MARAIS & VASIÈRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les marais maritimes

Les marais maritimes constituent de véritables plaines de niveau de base en bordure de la mer, sur les rives des estuaires et entre les bras des deltas. La mer a déposé les sédiments jusque dans le fond des golfes, mais bien souvent il y a eu un déficit sédimentaire dans les anfractuosités du littoral ; les parties les plus élevées des marais maritimes sont ainsi les plus éloignées de la bordure de la terre ferme et les marais présentent une pente contraire, c'est-à-dire qu'ils se relèvent vers la mer. Les parties internes des marais, plus basses, ont un drainage particulièrement mauvais. Aussi ont-elles été le plus souvent occupées par des tourbières (par exemple, « marais noir » du marais de Dol), alors que la partie externe est naturellement mieux drainée et dépourvue de tourbe (« marais blanc » du marais de Dol). Dans d'autres cas, le marais peut présenter une pente très légère vers la mer (pente conforme), mais insuffisante pour un bon drainage naturel. Les marais maritimes, situés au-dessous du niveau des plus hautes mers, doivent être protégés de l'inondation marine par des digues et des vannes. En outre, ils sont en général tributaires des eaux continentales qui s'y déversent.

Les marais maritimes offrent une série de reliefs de détail en relation avec leur genèse, et la moindre dénivellation a des conséquences sur l'occupation humaine dans un pays inondable ; des levées traduisent des phases de stagnation du rivage ; des chenaux de marée sont demeurés en creux ; d'autres sont perchés soit originellement, soit le plus souvent par un phénomène d'inversion de relief : creusés dans la tourbe et colmatés par le sable et la vase, les chenaux ont été mis en saillie lorsque la tourbe conservée dans les interfluves s'est tassée.

Crêtes dues à l'inversion du relief d'anciens chenaux

Diaporama : Crêtes dues à l'inversion du relief d'anciens chenaux

Une forme de relief fréquente dans les marais maritimes : les crêtes dues à l'inversion de relief d'anciens chenaux (exemple pris en Zélande, d'après A. W. Vlam et A. J. Pannekoek). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

La morphologie des marais maritimes dépend aussi de l'intervention humaine qui a dirigé le colmatage par des digues et qui a parfois créé des tertres artificiels pour servir de refuges, au Moyen Âge, tels les terps de Frise.

Les sédiments des marais maritimes peuvent être limoneux (tangue du marais de Dol, des marais de l'estuaire de la Seine) ou argileux (marais du golfe de Pohai, en bordure de la mer Jaune ; marais de la province néerlandaise de Groningue, au fond du golfe du Dollart, marais Poitevin, etc.). Ces sédiments donnent des sols souvent fort riches, dont le dessalement s'opère rapidement sous l'action des eaux pluviales à partir du moment où des digues empêchent la submersion par la mer. Il est en général possible, sous climat tempéré, de pratiquer, quelques mois après l'endiguement, des cultures qui tolèrent un peu de sel, comme l'orge. Les sols argileux riches en sodium et en magnésium acquièrent une structure prismatique fort marquée lorsqu'existe une alternance climatique de sécheresse et d'humidité. Cette alternance peut même provoquer dans des marais argileux des micro-reliefs, appelés mottureaux dans le centre-ouest de la France.

Isolés de la mer par des digues, les marais maritimes peuvent être drainés par gravité à marée basse seulement (marais de Dol, marais Poitevin) ou plus rarement par pompage (marais de Tønder, au Jutland danois). Certains marais sont inondables par les crues des rivières venant du continent : ce sont les marais de lit majeur, ou « marais mouillés ». D'autres, au contraire, sont isolés hydrologiquement et constituent une catégorie de polders : marais desséchés de la France de l'Ouest, renclôtures de Picardie, polders de Frise... Enfin, certaines parties des marais maritimes ont donné lieu à une spécialisation particulière lorsque les conditions climatiques et économiques étaient favorables : les marais salants.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Schorre et slikke

Schorre et slikke
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Jardins de vase de la mer du Nord

Jardins de vase de la mer du Nord
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Crêtes dues à l'inversion du relief d'anciens chenaux

Crêtes dues à l'inversion du relief d'anciens chenaux
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Marais salant

Marais salant
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur de laboratoire à l'École pratique des hautes études

Classification

Autres références

«  MARAIS & VASIÈRES  » est également traité dans :

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations marines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre PINOT
  •  • 7 920 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Accumulations vaseuses littorales »  : […] Bien différentes des plages et des cordons sont les accumulations vaseuses : elles se caractérisent par la présence, dans le sédiment, d'une fraction fine suffisamment abondante pour assurer la cohésion de l'ensemble, de sorte que les particules ne peuvent répondre individuellement aux sollicitations des houles ou des courants, aussi longtemps que le sédiment n'a pas été dissocié. Ces particules […] Lire la suite

BONIFICATION DES SOLS

  • Écrit par 
  • Roger BÉTEILLE
  •  • 590 mots

Bonifier une terre, c'est la rendre productive. Cependant, le terme italien bonifica et la politique qui s'y attache ne concernent pas seulement la production agricole. L'œuvre de bonification intéresse des domaines naturels improductifs ou déshérités : marécages, montagnes ruinées par l'érosion, deltas menacés par les défluviations. Le but est de tirer le meilleur de ces territoires restés jusqu […] Lire la suite

FER - Minerais de fer

  • Écrit par 
  • Louis BUBENICEK, 
  • Éric HESS, 
  • Richard PAZDEJ
  •  • 5 182 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les minerais des marais »  : […] Dans les régions nordiques d'Europe et d'Amérique, de nombreux marais présentent sur leur fond et certaines rives des formations ferrugineuses qui ont été exploitées comme minerai de fer et le sont encore localement. Les amas sont peu importants en tonnage. Ils sont formés de limonite, chlorites, argiles et sable. La texture fine est cellulaire et poreuse. Ces minerais ont une composition chimiqu […] Lire la suite

LACS

  • Écrit par 
  • Bernard DUSSART
  •  • 9 338 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Étangs et marais »  : […] Par définition, un étang est un réservoir d'eau vidangeable et fait de main d'homme. Quand il n'est plus exploité, ni vidangé, il évolue vers un état d'équilibre qui l'apparente à un lac. En raison de ses caractères propres, et notamment de sa faible profondeur (en général 1 à 2 m), des facteurs y jouent un rôle moins important que dans un lac et d'autres voient leur action grossie. Ainsi, la str […] Lire la suite

MANGROVES

  • Écrit par 
  • Frédéric BALTZER, 
  • Georges MANGENOT, 
  • Geneviève TERMIER, 
  • Henri TERMIER
  •  • 3 134 mots
  •  • 2 médias

Les mangroves sont des communautés biotiques d'animaux et de végétaux , d'aspect très particulier, caractéristiques de vases littorales marines soumises au flux et au reflux des marées. Elles n'existent que dans les régions tropicales et subtropicales humides, arides ou même désertiques (l'eau nécessaire à la vie est fournie par la mer) : elles atteignent la Floride, le sud du Japon et le nord d […] Lire la suite

MARSCHEN

  • Écrit par 
  • Pierre RIQUET
  •  • 208 mots

Terme géographique allemand assez comparable à celui de polder, Marschen qualifie des marais asséchés et protégés par des digues. Les Marschen couvrent environ 8 000 kilomètres carrés à proximité et sur le littoral allemand de la mer du Nord. Ils sont de deux sortes : maritimes ( Seemarschen ) ou le long des grands fleuves ( Flussmarschen ) : Ems, Hunte, Weser, Elbe (jusqu'à Lauenburg). Constitués […] Lire la suite

MONT-SAINT-MICHEL BAIE DU

  • Écrit par 
  • Jean Claude LEFEUVRE
  •  • 3 258 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelle conception des aménagements et modèles actuels »  : […] L'apport de l'écologie . Après l'abandon du projet sur le Couesnon, de nouvelles solutions dites « douces » ont été envisagées, éliminant les interventions considérées comme trop agressives pour l'environnement et la qualité paysagère du site. Après avoir été centrées sur le Mont-Saint-Michel et ses abords, les études prennent en compte désormais la baie dans son ensemble qui est constituée d'éco […] Lire la suite

POLDER

  • Écrit par 
  • André GAMBLIN
  •  • 2 350 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exemple néerlandais »  : […] La poldérisation était connue des Sumériens et des Étrusques avant que les Néerlandais ne deviennent les maîtres de cet art. Les premières digues ont probablement été élevées en Frise et en Flandre ainsi qu'en Zélande dès avant le ix e  siècle. Entre ces deux régions, la Hollande ne commence la poldérisation que vers le xii e  siècle ; dès le xiii e  siècle, elle vient au premier rang des pays qui […] Lire la suite

THIXOTROPIQUES BOUES

  • Écrit par 
  • Michèle LE GOAZIGO
  •  • 588 mots

Dans la classification de J. Bourcart, boues et vases font partie de l'ensemble des poudres, particules de diamètre compris entre 1 et 20 micromètres. Ces sédiments visqueux, homogènes, aux couleurs variées, souvent assez foncées, couvrent le fond des lacs, des étangs, des canaux, des rivières et de grandes étendues du plateau continental. Ensembles complexes, le plus souvent argileux, ils sont fo […] Lire la suite

TOURBIÈRES

  • Écrit par 
  • Marcel BOURNÉRIAS
  •  • 3 142 mots
  •  • 4 médias

Biotopes très originaux, les tourbières sont des écosystèmes continentaux formés d'hygrophytes dont la croissance, dans certaines conditions climatiques, parfois topographiques, engendre l'accumulation d'importantes quantités de matière végétale. Celle-ci, après une diagenèse modérée, biochimique et mécanique, forme une roche combustible renfermant jusqu'à 50 p. 100 de carbone, la tourbe . Celle-c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Fernand VERGER, « MARAIS & VASIÈRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marais-et-vasieres/