MARAIS & VASIÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les vasières littorales

Les vasières constituent le milieu de formation des marais maritimes sur les rivages des mers à marée. Elles sont faites de dépôts fins, argileux, plus ou moins calcaires. Tantôt l'essentiel des sédiments provient des fleuves comme dans la baie de Chesapeake, aux États-Unis, tantôt la majeure partie est fournie par les fonds marins proches comme c'est vraisemblablement le cas pour la mer des Wadden, en arrière des îles frisonnes sur la rive méridionale de la mer du Nord. Les mouvements marins provoquent une certaine homogénéisation des stocks sédimentaires. La mise en place de ces alluvions fines se produit dans des zones calmes comme les estuaires (par ex. Gironde), les fonds de baie (baie de Fundy, au Canada), les estrans protégés par des cordons littoraux (baie de Somme, en arrière du cordon littoral du Hourdel). Les dépôts s'effectuent essentiellement lors des pleines mers et au début de la marée descendante ; C. Francis-Bœuf a pu comparer la sédimentation sur les vasières des rives des estuaires au dépôt des particules sur les parois d'une baignoire qui se vide.

Sur les rivages des mers chaudes de la zone intertropicale, les vasières sont couvertes par une formation végétale particulière, la mangrove, où divers genres de palétuviers (Sonneratia, Rhizophora, Avicennia) se présentent le plus souvent en bandes parallèles étagées. Les côtes africaines de l'océan Indien et du golfe de Guinée, celles du Brésil offrent de beaux exemples de mangroves.

Dans les régions tempérées et froides, on distingue la slikke (du néerlandais slijk = boue) et le schorre (du néerlandais schor = présalé). La slikke est une vasière plus ou moins molle couverte par les pleines mers de marée moyenne ; elle ne connaît que de courtes périodes de dessiccation. Sa morphologie montre un réseau, finement hiérarchisé, de chenaux qui drainent les vasières à marée descendante. Des herbiers à zostères couvrent parfois les parties inférieures et moyennes de la slikke. Une faune assez riche habite ce milieu ; elle est composée de Crustacés comme Corophium volutator, de Gastéropodes comme Hydrobia ulvae et de Lamellibranches comme Scrobicularia plana. En général, les sédiments sont d'autant plus fins que le niveau est plus élevé : les chenaux sont sableux, la haute slikke argileuse. Celle-ci est colonisée par des touffes de végétation ; les spartines en particulier (Spartina stricta, Spartina Townsendi...) apparaissent sous forme de touffes isolées rapidement coalescentes ; des salicornes (Salicornia herbacea) se développent chaque année. Les dépôts sont particulièrement abondants sur la haute slikke et les halophytes contribuent à les fixer définitivement. Le colmatage s'accentuant, le tapis végétal se développe et un début d'évolution pédologique se dessine avec l'apparition d'une structure : la slikke fait place au schorre. La végétation du schorre est plus variée que celle de la haute slikke, mais le nombre d'espèces qui acceptent le milieu salé est relativement faible. Le paysage végétal y est assez monotone : Puccinellia maritima, Obione portulacoides, Statice limonium, Agropyrum pungens, etc. L'érosion est très limitée sur la surface des schorres, sauf dans les régions froides en raison du raclage par les glaces flottantes et de l'arrachement de radeaux de glace. Ailleurs, il n'y a guère qu'une érosion latérale, avec migration des chenaux, et cette attaque donne naissance à une microfalaise. L'homme est parfois intervenu pour favoriser la sédimentation sur les hautes slikkes et les schorres, comme entre les îles frisonnes et le continent, en construisant des barrages, puis en creusant des rigoles pour favoriser l'égouttement des slikkes et même en plantant ou en semant des halophytes. Toutes ces techniques créent de véritables « jardins de vase », paysages caractéristiques des rivages de la mer des Wadden, de la Zélande au Jutland.

Schorre et slikke

Dessin : Schorre et slikke

Les vasières : schorre et slikke 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Jardins de vase de la mer du Nord

Dessin : Jardins de vase de la mer du Nord

Les « jardins de vase », destinés à accélérer les atterrissements sur les côtes néerlandaises, allemandes et danoises de la mer du Nord. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les vasières sont aussi occupées dans de nombreuses régions par des bouchots à moules (anse de l'Aiguillon) ou par des pêcheries en fascinages, le plus souvent disposées en V dans l'angle duquel on capture, à l'aide de filets, le poisson à marée descendante (baie du Mont-Sain [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Schorre et slikke

Schorre et slikke
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Jardins de vase de la mer du Nord

Jardins de vase de la mer du Nord
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Crêtes dues à l'inversion du relief d'anciens chenaux

Crêtes dues à l'inversion du relief d'anciens chenaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Marais salant

Marais salant
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur de laboratoire à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  MARAIS & VASIÈRES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 920 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Accumulations vaseuses littorales »  : […] Bien différentes des plages et des cordons sont les accumulations vaseuses : elles se caractérisent par la présence, dans le sédiment, d'une fraction fine suffisamment abondante pour assurer la cohésion de l'ensemble, de sorte que les particules ne peuvent répondre individuellement aux sollicitations des houles ou des courants, aussi longtemps que le sédiment n'a pas été dissocié. Ces particules […] Lire la suite

BONIFICATION DES SOLS

  • Écrit par 
  • Roger BÉTEILLE
  •  • 590 mots

Bonifier une terre, c'est la rendre productive. Cependant, le terme italien bonifica et la politique qui s'y attache ne concernent pas seulement la production agricole. L'œuvre de bonification intéresse des domaines naturels improductifs ou déshérités : marécages, montagnes ruinées par l'érosion, deltas menacés par les défluviations. Le but est de tirer le meilleur de ces territoires restés jusqu […] Lire la suite

FER - Minerais de fer

  • Écrit par 
  • Louis BUBENICEK, 
  • Éric HESS, 
  • Richard PAZDEJ
  •  • 5 182 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les minerais des marais »  : […] Dans les régions nordiques d'Europe et d'Amérique, de nombreux marais présentent sur leur fond et certaines rives des formations ferrugineuses qui ont été exploitées comme minerai de fer et le sont encore localement. Les amas sont peu importants en tonnage. Ils sont formés de limonite, chlorites, argiles et sable. La texture fine est cellulaire et poreuse. Ces minerais ont une composition chimiqu […] Lire la suite

LACS

  • Écrit par 
  • Bernard DUSSART
  •  • 9 338 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Étangs et marais »  : […] Par définition, un étang est un réservoir d'eau vidangeable et fait de main d'homme. Quand il n'est plus exploité, ni vidangé, il évolue vers un état d'équilibre qui l'apparente à un lac. En raison de ses caractères propres, et notamment de sa faible profondeur (en général 1 à 2 m), des facteurs y jouent un rôle moins important que dans un lac et d'autres voient leur action grossie. Ainsi, la str […] Lire la suite

MANGROVES

  • Écrit par 
  • Frédéric BALTZER, 
  • Georges MANGENOT, 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER
  •  • 3 134 mots
  •  • 2 médias

Les mangroves sont des communautés biotiques d'animaux et de végétaux , d'aspect très particulier, caractéristiques de vases littorales marines soumises au flux et au reflux des marées. Elles n'existent que dans les régions tropicales et subtropicales humides, arides ou même désertiques (l'eau nécessaire à la vie est fournie par la mer) : elles atteignent la Floride, le sud du Japon et le nord d […] Lire la suite

MARSCHEN

  • Écrit par 
  • Pierre RIQUET
  •  • 208 mots

Terme géographique allemand assez comparable à celui de polder, Marschen qualifie des marais asséchés et protégés par des digues. Les Marschen couvrent environ 8 000 kilomètres carrés à proximité et sur le littoral allemand de la mer du Nord. Ils sont de deux sortes : maritimes ( Seemarschen ) ou le long des grands fleuves ( Flussmarschen ) : Ems, Hunte, Weser, Elbe (jusqu'à Lauenburg). Constitués […] Lire la suite

MONT-SAINT-MICHEL BAIE DU

  • Écrit par 
  • Jean Claude LEFEUVRE
  •  • 3 258 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelle conception des aménagements et modèles actuels »  : […] L'apport de l'écologie . Après l'abandon du projet sur le Couesnon, de nouvelles solutions dites « douces » ont été envisagées, éliminant les interventions considérées comme trop agressives pour l'environnement et la qualité paysagère du site. Après avoir été centrées sur le Mont-Saint-Michel et ses abords, les études prennent en compte désormais la baie dans son ensemble qui est constituée d'éco […] Lire la suite

POLDER

  • Écrit par 
  • André GAMBLIN
  •  • 2 350 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exemple néerlandais »  : […] La poldérisation était connue des Sumériens et des Étrusques avant que les Néerlandais ne deviennent les maîtres de cet art. Les premières digues ont probablement été élevées en Frise et en Flandre ainsi qu'en Zélande dès avant le ix e  siècle. Entre ces deux régions, la Hollande ne commence la poldérisation que vers le xii e  siècle ; dès le xiii e  siècle, elle vient au premier rang des pays qui […] Lire la suite

THIXOTROPIQUES BOUES

  • Écrit par 
  • Michèle LE GOAZIGO
  •  • 588 mots

Dans la classification de J. Bourcart, boues et vases font partie de l'ensemble des poudres, particules de diamètre compris entre 1 et 20 micromètres. Ces sédiments visqueux, homogènes, aux couleurs variées, souvent assez foncées, couvrent le fond des lacs, des étangs, des canaux, des rivières et de grandes étendues du plateau continental. Ensembles complexes, le plus souvent argileux, ils sont fo […] Lire la suite

TOURBIÈRES

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 3 142 mots
  •  • 4 médias

Biotopes très originaux, les tourbières sont des écosystèmes continentaux formés d'hygrophytes dont la croissance, dans certaines conditions climatiques, parfois topographiques, engendre l'accumulation d'importantes quantités de matière végétale. Celle-ci, après une diagenèse modérée, biochimique et mécanique, forme une roche combustible renfermant jusqu'à 50 p. 100 de carbone, la tourbe . Celle-c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Fernand VERGER, « MARAIS & VASIÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marais-et-vasieres/