoire de la « chose littéraire » restée, dans l'Université française, fidèle à la tradition de Gustave Lanson et de Daniel Mornet, il s'est attaché à révéler, derrière les constructions du langage, les structures d'une civilisation et d'un art de penser dont nous sommes les héritiers parfois ignorants et oublieux. Marc Fumaroli est élu à l’Académie française le 2 mars 1995.

En effet, Marc Fumaroli ne s'est jamais contenté d'exercer la magistrature « assise » de l'universitaire. Au sein du C.N.R.S., au conseil scientifique de la Bibliothèque nationale, au comité consultatif des Universités, à la présidence des Amis du Louvre, il a pris part, souvent avec ardeur, aux conflits d'actualité qui secouaient la vie intellectuelle du pays.

L'œuvre de Marc Fumaroli est importante. Publié en 1980, né de sa thèse de doctorat, L'Âge de l'éloquence en constitue en quelque sorte le porche. Sur ce texte fondamental viennent se greffer quelques ouvrages majeurs : Héros et orateurs en 1990, puis, en 1994, L'École du silence et La Diplomatie de l'esprit, et, en 1997, un Jean de La Fontaine en son siècle, élaboré à partir des cours donnés au Collège de France. On aurait tort de limiter à ces seuls volumes magistraux l'exposé d'une pensée qui s'est exprimée dans de nombreuses publications, articles, préfaces ou communications.

Pour une bonne part, ces textes ont ét [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  FUMAROLI MARC (1932- )  » est également traité dans :

CHATEAUBRIAND. POÉSIE ET TERREUR (M. Fumaroli)

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis REY
  •  • 1 109 mots

Goethe avait intitulé Poésie et vérité son autobiographie, où se formule un certain idéal du moi. Symétriquement, la méditation sur les fractures du temps et sur les interférences entre histoire personnelle et histoire politique conduit Marc Fumaroli à baptiser son essai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chateaubriand-poesie-et-terreur/#i_70458

EXERCICES DE LECTURE (M. Fumaroli)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 996 mots

Professeur au Collège de France depuis 1986, élu à l'Académie française en 1995, membre de nombreuses associations internationales, invité dans les plus célèbres universités tant anglo-saxonnes qu'européennes, Marc Fumaroli se signale par une œuvre critique qui dépasse celle du grand spécialiste du xviie s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exercices-de-lecture/#i_70458

HISTOIRE DE LA RHÉTORIQUE DANS L'EUROPE MODERNE 1450-1950 (dir. M. Fumaroli)

  • Écrit par 
  • Françoise DOUAY-SOUBLIN
  •  • 1 045 mots

Élaboré dans l'Athènes et la Rome antiques, puis christianisé, le programme civilisateur de la rhétorique, « art et artisanat de la parole » dans les sociétés humaines, fut, en Italie puis dans toute l'Europe, remis à l'honneur à la Renaissance, pour limiter l'empire de la science scolastique. Ainsi, du xv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-rhetorique-dans-l-europe-moderne-1450-1950/#i_70458

ANCIENS ET MODERNES

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC, 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 5 036 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La question du « merveilleux chrétien » »  : […] Ainsi Marc Fumaroli a montré qu'en France le parti des Modernes est apparu directement dans l'entourage de Richelieu, au service d'un idéal de grandeur nationale lié à l'absolutisme naissant, et qui passait notamment par l'affirmation de la langue française, en lieu et place du latin et des autres langues – à commencer par l'italien – pouvant prétendre à sa succession en Europe. Historiquement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anciens-et-modernes/#i_70458

RHÉTORIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • Alain BRUNN
  •  • 1 669 mots

Dans le chapitre « Un modèle d'enseignement »  : […] Développée par Aristote, acclimatée à la latinité par Cicéron puis Quintilien, enfin intégrée par Augustin et les Pères de l'Église au christianisme, la rhétorique a considérablement changé de visage dans ces différentes périodes. Progressivement écartée au cours du Moyen Âge, elle fait retour pendant la Renaissance qui redécouvre les textes antiques. Elle établit les moyens de fabriquer un bon d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rhetorique-notion-de/#i_70458

COMPAGNON ANTOINE (1950- )

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 110 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le recours au roman »  : […] Mis à part avec ses amis de jeunesse, c’est sans nul doute avec ses deux prédécesseurs au Collège de France qu’Antoine Compagnon entretient successivement les liens les plus nourris dans le champ des études littéraires. À l’instar de Roland Barthes et de Marc Fumaroli, il incarne en effet une position à la fois souveraine et menacée, à savoir celle d’un gardien du temple de la littérature et de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-compagnon/#i_70458

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 910 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire et formes »  : […] Dans un premier temps, au tournant des années 1980, le reflux de la vague structuraliste a pu être interprété comme une victoire sans partage de l'histoire littéraire. Cependant, on s'est vite aperçu que la complémentarité des pratiques était devenue essentielle. Dès 1984, un dialogue fructueux réunissait dans les colonnes de la revue Le Débat (n o   […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_70458

BAROQUE / CLASSIQUE, notion de

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 575 mots

Dans le chapitre « La doctrine classique et le rapport au temps »  : […] Dans tous les cas, la France du xvii e  siècle semblait exclue : « cartésienne », c'est-à-dire raisonnable, et plus gallicane qu'ultramontaine (l'art que nous qualifions de baroque : celui du Bernin, était alors dit « italien » ou « romain ») ; surtout, tributaire d'une tout autre définition du classique, par référence non à la Renaissance, ni mêm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baroque-classique-notion-de/#i_70458

Pour citer l’article

Jean-François LABIE, « FUMAROLI MARC (1932- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/marc-fumaroli/